Livres/BD/Mangas

Les racines de la Colère, deux ans d'enquête dans une France qui n'est pas en marche

Un témoignage sur la précarité, étonnant de dignité !
De de Vincent Jarousseau, Photos et textes. Eddy Vaccaro pour les pages de BD
Éd., Les Arènes Mars 2019 160 p 22,00 €

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 31 jan . 2020

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Ils s'appellent Loïc, Tanguy, Manon, Guillaume, Aline, Christian, Christiane… Ils ont entre 20 et 55 ans et ont en commun de vivre à Denain.  Cette ville du nord a connu les mines, les hauts fourneaux d'Usinor, 10% de la production d'acier en France, l'emploi pour tous, et puis… plus rien après la crise de la fin des années 70. Laissant Denain une des villes les plus pauvre de France. Le photographe documentaire Jean Jarrousseau a décidé de suivre huit familles de Denain qui ont en commun le Smic, le RSA, les allocations familiales, l'amertume de se sentir invisibles au pouvoir, mais débrouillards, et pour les plus jeunes, l'énergie de vouloir s'en sortir. 

Ces huit portraits, réalisés en 2017 et 2018  se développent dans les 160 pages de ce qu'il faut bien nommer formellement un roman photo. Celui ci s'ouvre sur une courte bande dessinée qui met  en image les "riches heures" de Denain, puis la crise, puis "la chute" de la ville et de beaucoup de ses habitants. Tranches de vies illustrées avec simplicité, offrant aux lecteurs, le visage de la réalité et des dialogues authentiques, insérés dans les photos, comme dans une BD !

Points forts

Lauréat du Prix France Info 2020 de la bande dessinée d'actualité et de reportage.

1. Un thème intéressant, utile, original. Donner la parole à celles et ceux qui ne l'ont pas, c'est offrir à beaucoup de découvrir une vérité souvent ignorée, ou du moins, perçue de façon virtuelle.

2. Une belle dignité dans le traitement des reportages, le choix de photos, des dialogues, des situations montrées. On ne peut pas rester insensibles à ces vies souvent enfermées dans les murs de la ville, de l'appartement, ou de la maison, faute d'argent pour en sortir. En dépit de tout, l'optimiste des plus jeunes, leur sens de l'amitié, de la famille, leur volonté de rompre la spirale de la pauvreté forcent l'admiration.

3. Tous les portraits sont introduits par une présentation, ouverts aux situations vécues par l'entourage. Le témoignage de Loïc, qui se débat pour redonner un cours normal à sa vie malgré un passé judiciaire, est plus qu'intéressant sur les absurdités administratives et les difficultés  à se réinsérer qu'elles engendrent.

4. Une postface composée d'une lettre conclusive au Président de la République et de courts articles de deux sociologue et une géographe, replacent bien le photo reportage dans son contexte.

Points faibles

Il faut s'intéresser au sujet de la précarité et de cette France qui se sent déclassée, ignorée, oubliée du pouvoir - et se dit humilié de cette apparente indifférence. Une partie des "Racines de la colère" du mouvement des gilets jaunes y apparaissent assez clairement. 

Si cela ne rentre pas dans vos sujets d'intérêt, ne manquez pas pour autant l'occasion d'en approcher la réalité par ce média original.

En deux mots ...

Une initiative éditoriale audacieuse qui a le mérite de nous permettre de gagner un peu en humanité. Il n'était pas évident de traiter un tel sujet sans sombrer dans le manifeste revendicatif. Clairement, la formule du roman-photo-bande dessinée est judicieuse pour restituer l'authenticité des propos et des situations. Il est tout le contraire de la caricature du reportage misérabiliste tant ces Français que Jarrousseau ne dit "pas en marche" sont vrais et dignes. Je n'ai honte de le dire, ce photo reportage m'a beaucoup appris sur ces hommes et femmes de la France dite "périphérique", qui ont fait des choix ou subi la précarité, mais tous fiers de leur identités, amers la difficulté à s'en sortir, sincères dans leur revendications. Beaucoup ont trouvé dans le mouvement des gilets jaunes le média pour exister aux yeux du pouvoir. 

Une illustration

L'auteur

Vincent Jarrousseau est photographe documentaire. Outre son travail au sein d'une agence et la publication régulière de ses photos-reportages dans la presse, il est membre du collectif de journalistes indépendants "Les incorrigibles". Il a publié en 2017, avec l'historienne Valérie Igounet, un photoreportage sur les électeurs du Front National : L'Illusion Nationale.
Il a reçu début janvier 2020 le 26eme Prix France Info de la bande dessinée d'actualité et de reportage.

Eddy Vaccaro est un auteur de bandes dessinées. Il a publié une dizaine d'albums et a reçu en 2014 le prix Sant Michel pour Mobutu dans l'espace, un des plus ancien prix de bande dessinée, décerné en Belgique.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.