Livres/BD/Mangas

La Vierge Froide, et autres racontars

Culture-Tops propose depuis fin mars 2020 des chroniques de livres et de BD "hors actualité". Des œuvres qui ont particulièrement marqué nos chroniqueurs et qui composent cette nouvelle série du "Plaisir de relire".
De Jørn Riel
Ed. Gaïa et 10/18. Édition originale : 1993, 187 pages

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 10 avr . 2020

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

La Vierge Froide est un ensemble de 10 petits récits, qui racontent la vie des chasseurs arctiques au début du 20ème siècle, pendant la nuit polaire au Groenland. Danois, Inuit, ou autres personnages y vivent un séjour de plusieurs mois, reclus et confinés, borné par la chasse, le relevé des pièges, les corvées de cuisine ou de chauffage - dont le schnaps est l'un des ingrédients manifestement indispensable. Chaque récit introduit deux personnages, un lieu, une situation - un récit que l'un des personnage fait à l'autre ou une courte aventure qui va esquisser les liens entre eux, les lieux et les événements racontés. La Vierge Froide est l'un de ces récits, délicieusement "décalé" dans cet univers masculin, aussi désordonné que nauséabond et glacé !

Points forts

1. Le caractère farfelu des histoires, magnifiquement rendu par une excellente traduction qui restitue les ambiances, la roublardise des conteurs et autres personnages, aussi loufoques et "décalés" les uns que les autres.

2. La qualité ethnologique de ces récits est attestée par la vie passée par l'auteur au Groenland, dont il connaît parfaitement la géographie et les populations. Celle des chasseurs vivant l'hiver dans les cabanes au bord de la banquise est véridique bien que probablement révolue, si les personnages sont eux, bien fictifs !

3. Le sens du récit de Jørn Riel le rend très facile à lire, simple et direct dans son style et franchement distrayant ! La construction originale des histoires réserve quelques surprises et dévoile progressivement les liens entre ces hommes isolés, reliés entre eux par le traîneau ou l'indispensable caboteur qui annonce l'été, le Vesle Mari - sujet d'un autre recueil de nouvelles publié en 1996.

4. A noter, l'édition chez Sarbacane en 2009, de la version en roman graphique (160 pages !) de La Vierge Froide. Adaptée par Gwen de Bonneval et Hervé Tanquerelle, il est assez fidèle à l'original, dans ses personnages caricaturaux et truculents, et dans le texte lui-même, reproduit et adapté à la bande dessinée.

Points faibles

Ces racontars sont des petites histoires inventées, inspirées de la vie des chasseurs vivant l'hiver arctique dans des cabanes rustiques et froides. Le Schnaps faisant office d'eau, de désinfectant et d'antidépresseur, il est certain que ces vies-là ne sont pas très raffinées !  Lecteur, vous voici averti ! 

En deux mots ...

Ces Racontars "arctiques", dont La Vierge Froide est la première livraison, feront passer un bon moment aux amateurs d'histoires un peu foutraques et bien écrites. Le tissu ethnologique sur lesquels ils sont construits les rend attachants, intéressants, et pour certains, vraisemblables. La Vierge Froide et autres racontars inaugure une série de 10 ouvrages, de la même veine, dans lesquels personnages et lieux se croisent et se re-croisent, donnant de la consistance à chacun d'entre eux, éclairant petit à petit le rôle ou la psychologie des ces étonnants personnages.

Un visage drolatique du confinement, à envisager comme une nouvelle terre d'invention, sous réserve de ne pas abuser d'eau de vie !

Un extrait

"Tu sais William, quand on descend dans l'air chaud et humide du Danemark, on subit des transformations. On oublie les choses vraiment importantes, ou essentielles et on commence à s'intéresser à des bagatelles, aux femmes par exemple.  

Ici Mads Matsen ménagea un silence étudié pour permettre à William de s'adapter au sujet. Il venait d'aborder quelque chose de rare, pour ne pas dire inaccessible dans le monde du nord-est du Groenland, et il lui fallait manier cette bombe avec précaution. La femme devient en arctique une entité lointaine et imaginaire, à laquelle on ne fait allusion qu'avec des tournures vagues et prudentes. Il est extrêmement rare d'y entendre parler de cette créature d'une manière grossière ou obscène. Tout chasseur a sa propre affaire de cœur, belle et délicate, et qu'il préfère garder pour lui".  P 116

L'auteur

Jørn Riel est un explorateur, savant et écrivain Danois. Marqué par les récits de Knud Rasmussen (né au Groenland à Ilulissat, site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco pour son "fjord aux icebergs"), il est ami de Paul Emile Victor. Chercheur pendant 16 ans sur une base isolée au Groenland, il développe une œuvre littéraire abondante, souvent humoristique, consacrée pour partie à la vie dans la plus grande île du monde, glacée 8 mois sur 12. Il a reçu en 2010 le Grand prix de l'Académie Danoise pour l'ensemble de son œuvre - une trentaine d'ouvrages, la plupart traduits en français.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.