Livres/BD/Mangas

Les Altruistes

Un excellent premier roman au titre ironique sur une famille américaine tellement narcissique!
De Andrew Ridker
Traduit de l'anglais par Olivier Deparis Editions Rivages 464 p.

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 14 jan . 2020

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

L'auteur nous raconte le quotidien des Alter, famille de la classe moyenne américaine, juive mais à la pratique plutôt tiède. Le but déclaré de chacun dans l'existence est d'être quelqu'un de bien, de rendre service à son prochain, avec ses moyens, mais avec une fortune diverse quant aux résultats obtenus.

Leur nom déjà est un clin d'oeil à leurs prétentions : Alter, l'autre en latin. La vie familiale est essentiellement axée sur le campus : un père, professeur, en attente d'une titularisation qui ne viendra jamais, la mère, psychologue autant pour les couples que pour les étudiants du campus, décédée trop tôt d'un cancer et les deux enfants, étudiants sur ce même campus, au début puis dans d'autres campus plus prestigieux

 Enfin, le roman ouvre la voie à un certain nombre de questions : on s'interroge sur le bien et le mal, sur ses propres capacités à vivre dans ce monde moderne, l'éternel décalage entre "vouloir" et "pouvoir".

Points forts

- L'auteur nous fait ici une magnifique description de la vie de cette famille, avec pléthore de détails passionnants.

- L'étude psychologique de ces quatre personnages est remarquable et les rend particulièrement attachants, d'autant qu'elle met en avant bon nombre de paradoxes, notamment chez Maggie, jeune fille qui a bien du mal à mettre en adéquation ses idées et son comportement 

- Si l'ambition de cette famille est de dédier sa vie aux autres, la réalité est loin du compte et leurs tentatives vouées à l'échec en font des anti-héros chacun à sa manière, avec des failles telles qu'elles appellent à l'indulgence et à une grande tendresse de la part du lecteur

-la réunion de famille chez le père vaut son pesant d'or : l'intention avouée est de reformer une famille après le décès de Francine, la mère. Mais en fait, le père et le fils espèrent secrètement tirer des avantages financiers de cette rencontre. Quant à Maggie, elle vient là pour récupérer des objets lui rappelant son enfance et surtout des souvenirs de Francine. L'arrivée inopinée de la petite amie du père met le feu aux poudres, tout le monde accuse tout le monde et les bons sentiments partent en fumée, nous sommes à la limite du pugilat !

-- L'écriture de ce livre est fluide et confortable : on ne lâche pas l'ouvrage...

Points faibles

- Juste une petite remarque : les innombrables retours en arrière “déphasent” par moments, et demandent une certaine gymnastique d'esprit.

En deux mots ...

Ce roman, premier ouvrage d'Andrew Ridker, est une réussite. C'est un livre de qualité, plein de promesses pour les suivants. L'auteur nous décrit une classe en voie de disparition aux Etats-Unis et cet univers si spécifique aux campus américains. Les quatre personnages principaux de ce roman sont juste épatants parce que tellement humains avec leurs ambitions, leurs rêves, leurs ratages.

Un extrait

La description des personnages est recherchée. Ainsi, Madame Klein, mère de Francine :

"C'était de Madame Klein qu'il fallait se méfier. Cette femme fluette ("..... ") était une fine observatrice de la dynamique sociale, un génie de la critique armé d'un arsenal de vacheries déguisées en compliments" (p. 206).

Aussi, lorsque le père parle de sa liaison avec Ulrike : "Il savait qu'il était en couple avec elle car il avait commencé à lui mentir sur ses allées et venues" (page 112).

Enfin, le sentiment d'Ethan le fils:  "... ce qu'il avait toujours voulu : pas de cynisme, pas de prétention, rien d'autre que la fragile honnêteté d'être soi" (p. 133).

L'auteur

Andrew Ridker est né en 1991 aux Etats-Unis. Il a commencé une carrière de journaliste en publiant des articles pour plusieurs revues avant de se lancer dans l'écriture de son premier roman Les Altruistes. Celui-ci a immédiatement rencontré le succès et actuellement, il est en cours de traduction dans dix-sept pays.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.