Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Livres/BD/Mangas

Le Globe et la Loi

5.000 ans de relations internationales - Une histoire de la mondialisation
De Jacques Huntzinger
Le Cerf, septembre 2019 - 400 pages - 24 €

Lu / Vu par

Jean-Noel Dibie
Publié le 16 nov . 2020

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Après avoir rappelé, utilement, quelques événements marquants de l’histoire millénaire des sociétés humaines et leurs échanges, l’auteur s‘attache aux arcanes de la géopolitique contemporaine.

La première partie de l’ouvrage, s’inscrit dans la dynamique de Fernand Braudel faisant de la « longue durée » la matrice du monde présent. Le lecteur est invité à pénétrer dans l’écheveau des sociétés humaines dont les ébranlements réguliers, expriment les données sociales, culturelles, politiques et économiques de leurs temps.  Au fil des pages, le lecteur revisite la géopolitique du bassin du Tigre et de l’Euphrate, des rives du Nil, de la méditerranée orientale, de la Chine quadri millénaire, de la Grèce antique, de l’empire romain, d’Asie, d’Afrique, des empires amérindiens, de Perse et du monde islamique... Ce voyage spatio-temporel s’achève par une redécouverte de l’Europe : les fondements de sa naissance, « la Renaissance », son rayonnement international, son repli dans un univers bi-polaire, le mirage unipolaire de « la fin de l’histoire ».

Dans la seconde partie l’essai, l’auteur aborde les soubresauts du monde contemporain à la lumière de la mondialisation. Le sous-titre de l’ouvrage, « Histoire de la mondialisation» souligne l’analyse faite des composantes, politiques, économiques, culturelles, sociales et juridiques, du phénomène. Tant en se conjuguant qu’en s’opposant, ces cinq mondialisations installent « un nouveau monde », où prime l’individu et sa diaspora, très différent du « monde classique » des Etats et de leurs peuples. Le primat de l’Etat et sa puissance sont mis en cause. Les marchands et la finance bousculent les règles établies du capitalisme. Dans les démocraties, la poussée de l’individualisme favorise la fragmentation des sociétés et le déclin de la citoyenneté. La mondialisation culturelle déstabilise le sacré et la religion, soubassements des peuples. Pour autant, en vertu des « paramètres d’Hérodote » - une langue, une culture et des dieux –, l’Etat demeure. Toutefois, sa puissance régalienne s’effrite, de pair avec la modification des rapports entre le prince et le peuple. Ce mouvement, lent mais irréversible, favorise la souveraineté des « petits Etats », qui bénéficient des principes de l’intégrité de l’Etat et de l’égalité entre Etats.

En conclusion de son essai, l’auteur se penche sur la gouvernance du monde et le poids respectif des puissances régionales. Il en dégage trois lignes de force : l’ancien monde des puissances européennes fait place à un nouveau monde de quelques 200 Etats souverains ; les conflits régionaux se multiplient ; les « hyperpuissances » s’effacent.

Points forts

Une plume allègre.

Une riche documentation bien intégrée à la réflexion.

Un choix judicieux de rappels historiques contribuants à une meilleure perception de l’emballement de notre monde.

Points faibles

Je n’en ai pas à relever.

En deux mots ...

J’ai eu grand plaisir à lire cet essai qui, outre de rafraîchir ma mémoire, élargit le champ de mes interrogations sur les mutations accélérées du monde contemporain. Cette lecture est venue renforcer mon refus du « catastrophisme » ambiant.

Un extrait

Page 11 – L’histoire du monde nous montre que la vie internationale a toujours été dans la continuité de la vie de la cité. Car ce sont les mêmes quatre acteurs qui font la vie de la cité et la vie internationale. Il s’agit du peuple, du prêtre religieux ou civil, du prince et du marchand.

Page – 258 - Parce que le monde actuel s’est rempli de toutes les cultures du monde, il est empli de conflits souvent agressifs, parfois meurtriers. La peur et le rejet de la mondialisation culturelle vont provoquer chez les princes et les peuples des réactions de « contre-mondialisation ».

Page 276 – Ainsi le chaos présent n’est autre chose que l’effort d’adaptation en cours de tous les Etats aux jeux des mondialisations qui les affectent et les transforment.

Page 284 – Les mondialisations ont multiplié les acteurs aptes à la puissance mais ont diminué d’autant la puissance de chacun.

Page 301 – Ce qui est considéré comme un chaos est en fait le moment de la transition historique d’un monde autrefois limité à l’Europe monde, puis au monde bi-polaire, à un monde mondialiste.

L'auteur

Né en 1943, à Boulogne-Billancourt, docteur en droit, IEP Paris, agrégé de droit public, universitaire et diplomate, Jacques-Gabriel Huntzinger est un expert reconnu en relations internationales.

Fort de sa culture et de ses expériences professionnelles, il a usé de son goût pour l’écriture en publiant plusieurs ouvrages dédiés aux relations internationales, notamment en Méditerranée. On lui doit également une Initiation à l’Islam (Le Cerf 2017)

C’est en historien que le juriste et le diplomate propose au lecteur quelques pistes pour décoder la complexité d’un monde en mutation.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.