Livres/BD/Mangas

Plus jamais Mozart

De Michael Morpurgo
Éditions Gallimard Jeunesse - Illustré par Michael Foreman
Publié le 17 juil . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Une jeune journaliste va interviewer au pied levé un violoniste virtuose qui vit plus ou moins en reclus à Venise. Ses supérieurs lui donnent une liste d’attitudes et de sujets à éviter pour ne pas froisser cet artiste sensible et modeste, qui refuse aussi bien l’attention des journalistes que les applaudissements du public. En particulier, on lui ordonne d’éviter de lui poser « la question Mozart » (le violoniste est connu pour ne jamais jouer de Mozart).

Conquis par la fraîcheur de sa visiteuse et en prélude au concert qu’il va donner pour ses cinquante ans (où pour la première fois il va jouer du Mozart), le musicien génial raconte à la jeune journaliste les raisons profondes et poignantes de son long boycott du divin Mozart.

En effet, ses chers parents, des violonistes juifs de talent, ont été obligés de jouer du Mozart dans un des camps de la mort où ils avaient été internés par les nazis. Rescapés de cette expérience atroce, ils ont ensuite abandonné leurs violons et leur don pour recommencer une nouvelle vie.

Il raconte aussi à la journaliste que, grâce aux mystères de l’hérédité et du hasard, à l’âge de neuf ans, il a découvert un de leurs violons caché dans une armoire et a rencontré un professeur de musique extraordinaire qui a changé le cours de sa vie.

Points forts

1- Un récit dans un récit, parlant de l’Holocauste avec un mélange d’honnêteté et de subtilité qui le rend lisible par beaucoup de lecteurs.

2- Un livre court, simple et touchant, accompagné de très belles illustrations dans des tons dégradés de bleu : du bleu apaisant de la lagune de Venise au début, au bleu-gris glaçant des camps de concentration, pour finir avec une bouffée d’espoir dans le bleu transparent et lumineux du ciel vénitien.

3- Une bonne façon de présenter cette rude et sombre période historique à des enfants. La maison d’édition anglaise, Walker Books, et Gallimard Jeunesse le conseillent pour des lecteurs à partir de neuf ans. Je le recommanderais plutôt à des jeunes à partir de onze ans. Pour des enfants plus jeunes ou des enfants qui ne connaissent pas l’histoire des années 40, un accompagnement de lecture par les parents serait un plus.

Points faibles

Pas un point faible mais une observation : ce livre peut sembler déroutant à première vue. De par son format et ses illustrations, il semble s’adresser à de jeunes enfants, alors que, par son style (surtout au début) et par son contenu, il s’adresse plus à des ados et même à des adultes. Ce mélange d’âges (ou de genres) est beaucoup plus anglo-saxon que français. Les Anglo-Saxons sont des pionniers en matière de littérature jeunesse ; les Français, par contre, sont en général plus étroits et rigides dans leur classification et leurs collections. Je ne suis pas sûre que ce beau livre aurait trouvé si facilement sa place s’il avait été écrit par un auteur francophone.

En deux mots ...

Un très beau livre, qui s’adresse à tous, sur le pouvoir rédempteur de l’amour et de la musique : musique corrompue quand elle est traînée dans la boue et l’horreur par les nazis ; mais musique salvatrice quand elle est redécouverte dans sa beauté et sa pureté originelles. L’âme de l’homme peut s’y ressourcer et raviver l’étincelle généreuse, lumineuse et divine qui dort dans ses profondeurs

Une phrase

Voici plutôt quatre courts extraits:

- « ‘Mozart a écrit cette musique quand il avait tout juste six ans. Il l’a écrite pour piano mais je peux l’interpréter au violon’

Il joua donc du Mozart, et je l’écoutai… Je ne bougeai pas. Je restai là. La musique qu’il a jouée pour moi cette nuit-là a touché mon âme. Cette nuit a changé ma vie pour toujours. »

- (Le père du narrateur à son fils :) « Maman est moi essayons de ne jamais évoquer cette époque, parce que les souvenirs que nous en avons sont comme des cauchemars, et que nous aimerions les oublier. Mais il y a un temps pour la vérité, semble-t-il, et ce temps est venu. »

- « Pendant tout ce temps maman, papa, Benjamin et les autres jouaient leur Mozart. Ils comprirent tous très vite dans quel but – pour calmer la terreur, pour donner à chaque chargement descendu du train un faux sentiment de sécurité. Ils participaient à une imposture meurtrière. Ils savaient très bien que le bloc des douches était une chambre à gaz. »

- (Le père du narrateur à son fils :) « Je vais te dire quelque chose, Paolo, et je voudrais que tu ne l’oublies jamais. Quand tu joues, j’arrive de nouveau à écouter la musique. Grâce à toi, la musique est redevenue joyeuse pour moi, et c’est un cadeau magnifique que tu m’as fait. »

L'auteur

- Michael Morpurgo est né à Londres en 1943. Marié à la fille du fondateur des éditions Penguin et enseignant pendant de nombreuses années, il a écrit une centaine de livres. Connu particulièrement pour son beau roman sur la Première Guerre mondiale, Cheval de Guerre, adapté en pièce de théâtre et au cinéma, il a été fait officier de l’Ordre du British Empire pour services rendus à la littérature. Il a créé la fonction de Children’s Laureate en Grande-Bretagne dont la mission est de promouvoir la littérature jeunesse.

- Michael Foreman est né en Grande-Bretagne en 1938. Après des études d’art à la Royal Academy, il a enseigné dans des écoles prestigieuses, notamment au Royal College of Art. Il a reçu plusieurs distinctions et a illustré plusieurs livres de Michael Morpurgo.

Tweet Culture-Tops

Après l'horreur, la rédemption par la musique.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.