Livres/BD/Mangas

Sagesse et Folie du monde qui vient, Comment s'y préparer, comment y préparer nos enfants

D'utilité publique
De Luc Ferry et Nicolas Bouzou
XO éditions 427 pages

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 23 avr . 2019

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Les livres sur la 3ème révolution industrielle, celle du développement de l'intelligence artificielle et des nouvelles technologies, ses forces, ses enjeux, ses périls… pullulent ! Les livres sur le déclin de l'Occident, la fin du travail, la nécessité d'une économie de décroissance et de redistribution à travers des dispositifs comme le Revenu Universel de Base pullulent tout autant ! Alors le Philosophe Luc Ferry et l'économiste Nicolas Bouzou ont uni leurs analyses pour nous démontrer que la vérité est ailleurs. 
Le fond de leur argumentation repose sur un examen des faits économiques, sociaux, et sur une lecture philosophique libérée de l'idéologie qui selon leur propos, "oublie le réel". 
Partant de la réalité du monde d'aujourd'hui, l'ouvrage est organisé en 5 chapitres comme 5 explorations en regards croisés :  Progrès ou décadence ? Vers la fin du travail ? De l'avenir du capitalisme ; Fake news et post-vérité; un dernier chapitre de convergences : le pouvoir, le sens et l'avenir de nos enfants. 
Présenté autrement, cet ouvrage à quatre mains aborde les espoirs et les craintes de la 3ème révolution industrielle, les progrès et les risques qu'elle porte en germes, pour nous amener à la question de la gouvernance de ce monde nouveau, de la France au sein de l'Europe, de l'Europe dans une économie mondialisée.

Points forts

1- L'énergie de Nicolas Bouzou et la sagesse de Luc Ferry produisent un cocktail pétillant d'intelligence. N'en déduisons pas que le premier n'est pas sage, et que le second n'est pas énergique. Leurs points de vue se complètent avec bonheur, alternant la force des chiffres (sur les progrès du monde - ce qui n'est pas sans rappeler l'excellent C'était mieux avant de Michel Serres), sur la croissance et ses bénéfices sociaux, médicaux, technologiques, culturels, avec le recul de l'histoire et des grands courants de pensée.

2- Ce livre remet les choses à leur place : chacun a le droit d'être pessimiste sur l'avenir, mais personne ne peut ignorer les progrès considérables induits par le libéralisme et l'économie de marché, personne ne peut feindre d'ignorer les échecs des gouvernances par l'idéologie, qu'elle soit marxiste, léniniste ou maoïste. Bouzou et Ferry le rappellent avec force chiffres, faits et résultats concrets.

3- L'ambition de préparer "nos enfants" à un monde nouveau est intéressante. Le parti pris de la transformation du travail - et non de sa disparition, le parti pris de l'innovation et du marché comme essence de la nature humaine - et non l'oisiveté d'un monde idéal associée à la distribution d'un revenu à tous -chuchoté par Keynes et clamé par Ellul et Rifkin, le plaidoyer pour la croissance et le capitalisme libéral comme moteur des progrès essentiels à venir - et non la proclamation de la nécessité de la décroissance et d'une vertu écologique à la frontière du totalitarisme… sont incontestablement, sous le double regard de l'économie et de la philosophie politique, enrichissants.

4- Le livre passe en revue, et au tamis, entre autres, les thèses de Finkielkraut, Debray, Onfray, Ellul, Fukuyama, Rifkin, Tirole, Metcalfe (loi  sur la valeur des réseaux). Il croise aussi, parfois d'assez près, les réflexions de Tavoillot sur la gouvernance des démocraties et de Daniel Cohen sur la croissance.

5- Et il ne faut pas le bouder, à quelques paragraphes près, tout cela est clair, bien écrit, souvent avec un humour et une ironie feutrés que l'on apprécie d'autant que les auteurs nous entraînent en dehors des senties battus du politiquement correct et des discours convenus sur le déclin de l'Occident et des périls insurmontables de l'avenir.

Points faibles

1- Qui a lu Bouzou et Ferry retrouvera, inévitablement, des thèses et des arguments déjà entendus. Mais qu'importe, l'édifice intellectuel est riche et bien construit. La répétition des thèses rassure sur la cohérence de leurs auteurs...

2- Ce livre s'appuie sur des conférences tenues au théâtre des Mathurins à Paris. Il y a donc quelques redites entre les propos de l'un et les propos de l'autre.

3- Une déception : le dernier chapitre, tout en invitant à consolider l'Europe comme puissante économique, politique et technologique, se termine en charge contre la vision européenne du Président Macron. Cela transpire un peu le parti pris électoral, dont cet ouvrage ne me semble pas avoir besoin.

