Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Livres/BD/Mangas

La France et l'indépendance de la Grèce

Naissance de la Grèce contemporaine : bonne synthèse mais exigeant d’être familier des méandres politiques du XIXe !
De Antoine Roquette, préface Michel de Grèce
Le Félin, 2020 - 165 pages - 19.90 €

Lu / Vu par

Hélène Renard
Publié le 23 fév . 2021

Recommandation

2,0BonBon

Thème

En 2021, les commémorations des 200 ans de la mort de Napoléon (5 mai 1821) auraient tendance à faire oublier qu'en cette même année  1821, ont eu lieu les premiers soulèvements revendiqués par les Grecs pour se libérer du joug des Turcs. Les Grecs, plutôt que la Grèce, car,  à l'époque, elle n'existait pas telle que nous la connaissons aujourd'hui. 

Après avoir évoqué les tout premiers soulèvements, lourdement réprimés par le sultan, Antoine Roquette propose un bref rappel historique, un regard en arrière au fil des siècles pour bien comprendre la situation de la Grèce au sein de l'Empire ottoman : elle n'a ni frontière fixe ni unité politique, elle n'est donc pas une entité géographique ou nationale. Tous les territoires dits "grecs" sont directement sujets d'Istanbul...

Puis, au fil des chapitres, il déroule les principaux événements de cette guerre quasi interminable, les succès et les revers des uns et des autres. Il dresse aussi le portrait des principaux meneurs grecs, rudes guerriers certes mais sujets à d'âpres rivalités les empêchant de faire front uni.

Il expose l'attitude des "Puissances européennes" (Angleterre, Russie, France, Autriche), pourquoi elles hésitent à s'engager en faveur de cette guerre d'indépendance, quels sont leurs intérêts à ne pas réagir, et comment, in fine, c'est l'émotion populaire qui va les pousser à soutenir les combattants grecs, après les massacres de Chio (tableau de Delacroix en 1824) et ceux de Missolonghi (toujours Delacroix en 1826) entre autres. Il évoque également l'engagement généreux de Lord Byron (qui en meurt) et le rôle essentiel des sociétés philhellènes, dont celle de Paris.

Arrive l'année 1827 qualifiée par l'auteur de "décisive" avec le siège d'Athènes (qui restera occupée par les Turcs jusqu'en 1834), la bataille de Navarin (anéantissement de la flotte turque en 1827). Et il termine les deux derniers chapitres, en rappelant le rôle de Jean Kapodistria (assassiné en 1831), l'expédition française en Morée, les palabres autour du choix d'un roi...

Finalement, après mille et une luttes sans merci,  la Grèce, exsangue, devient  officiellement un nouveau pays indépendant le 24 avril 1830...  Mais ce n'est, en vérité, que le début d'autres difficultés !

Points forts

Avec un art consommé de la synthèse, Antoine Roquette parvient à expliciter simplement des motifs complexes. Il s'abstient de décrire par le menu les différentes opérations militaires (ce serait à la fois difficile et fastidieux) de même qu'il renonce à compter les victimes des deux camps (sources aléatoires dit-il).

Par contre, il nous fait comprendre combien cette guerre fut longue (elle s'étend sur au moins 10 ans), complexe et même confuse (rivalités de chefs), acharnée (souvent de type guérilla et razzias) et toujours assortie d'un cortège inimaginable  d'horreurs (incendies, pillages, pendaisons, décapitations, massacres, famines, bûchers, crucifixions, etc).

Il a également le talent d'utiliser des images fortes pour démontrer la dureté des combats : les marins grecs qui se font "sauter" avec leur brick contre les navires turcs, les opérations insensées de piraterie, les têtes coupées exposées aux murailles d'Istanbul... Preuve que des bonnes images informent autant que de longs discours !

Il cite souvent le Journal des Débats (créé en 1789) qui, sous la direction de Louis-François Bertin dit l'Aîné, va devenir le premier grand journal de référence en France qui pénètre dans tous les milieux influents et dans les cafés par la lecture publique, nous faisant ainsi découvrir son rôle dans le soutien à la Grèce.  

Points faibles

Le sous-titre de cet ouvrage "ou le romantisme dans les relations internationales"  laisse entendre que sera présentée ici une étude approfondie sur l'influence des Romantiques (peintres et écrivains) dans les relations internationales... En vérité, ce sont plutôt les artistes qui sont mis en avant, guère les écrivains, l'auteur rappelant l'influence des Salons exposant des œuvres pro-philhellènes (en 1827, par exemple, trois tableaux d'Ary Scheffer et une sculpture de David d'Angers Jeune Grecque au tombeau de Botzaris).

Ce mouvement d'opinion qualifié par Antoine Roquette de "très fort" qui utilise la presse et qui aurait été relayée par la peinture, le théâtre, la poésie, la musique et les arts décoratifs, manque d'une démonstration plus étayée. Certes on comprend que l'émotion (premier ressort romantique) remplace les "raisons rationnelles" mais on reste un peu sur sa faim...

