Livres/BD/Mangas

La leçon de Vichy. Une histoire personnelle

Quand l’antisémitisme d’Etat interroge l’historien et le témoin.
De Pierre Birnbaum
Editions du Seuil 240 pages

Lu / Vu par

Jean-Noel Dibie
Publié le 02 déc . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

En 2013, « Ormex », petit village des Hautes-Pyrénées où, à l’âge de 2 ans, ses parents l’ont caché, c’est la réponse de Pierre Birnbaum à la question de Pierre Assouline, « Quel est votre rosebud ?» (le secret impénétrable de M. Kane dans le film d’Orson Wells, « Citizen Kane »).

Dans la première partie de l’essai, « La scène primitive », le professeur des Universités, sociologue de l’Etat et historien, s’attache aux législations, faits et événements de l’antisémitisme politique du régime de Vichy. “L’enfant caché” d’Ormex centre ses recherches sur les départements pyrénéens et limitrophes.

L’universitaire, qui a théorisé l’Etat fort à la française, universaliste et protecteur des minorités, entreprend avec cet essai une introspection historienne sur l’Etat Français, qu’il avait, jusqu’alors, mis entre parenthèse. Se voulant témoin, mais aussi historien de sa propre vie, il ne se reconnaît pas dans les traumatismes des « enfants cachés », ainsi Ormex est pour lui un cocon protecteur, et non un lieu d’angoisse

La deuxième partie, « L’Etat Français m’a tué », permet à l’auteur de s’interroger sur la mise entre parenthèse des exactions du Régime de Vichy, servi par nombre de fonctionnaires et d’universitaires de la République. En 1973, la parution de la traduction française du livre de Robert Paxton, « La France de Vichy », annonce des révisions déchirantes de l’historiographie de la politique antisémite de Vichy. Ce revirement est conforté par « Vichy et les juifs » de R. Paxton et M. Marrus (1981) et « Vichy-Auschwitz » de Serge Klarsfeld (1985). Nonobstant, comme il le reconnaît dans cet essai, Pierre Birnbaum, « soucieux de pure recherche académique », « poursuit sa légitimation du rôle de l’Etat ». C’est dans les années 90, que l’universitaire, « ayant entrepris une prosopographie du personnel politico- administratif juif parvenu au plus haut niveau de l'État, de la naissance de la IIIème République à Vichy », s’indigne du tragique destin des « Juifs de la République ».

Avec la troisième partie, « Les Justes m’ont sauvé », le chercheur entend rendre justice aux fonctionnaires et aux français qui ont tendu la main et sauvé des juifs.

La quatrième partie, « Le président, l’Etat et la théorie de l’Etat » permet au sociologue de l’Etat d’analyser l’évolution de la perception de la responsabilité de l’Etat dans les exactions du régime de Vichy, tant par les présidents successifs de la Vème République, que par les institutions.

Pour autant, grand est le désarroi du sociologue du politique constatant la légitimité affirmée de la France Libre, qui ne disposait d’aucun des attributs de l’Etat, dont Vichy avait conservé les apparences institutionnelles. 

Points forts

Le plan, qui facilite la lecture d’un essai aux analyses parfois contradictoires.

Le riche travail de recherche et de documentation, alimentant la complexité de l’exercice : justifier l‘œuvre d’une vie exaltant l’Etat fort et dénoncer, condamner, l’Etat Français de Vichy et sa politique antisémite.

Points faibles

Considérant le challenge que s’est donné l’auteur, je n’en ai pas à signaler.

En deux mots ...

Cet essai, qui laisse ouvert nombre des questionnements de l’auteur, pourrait être la nécessaire piqûre de rappel sur une période de l’histoire de France qui, longtemps occultée, aurait pu tomber dans les oubliettes du temps, s’il n’y avait la mémoire de la Shoah.

Un extrait

Page 71 / « … accepter de m’historiciser, de me voir tel un « enfant caché » plongé dans une histoire dont je suis le produit, tenter, en tant que juif « perdu », de me souvenir mais cette fois en tant qu’historien. »

Page 107 / « Dès la fin des années 1970, j’ose impunément faire figure de naïf pourfendeur d’un certain marxisme mécaniste, négateur de l’Etat, qui règne dans le monde académique … »

Page 113 / « ... le modèle de l’Etat fort, qui suscite certes un antisémitisme fort, mais se montre seul capable de le juguler, de le contenir. »

Page 115 / « C’est pourtant la face cachée de l’antisémitisme politique triomphant jusqu’au sein de l’Etat qui me bouleverse car elle remet en question toute la logique de mon travail. »

Page 123 / « … la mise en place des statuts des juifs, qui à eux seuls, mettent un terme à l’universalisme républicain. »

Page 231 / « … l’Etat n’a pas tiré toutes les conséquences de la leçon de Vichy. Les longues épousailles des Juifs et de l’Etat républicain s’en trouvent durablement affectées, ouvrant la voie à un avenir indéchiffrable. »

L'auteur

Né le 19 juillet 1940, de parents juifs qui, arrivés de Pologne en France en 1933, se sont réfugiés à Lourdes en juin 1940.

Professeur émérite de sociologie politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’IEP de Paris, il est l’auteur de nombreux ouvrages dédiés à l’Etat fort à la française, parmi lesquels :

(1977) Le sommet de l’Etat : essai sur l’élite du pouvoir en France » ; (1982) La logique de l’Etat ; (1992)  Les fous de la République : histoire politique des Juifs d’Etat, de Gambetta à Vichy; (2012)  Les deux maisons : les Juifs, l’Etat et les deux Républiques; (2016)  Léon Blum. Un portrait ; (2018) Où va l’Etat ?

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.