En deux mots ...

A la suite d'autres essais dont Culture-Tops s'est fait écho récemment, voici un livre qui aide, selon les propres mots de Luc Ferry, "à comprendre le monde qui vient" et non à stériliser pensées et actions par la prédiction de bouleversements irréversibles et anxiogènes. Si encore le postmodernisme -et les thèses qui le soutiennent- "déconstruit l'idée même de vérité" (nous évoluerions vers un monde bien pire "qu'avant"), ce livre participe à restaurer les vérités du monde qui est et du monde qui vient. C'est en reposant sur la fondation des progrès du temps présent et des innovations à venir - pour lesquels Bouzou est un infatigable ambassadeur - qu'il peut apparaitre comme un plaidoyer pour un capitalisme moderne et mondialisé, respectueux des hommes, de leurs libertés et des ressources naturelles. C'est en tout cas ce chemin de confiance que Bouzou et Ferry nous invitent à prendre, pour faire de la France et de l'Europe un territoire d'innovations et d'initiatives à la hauteur des géants américains et chinois Qui entament le virage de la troisième révolution industrielle, de l'IA et des réseaux… sans états d'âme !

Un extrait

Ou plutôt quatre:

"Pour tenter de comprendre le pessimisme actuel, il ne suffit pas d'ironiser ni même d'opposer la réalité à l'idéologie. Il faut aller au fond des choses, remonter à une histoire qui est mal connue, à l'opposition cardinale entre libéralisme et étatisme qui structure l'espace intellectuel et politique français depuis la grande révolution.". P 20

[L'innovation] … "crée sans cesse de l'insécurité, de la flexibilité pour les salariés comme une obligation impérative pour les entrepreneurs eux-mêmes de se livrer à tout  moment à des stratégies d'adaptation à la concurrence mondiale. Impossible pour quiconque de se reposer sur ses lauriers, de trouver le moindre répit dans le maelström de l'innovation capitaliste. Même quand elle est là et pourrait sembler à priori une bonne nouvelle, la croissance est tout sauf un long fleuve tranquille. Les innovations techniques auxquelles elle s'adosse bouleversent de fond en comble nos  mœurs et nos façons de vire." P 123

"Les individus sont plus attachés au contenu d'une information qu'à sa qualité. Voilà ce contre quoi nous, rationalistes, devons lutter. Voilà ce que nous devons faire comprendre à nos jeunes : que toutes les informations ne se valent pas et que la pérennité des démocraties libérales repose sur la capacité des citoyens à se forger une opinion sur la base d'arguments sensés." P 307

"… la "post-vérité" n'est pas seulement de l'ordre du mensonge ou de la mauvaise foi, mais elle réside d'abord et avant tout dans le fait que la vérité devient indifférente, seule l'efficacité du récit, du storytelling comptant au final." P312

Voir aussi l'interview des deux auteurs sur le site de notre partenaire Atlantico : https://www.atlantico.fr/decryptage/3568863/luc-ferry-nicolas-bouzou--le...

L'auteur

Nicolas Bouzou est économiste, contributeur régulier à de nombreux médias français et internationaux. Qualifié de libéral et progressiste, il s'intéresse aux mutations de la société, à l'éducation, à l'histoire des civilisations, à la philosophie. Il a notamment publié un livre avec Luc Ferry (La politique de la Jeunesse, en 2011). Quatre de ses récentes publications ont été chroniquées dans Culture Tops (Pourquoi la lucidité habite à l'étranger ? 2015, L'innovation sauvera le monde 2016, Le travail est l'avenir de l'homme 2017, La comédie (in)humaine, avec Julia de Funès 2018). Membre de plusieurs cercles de réflexion, il a crée sa propre entreprise de conseil, Asterès. 

Ex Ministre de la Jeunesse, de l'Education Nationale et de la Recherche, de 2002 à 2004, Luc Ferry est professeur de philosophie et de sciences politiques. Il est essayiste, éditorialiste, Président (ou Délégué) du Conseil d'analyse de la Société, du Comité de réflexion sur la modernisation des institutions, auteur traduit dans une quarantaine de langues, lointain parent du Ministre éponyme. Luc Ferry est surtout un philosophe qui a su faire des questions de vie "heureuse", d'amour, d'éducation,  de famille, de "révolutions" technologiques des sujets accessibles au plus grand nombre (voir notamment sur le site, la Chronique sur La révolution transhumaniste et 7 façons d'être heureux). On le sait moins, il anime une émission régulière sur Radio Classique et a aussi enregistré de nombreux livres "audio" - un autre moyen de vulgariser la démarche philosophique. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.