Livres/BD/Mangas

Vernon Subutex 3

Virginie Despentes: le temps de la maturité
De Virginie Despentes
Editions Grasset - 399 pages

Lu / Vu par

Véronique Smée
Publié le 27 juin . 2017

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Vernon Subutex, disquaire de 50 ans marginalisé, réunit autour d’une intrigue des personnages qui constituent peu à peu une communauté éclectique, désaxée mais convergeant vers ce personnage central, messie malgré lui et à son corps défendant. Corps d’un être abîmé, devenu SDF par fatalité et manque d’attention…

La trilogie Vernon Subutex repose sur un prophète qui ne fait rien, un leader sans autorité qui autorise toutes les projections et les fantasmes collectifs.

Les « convergences » de cette communauté de bras cassés dont il est le fil conducteur vont peu à peu créer une utopie rageuse qui érige en rituel sacré le seul fait de se réunir pour une chose totalement futile et gratuite : danser.

Points forts

-Le personnage central et sa passion exclusive pour la musique.  Il incarne le rapport mystique de Virginie Despentes au rock et à ses dieux, dont la liturgie reste incompréhensible aux néophytes. La danse, dernière illusion de liberté qui n’a « aucune justification productive ou savante », permet l’émergence spontanée de rituels collectifs archaïques.  

- L’affection et la compassion intacte mais sans complaisance de l’auteur pour les marginaux et les tribus de la nuit, qui agrègent des individus à la fois attachants et inconsistants… Animés du même désir, ces personnages isolés et désespérés vont pourtant s'entendre sur la recherche d’une harmonie, au-dessus du groupe. Par un moyen apparemment dérisoire -les soirées dansantes-, ils vont tenter une expérience collective.

- Une filiation avec les personnages de Maxime Gorki dans Les Bas-Fonds, pièce dans laquelle une dizaine de déclassés, de voleurs et d’alcooliques partagent leur folie, leur violence mais aussi leurs utopies et leur espoir d’une aventure collective.

Points faibles

Je n’en vois pas.

En deux mots ...

Ce troisième volume, plus ancré dans l’actualité, dresse le portrait d’une société contemporaine froide, dure et toujours plus dominante avec les faibles. Malgré la noirceur, Virginie Despentes s’appuie, avec son talent particulier, sur l’énergie et la rage de ceux qui ne renoncent pas. 

Sa trilogie révèle un sens du combat toujours présent, teinté de naïveté et d’empathie. Les utopies ont échoué… mais qui sait, une prochaine fois ?

Un extrait

 « Personne ne peut saquer personne. On n’a pas envie de vivre ensemble. Ce n’est pas vrai que les cultures se mélangent. […] Ce que tout le monde cherche, au final, c’est l’entre-soi. N’avoir à se coltiner que des gens qui te ressemblent ».

L'auteur

Née à Nancy en1969, romancière et réalisatrice, Virginie Despentes a été révélée avec « Baise-moi » son premier roman paru en 1993, dont elle a également réalisé le film. Son second roman, "Les Jolies Choses", reçoit le prix de Flore en 1996 et sera  adapté en 2001 au cinéma. "King Kong Théorie", essai autobiographique et féministe, est publié en 2006. Virginie Despentes reçoit en 2010 le prix Renaudot pour son roman "Apocalypse bébé". Toujours chez Grasset, elle publie en 2015 le 1er tome de Vernon Subutex; et elle devient jury du prix Femina.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.