Un mot sur la carte : on peut lui attribuer le mérite de dater de 1821, mais, ainsi reproduite, elle est quasi illisible et ne permet aucunement de situer les principaux lieux de la résistance grecque.

En deux mots ...

Laissons-les à Michel de Grèce dans sa préface courte et élogieuse : "J'ai commencé cet ouvrage, décidé à le lire par petites étapes. Je n'ai pas pu le lâcher jusqu'à la fin. Antoine Roquette a une façon de présenter les événements, de les enchaîner, de les décrire qui fait que le lecteur est rivé à ses pages... Enfin, il m'a appris énormément sur un sujet que je croyais connaître".  (p.7).

J'ai lu moi aussi ce livre d'une seule traite. Cependant, il ne faut pas se cacher que les démêlés de la politique française, les manœuvres des Chambres, les changements de régime ou de ministres, les différents points de vue diplomatiques des Puissances, exigent une bonne familiarité avec les conflits et complots de cette période du XIXe siècle.

Un extrait

(Propos de Sultan aux notables de son Empire) : "Cette guerre n'est point, comme les précédentes, une guerre politique pour des provinces et des frontières. Le but des infidèles est d'anéantir l'islamisme, et de fouler aux pieds la nation mahométane ; ainsi la guerre actuelle doit être considérée purement comme une guerre religieuse et nationale". (cité p. 127 de ce livre)

L'auteur

Antoine Roquette est historien, fin connaisseur du XIXe siècle. On lui doit un portrait remarqué de Mgr Frayssinous, grand Maître de l'Université sous la Restauration (Ed. Honoré Champion, 2007). Il a donné plusieurs contributions aux Cahiers de la Nouvelle Société des Etudes sur la Restauration  ainsi qu'une étude :  Le concordat de 1817 Louis XVIII face à Pie VII

Le clin d'œil d'un libraire

LIBRAIRIE SAINT PAUL. A PARIS.

« On sait maintenant à quel saint se vouer »

A condition d’avoir la passion des livres. Et cette passion, les six libraires de la librairie Saint Paul, sise rue de Châteaudun, à mi-chemin entre l’Eglise de la Trinité et celle de Notre Dame de Lorette, l’ont chevillée au corps. Son directeur Christophe Aveline, tout laïc qu’il est, se consacre corps et âme à la propagation de la spiritualité chrétienne et catholique mais aussi de toute croyancequi élève l’esprit, toutes religions confondues. C’est en 1936 qu’un ordre religieux italien, les Pauliniens, crée en France la première librairie à l’enseigne de Saint Paul (c’était rue Dufour). Il en reste deux en France, les librairies Saint Paul ayant surtout essaimé au Québec.« Notre librairie appartient toujours à cette congrégation dont la vocation est donc l’évangélisation par le livre. Mais nous marchons sur nos deux jambes avec 60% de nos ventes réalisées avec des ouvrages spirituels et 40% en littérature générale » résume Christophe Aveline «Nous sommes ouverts sur le monde, nous portons le regard chrétien sur le monde. »

« Nous recommandons évidemment des romans porteurs de certaines valeurs morales et humanistes :

Par exemple Pierre Adrian, avec « les Ames simples », mais aussi « Ames brisées » chez Gallimard, écrit en français par un jeune japonais et aussi « Bach, maître spirituel » une autre manière d’écouter la musique par le pasteur Alain Joly ou encore Brahms par Olivier Bellamy(« L’automne avec Brahms ») connu pour ses émissions sur Radio classique, qui vient souvent tendre l’oreille dans ce lieu un peu sacré ! La peinture n’est pas oubliée : le philosophe Michaël de Saint Chéron présentait ici il y a un mois son « Soulage, d’une rive à l’autre ».

Les libraires de Saint Paul, comme l’horloger, ont ce rare talent de faire des « ponts » entre les arts, la lecture… et la passion.C’est la foi, « l’espérance » qui a sauvé la librairie Saint Paul pendant la très rude période de fermeture et le premier confinement, affirme son directeur. Les colloques, les conférences, les rendez- vous cultuels et culturels, les fameux 19-20 mensuels de la librairie Saint Paul ont été mis entre parenthèses au grand dam de ses fidèles pendant 2 mois. Heureusement, chaque jour, Aveline publiait sur son site ses réflexions, impressions, critiques pour maintenir la flamme. Bref, ce fut un rare et minuscule moment de grâce que votre serviteur a eu la chance de passer le jour de la Saint Valentin, à l’écoute de Christophe Aveline avec, pour finir, ce petit clin d’oeil que nous devons à Christiane Rancé, habituée des lieux qui vient de publier « Le dictionnaire amoureux des saints.»

LIBRAIRIE SAINT PAUL. 28 rue de Châteaudun 75009 PARIS Tel01 45 48 33 00

Texte et interview réalisés par Rodolphe de Saint-Hilaire pour la rédaction de Culture-Tops.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.