Livres/BD/Mangas

Le Bal des ombres

Un excellent roman baroque sur la renaissance d’un théâtre à l’époque de la reine Victoria
De Joseph O’Connor
Traduction Carine Chichereau Aux éditions Rivages 465 p. 23 €

Lu / Vu par

Marie de Benoist
Publié le 03 mar . 2020

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Les fils de l’intrigue se tissent autour de trois personnages légendaires au théâtre du Lyceum à Londres à l’époque victorienne : Abraham Stoker, qui sera l’auteur de Dracula, pour l’instant administrateur de la salle de spectacle, choisi par son propriétaire Henry Irving, l’immense acteur shakespearien au caractère insupportable et Ellen Terry, comédienne exceptionnelle au succès jamais démenti. Ils forment un trio d’une originalité folle. « Bram » subit les extravagances, les colères et aussi les accès de tendresse du «Chef » ! Ellen, la maîtresse du plus bruyant et démonstratif des deux, semble très attachée à celui qui n’ose pas lui déclarer sa flamme et qui, par ailleurs, se dispute sans cesse avec sa femme, Florence, qu’il admire cependant.

Le Lyceum leur impose un rythme de vie, qui ressemble à une cavalcade entre les mises en scène, les répétitions, les décors à construire, les costumes ou les accessoires à choisir, les soirées de spectacles à organiser et bien sûr l’entretien de la salle et la comptabilité. Des « ombres » célèbres, comme Bernard Shaw, Mark Twain, Oscar Wilde ou Walt Whitman, et le monstre Jack l’Eventreur pimentent ce récit mené tambour battant.

Points forts

• L’atmosphère des coulisses d’un théâtre est très bien rendue à travers l’effervescence de la troupe, galvanisée par le génial Henry Irving et apaisée par le méthodique Abraham Stoker.

• La personnalité complexe des trois protagonistes, unis par une amitié indéfectible, est dévoilée au fur et à mesure des années qu’ils partagent dans ce célèbre lieu. 

• Abraham Stoker se montre impitoyable dans son métier d’administrateur, tout en cachant une sorte de feu intérieur. En proie à des angoisses nocturnes, il communique, en effet, avec des fantômes et est hanté par l’idée de son futur personnage Dracula.  

Points faibles

• Un livre, composé du journal de Bram, de lettres, de dialogues rapportés, de coupures de presse, dans lequel le réel et le surnaturel se mêlent, pourra déconcerter certains lecteurs.

En deux mots ...

Cet auteur irlandais nous propose un roman baroque sur la renaissance d’un théâtre à l’époque de la reine Victoria. Il plonge le lecteur dans ce monde de l’artifice, de l’emphase et des caprices  avec une belle aisance. Le plus intéressant reste la naissance tumultueuse du fameux Dracula dans l’esprit de Stoker.

Un extrait

Irving à Stoker : « Ton amitié m’est si précieuse que le mot même ne peut la décrire … Tu es mon roc, mon vieux. Je me repose trop sur toi. Tu es l’eau dont je m’abreuve, l’homme que je voudrais être. » p. 314 

« Tu vas avoir beaucoup de succès, tu sais. Avec ton histoire de vampire … Toi et moi, nous ne serons plus là depuis longtemps, mais ton comte assoiffé de sang sera célèbre dans le monde entier. Pareil à Judas. » p. 357

L'auteur

Né en 1963 en Irlande, Joseph O’Connor a connu le succès grâce à Desperados (1998), L’Etoile des mers : adieu à la vieille Irlande (2003), Redemption Falls (2007), Les âmes égarées (2014).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.