Livres/BD/Mangas

L'innovation sauvera le monde.

Chronique publiée le 23 septembre 2016. Pour fêter ses 7 ans, Culture-Tops lance « 7 ANS DE COUPS DE CŒUR » : une sélection des meilleurs livres publiés depuis 2013. Bonne (re)lecture !
De Nicolas Bouzou
Editions Plon - 200 pages

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 27 juin . 2020

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Attention, vrai sourcier d'espérance.

"Arrêtez de dire que le monde va mal" ! Marre des thèses et des discours "stagnationnistes" et déclinistes ! Ce livre enfonce cette porte solidement scellée dans le débat public pour chercher à démontrer, inspiré par le principe de "Destruction créatrice" de l'économiste Joseph Schumpeter, que les mutations que vit la société française en particulier, et l'Europe plus largement, ne sont ni les premières, ni insurmontables. Nos sociétés doivent s'adapter particulièrement à l'explosion, dans nos organisations, des NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, informatique et sciences cognitives) et aux bouleversementS qu'ils induisent. Cette conviction est étayée par un raisonnement qui parcourt 10.000 ans d'histoire, d'évolutions et de révolutions, d'adaptations parfois douloureuses ou violentes, mais débouchant, selon l'auteur, sur de nouveaux paradigmes économiques et sociaux. 

Ce livre, qui puise aussi ses exemples dans le présent, est un plaidoyer sur nos capacités d'adaptation aux bouleversements de notre monde.

Points forts

1- Ce livre est écrit dans un style décontracté/décomplexé qui rend sa lecture facile, amusante parfois. Il a une construction linéaire, pédagogique. Ses grands chapitres peuvent aussi se relire dans le désordre, si affinités !

2- Il offre une lecture transverse des déterminants culturels, technologiques, économiques, idéologiques, moraux et religieux du présent, et une analyse illustrée d'exemples concrets, des évolutions du 21ème siècle. La pensée "stagnationiste" a ses fondements, et cela est expliqué. Le monde occidental a cependant surmonté de profonds bouleversements, cela est également argumenté. Nous avons à faire face à de fortes rigidités autant qu'à des menaces graves, aux "idéologies du repli". Cela aussi est bien expliqué. Enfin, nous avons des raisons d'être optimistes - et c'est ce que le livre démontre avec opiniâtreté : quoi qu'on en dise, "la condition matérielle de l'humanité n'a cessé de s'améliorer depuis des milliers d'années", même dans les pays les plus pauvres.

3- On pourra apprécier les ponts faits (entre autres exemples plus experts) avec les propos de Mohamed 6, roi du Maroc, du Pape François ou avec les thèses de Luc Ferry ou Pierre Henri Tavoillot, sur l'impact de DAESH auprès des jeunes - analysé sous l'angle d'une désespérance révolutionnaire que l'Europe a déjà connue, notamment à la fin du 19eme siècle et dans les années 1970.

4- L'ouvrage se termine par une "philosophie pour sauver le monde " et une "Conclusion pour nos enfants". Synthèse de la synthèse, elle exprime parfaitement les enjeux. Il nous appartient de penser le monde de demain, pas de nous recroqueviller sur nos acquis. 

Points faibles

1- Une petite culture des thèses économiques et philosophiques, d'Adam Smith à John Rawls ou Hannah Arendt, est un bagage utile. Cela rappellera de bons souvenirs d'école (grande ou petite...) ou cela laissera un peu sur sa faim. Mais globalement, cela ne nuit pas à la compréhension du raisonnement.

2- Si vous faites parties des jeunes qui ont manifesté contre les tentatives de "dérigidification" du marché du travail, ce livre ne va pas vous plaire. Mais lisez le quand même, car les arguments méritent vraiment d'être considérés et la politique vaut mieux que de s'appuyer sur l'agitation des peurs ou des "conservatismes instinctifs" de l'opinion.

En deux mots ...

Ce livre s'inscrit dans le mouvement de réflexion sur les mutations du monde occidental. Nous vivons certainement ce passage - Bouzou annonce une révolution aussi importante que la Renaissance en Europe au 15ème siècle. Il nous est donné de mieux la comprendre pour éviter de "tomber" dans les réflexes conservateurs, qui selon l'auteur, feront perdre à l'Europe son identité. Il est à rapprocher, dans son esprit, des "Déshérités - ou l'urgence de transmettre" de François Xavier Bellamy, de "Sapiens" d'Yuval Noah Harari, d'"Effondrements" de Jared Diamonds. Je ne saurai trop recommander la lecture de ces auteurs, avec pour profit de nous donner des raisons de croire dans nos capacités à accompagner les évolutions de notre monde. "Fin de la croissance, fin du travail ? Mais non !" nous explique Nicolas Bouzou. 

Un livre que tous les candidats à l'élection présidentielle devraient lire - au risque d'ébranler leurs certitudes !

Une phrase

Qui seront deux:

- "Un participant me dit [en sortant d'un colloque] : il serait temps de faire de la vraie économie !... Cette remarque comporte, pardon, la plus énorme erreur intellectuelle qu'on puisse commettre aujourd'hui....Ce qui a permis à Pic de la Mirandole, à Kant ou à Adam Smith de faire comprendre à l'humanité la nature du monde qui s'éveillait et les défis qu'elle allait devoir relever, c'est une connaissance transversale de l'environnement dans lequel ils vivaient". p16

- " La responsabilité du catastrophisme radical m'interpelle avant tout autre car chaque jour j'entends des intellectuels bien intentionnés mais mal informés déclamer que tout fout le camp, l'éthique, la morale et l'économie... Cette facilité du "c'était mieux avant" ... unit toutes les réactions : des nationalistes d'extrême droite aux révolutionnaires d'extrême gauche en passant par les fondamentalistes religieux, tous considèrent que le monde tel qu'il est ne peut pas être aimé. Il pourraient considérer - et comme ils auraient raison - qu'il peut être amélioré ". P 132-133

L'auteur

On présente en général Nicolas Bouzou comme un jeune économiste -il a 40 ans. Comme un essayiste - il s'intéresse aux mutations de la société, à l'éducation, à l'histoire des civilisations, à la philosophie. Comme un empêcheur de penser en rond aussi - il a fait partie de plusieurs cercles de réflexion (il est vice Président du Cercle Turgot) et a créé sa propre entreprise de conseil. C'est un vulgarisateur, sensible au partage des idées - contributeur au Figaro, aux Echos, au journal Le Temps (Suisse) et au Financial Times (Royaume Unis). Il a publié un livre avec Luc Ferry (La politique de la Jeunesse, en 2011) ; "L'innovation sauvera le monde" est sa 10ème publication

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.