Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Livres/BD/Mangas

Patrons, Tenez-bon !

Des patrons sans complexes!
De Karine Charbonnier
Editions Albin Michel - 252 pages
Publié le 10 fév . 2017

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

- La Société Beck-Industrie emploie 650 salariés dans 6 pays dont 4 en Europe. Le siège est à Armentières, qui emploie 280 salariés. 

Cela donne à Karine Charbonnier tous les éléments pour comparer les charges sociales, les fiscalités, les réglementations sur le travail, l'environnement, le dialogue syndical, etc. 

Entre la France, l'Allemagne et l'Angleterre, les résultats, chiffres à l'appui, de cette comparaison sont accablants. Ainsi 67% de la valeur ajoutée partent en impôts en France, contre 49% en Allemagne et 34% au Royaume-Uni. Pour la fiscalité, l'écart est de même ampleur : 18 points de PIB en France, 10 en Allemagne, 8,6 au Royaume-Uni etc.

- Surtout, ce que l'on découvre avec stupéfaction, c'est l'attitude des syndicats qui détiennent un monopole, dans la mesure où seuls les syndicats dits représentatifs (avec 8% des voix d'un collège qui ne représente que 6% des employés inscrits sur les listes) font la loi au sein des entreprises.

La formation professionnelle coûte cher aux entreprises avec des résultats très décevants. La médecine du travail couvre des absences infondées. L'inspection du travail a systématiquement une position hostile vis à vis de l'entreprise et a souvent une attitude laxiste au profit des salariés négligents.

Le paritarisme syndicat-patronat ( assurances sociales, allocations familiales, formation, prudhommes, logement) est une machine à bloquer toute évolution positive et à financer les syndicats (4M d'€/an).

- Karine Charbonnier souligne en contrepoint la productivité des ouvriers français, l'attachement de beaucoup à leur entreprise, leur volonté de travailler, souvent hélas bridés par les effets confiscatoires des seuils (IR, aides sociales, etc.)

- Avec conviction et talent, l'auteure énonce une série de propositions positives pour débarrasser nos entreprises de contraintes inutiles ou même contre-productives, de manière à mettre les entreprises françaises  au même niveau que les concurrents européens. 

Points forts

Karine Charbonnier maitrise parfaitement ses démonstrations. La clarté des chiffres est renforcée par une connaissance vécue des dysfonctionnements affectant nos entreprises.

Pour elle, l'Etatisme doit être remplacé par le pragmatisme et la flexibilité. Un dialogue fructueux, le plus possible au niveau des entreprises, devrait être engagé avec des syndicats vraiment représentatifs. 

Points faibles

- Parfois des calculs et des développements qui échappent à la compréhension de celui qui n'est pas chef d'entreprise. 

- A force de vouloir bien expliquer, il arrive que Karine Charbonnier se répète.

En deux mots ...

Difficile de ne pas apprécier la mobilisation enthousiaste et pragmatique d'une femme belle, énergique, dévouée au bien commun, et soucieuse  de faire repartir sur de bonnes bases l'économie de la France et de  réduire drastiquement le chômage.

Karine Charbonnier, qui a soutenu François Fillon, est à la manoeuvre dans les Hauts-de-France. On la verrait bien Ministre du Travail dans un futur gouvernement...

Un extrait

- p 53: "L'usine à gaz française, qui repose sur la présomption de culpabilité de l'entreprise et la gestion du système par l'administration sans garde-fous est un échec".

- p125: Sur l'absence de transparence des syndicats : "Dans les entreprises, comment être crédible pour représenter les salariés lorsqu'on est pas exemplaire soi-même? "

- p150: La Charte d'Amiens, de 1906, à laquelle se réfèrent la CGT, FO et l'UNISA : "La CGT groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscient de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat".

- p204: Sur l'impact des nouvelles technologies, Karine Charbonnier reprend l'exemple d'Alfred Sauvy sur des "transports routiers qui représentent un gain de productivité colossal par rapport au transport en brouette"...

L'auteur

Karine Beck est née en 1968 à Armentières. En 1991, elle est diplômée d'HEC en même temps que son mari Hugues Charbonnier. Ils entrent dans l'entreprise familiale Beck-Crespel qui fabrique, entre autre, des boulons et des vis.

Après avoir interpellé avec succès le Président Hollande dans l'émission "En direct avec les Français" sur TF1, en octobre 2014, elle devient chroniqueuse sur RTL. Candidate sur la liste de Xavier Bertrand pour les élections régionales de 2015, elle devient vice-présidente du Conseil Régional des Hauts-de-France en charge de la formation et des relations avec les entreprises.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.