Livres/BD/Mangas

Manderley for ever

De Tatiana de Rosnay
Editions Albin Michel

Lu / Vu par

Christine Géliot-Lallour
Publié le 22 avr . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Cet ouvrage retrace la vie de la célèbre romancière anglaise Daphnée du Maurier (1907-1987), écrivain prolifique qui connut de son vivant un énorme succès. Le récit est chronologique et approfondi (450 pages). On assiste à la conception, à la naissance de ses oeuvres, à leur édition, à leur traduction, à leur reconnaissance, à tout cet immense travail de romancier.

Parallèlement, on traverse un siècle d’histoire anglaise et d’histoire d’une famille avec les lieux, le contexte politique, la société, les épisodes familiaux qui étaient les siens.

Points forts

1. L’analyse d’une passion créatrice avec son dépassement de soi, ses bonheurs, ses excès, ses fièvres, ses doutes, son unicité et aussi son aveuglement qui isole. La confrontation de cette passion avec les contraintes d’une vie de femme. Dans un contexte idéal (Daphné étant presqu’entièrement libérée des questions pratiques et économiques) le remord vient périodiquement l’habiter : pas assez mère, pas assez épouse …

2. La description circonstanciée du travail de l’écrivain autour de son oeuvre, les éditeurs, les traductions, les adaptations au cinéma, la réussite.

3. La peinture d’un certain vingtième siècle anglais, son élégance, son humour, que seule une plume « franglaise » pouvait rendre avec une telle finesse. Et aussi la peinture amoureuse des lieux fréquentés et habités jusqu’à l’adoration par Daphné du Maurier. La Cornouaille !

4. Le traitement des thèmes humains universels rencontrés au cours du récit de cette vie: l’adoration du père, la dualité sexuelle, l’amitié, le mariage, la maternité, la fratrie. La mise en scène des proches de Daphné comme autant d’êtres passionnants: son père, l’acteur à succès mais déséquilibré; son mari, le brillant militaire blessé par les épreuves de la guerre; sa directrice d’école dont elle est amoureuse; son éditeur qui ne pense qu’à faire du chiffre etc.

Points faibles

1. Le premier est lié au parti pris de la biographie romancée. On connait la masse extraordinaire des archives qui ont permis la construction de cet ouvrage et il apparait clairement qu’il repose sur du solide, malgré la masse des choix à faire.
Donc le lecteur a confiance et, en même temps, il n’est franchement pas encombré dans sa lecture par des notes de bas de page. Ce cocktail pourrait être perçu comme un « point fort », mais  l’inconvénient, c’est que, bien souvent, j’aurais, personnellement, aimé connaître la source de telle ou telle information...

2. Au niveau des annexes, un outil technique m’a beaucoup manqué: pas de pagination assortie à l’index des oeuvres. C’est très dommage : quelle galère de retrouver dans le courant du livre le contexte d’écriture de tel ou tel ouvrage !

3. Autre lacune technique : le titre « Manderley for ever » reste énigmatique pour le commun des lecteurs. J’aurais précisé « biographie de Daphné du Maurier » sur la première de couverture.

4. Parfois un peu pléthorique, mais à peine.

En deux mots ...

J’ai aimé vivre cette parenthèse au pays de Daphné du Maurier, j’y ai appris beaucoup sur un métier, sur une époque et j’en ai tiré de nouvelles conclusions sur l’évolution du rôle de la femme comme créatrice et sur ses paradoxes. Je n’ai pas été « habitée » par le personnage, mais très intéressée. Et surtout, j’ai grande envie de lire – ou de relire - certains de ses romans. Pas en fonction de leur succès, mais plutôt en fonction de ce que je sais aujourd’hui de leur contexte.

Mission accomplie pour cette belle, pour cette foisonnante biographie !

Une phrase

Le narrateur, s’exprimant pour Daphnée : 

« Comment leur faire comprendre, à tous, sans les blesser, sans les heurter, que sa priorité, ce n’est ni son enfant, ni son mariage, ni sa mère, ni ses soeurs, c’est d’écrire » (P. 195)

L'auteur

Tatiana de Rosnay se dépeint elle-même comme « franglaise » du fait de ses ascendants francobritanniques et de ses différents lieux de vie. Elle fait ses études littéraires en Angleterre et travaille en France comme attachée de presse, journaliste et critique littéraire. Elle écrit des romans depuis l’enfance mais ne commence à publier qu’à l’âge de trente ans, en français comme en anglais.

Son premier succès, « elle s’appelait Sarah », en 2006, est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires. Elle a publié une dizaine de romans et de nombreuses nouvelles. Elle a obtenu plusieurs prix littéraires, notamment le prix Gabrielle d’Estrée et le prix du Livre de Poche. « Manderley for ever" est sa première biographie.

Tweet Culture-Tops

Un voyage passionnant dans un certain 20°siècle anglais.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.