Livres/BD/Mangas

C'était mieux avant

Hommage à un grand humaniste
De Michel Serres, de l'Académie Française
Ed Le Pommier 2017, 95 p., 5 €

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 06 juin . 2019

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Michel Serres vient de mourir, laissant l'image d'un homme aussi attachant qu'intelligent et d'un penseur capable de rendre accessibles les pensées les plus profondes. Et toujours dans un esprit positif, comme en  témoigne ce petit livre, antidote à la sinistrose bien-pensante.

Thème

"C'était mieux avant" ! Que n'a-t-on entendu cette affirmation, observe Michel Serres. Il remarque aussi, que pour en juger, cela tombe bien, "avant justement j'y étais" ! 
Voici un petit ouvrage, paru en 2017, qui illustre bien l'esprit libre et espiègle, la volonté de vulgarisation de ce grand Académicien décédé le 1er juin dernier. Dans ces pages, le philosophe rapproche les affirmations de ceux qu'il appelle les vieux barbons - aujourd'hui, nous dirions volontiers les déclinologues- avec les réalités politiques, économiques, épidémiologiques, sociologiques ou sociales du présent. Il s'adresse à la "Petite Poucette", c'est-à-dire à la jeune femme qui aujourd'hui, en un "clic", appelle le monde, si ce n'est la connaissance, au bout de son téléphone mobile ou de son ordinateur. La Petite Poucette est aussi le titre d'un de ses plus grands succès d'édition, né en 2011 d'un discours inaugural de l'Académie Française consacrée à l'éducation. Il y constate la naissance d'une nouvelle génération, celle des enfants bénéficiaires d'une des plus profondes mutations politiques et technologiques qu'aient connu l'humanité. Ce livre argumente ces progrès phénoménaux en prenant à rebrousse poil tous les ronchons de la terre !

Points forts

  • 1 . 95 pages nourries de comparaisons entre le passé et le présent dans les domaines du gouvernement des peuples à la naissance de Wikipédia, sans oublier les atteintes à la biodiversité avec la  disparition des vers dans le jambon (clin d'œil, bien entendu), la multiplication des fromages sur nos tables,  la naissance de la mixité sociale ou encore la croissance fulgurante des communications...
  • 2. Une belle écriture, concise, originale et percutante.
  • 3. Un humour qui ne craint pas d'être noir, pour dénoncer les apôtres des retours en arrière, qu'il s'agisse de santé, d'hygiène, de pratiques agricoles, pour ne citer que quelques exemples.

Points faibles

  • Je n'en vois pas, sauf à revendiquer que notre monde va à sa perte, avec la volonté farouche de ne pas en débattre. Alors, oui, dans cet état d'esprit, ce livre peut déplaire tant il s'attache à démontrer positivement le contraire !
     

En deux mots ...

Ce livre devrait être recommandé dans les programmes scolaires. Dans des pages pleines de vitalité et d'un optimisme raisonné, il dresse un portrait juste  et plein de malices des bénéfices de la science et de la raison dans un monde libéral.  Ce regard "éclairé", Michel Serres l'a revendiqué tout au long de sa carrière, lui qui fut baptisé "Renard Enthousiaste" au temps de ses années de scoutisme. 
Ce livre rappelle des vérités que chacun devrait retenir pour mesurer le chemin parcouru le temps de deux générations, par nos sociétés occidentales, en matière de lutte contre les totalitarismes, d'hygiène, de santé, de la lutte contre pauvreté et famines, pour l'accès et le partage de l'information.

Un extrait

Ou plutôt trois: 

  • "Grand Papa Ronchon souffrirait-il de lacunes commémoratives ?" [...] Avant, ces boucheries perpétuelles et autres crimes d'Etat, goulag ou Shoah, tuèrent cent millions de victimes. Les statistiques disent que, dans des temps plus anciens, le nombre de morts par maladies infectieuses dépassait toujours d'assez loin celui des victimes de guerre, alors que le XXème siècle fut le premier où les morts aux champs de l'horreur l'emportèrent largement sur la malignité des microbes." P 9/10
  • "Avant, les obstétriciens ne se lavaient pas les mains, les mères mourraient en couche de fièvre puerpérale. Leur mortalité plus celle des nouveau-nés disparurent ou presque au long de ma longue vie." P 32
  • "Daech lutte à mort contre un avenir dont le printemps arabe annonça l'aurore irrésistible ; conservateurs, le Brexit, Trump, Poutine, Erdogan... reviennent en arrière pour mieux repousser un avenir pourtant irrésistible... mille manifs défilent pour conserver d'anciens acquis, résistibles." P 94 

L'auteur

Marin, philosophe, historien des sciences... Michel Serres fut aussi une sorte d'aventurier alors qu'il s'engageait - élève de l'Ecole navale et de l'Ecole Normale Supérieure - dans la Marine française, et participait à l'expédition de Suez en 1956. Esprit incontestablement libre du "politiquement correct", auteur de plus de 80 ouvrages, il mène une longue carrière universitaire, soutient un doctorat de lettres. 
Elu à l'Académie Française en 1990, il préside ensuite le conseil scientifique de la 5ème chaine, tient des conférences dans le monde entier, co anime une rubrique hebdomadaire sur France Info en compagnie de Michel Polacco, Le sens de l'info. 
Considéré souvent par ses pairs comme un philosophe naïf et fasciné par les sciences, il est surtout, pour le grand public, un vulgarisateur optimiste et heureux des progrès de son temps.
Le Gaucher Boiteux ( et 2015) et Darwin, Bonaparte et le Samaritain (2016) ont été chroniqués sur Culture-Tops.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.