Culture-Tops soutient nos amis les libraires

Livres/BD/Mangas

Tant que dure ta colère

Ne casse pas quatre pattes à un canard suédois
De Asa Larsson
Editions Albin Michel - 331 pages

Lu / Vu par

Bertrand Devevey
Publié le 20 déc . 2016

Recommandation

1,0A la rigueurA la rigueur

Thème

Deux jeunes disparaissent au cours d'une plongée dans un lac d'altitude en Suède. Fait divers ou conséquence d'une curiosité qui aurait pu réveiller de sordides souvenirs ? La Procureure Rebecka Martinsson, héroïne "récurrente" que ce roman met à nouveau en scène, est en charge de l'enquête.

Ce qui aurait pu être un banal accident se révèle être le déclencheur de crimes et d'agressions dont les motivations semblent difficiles à déceler et les auteurs, naturellement, difficiles à démasquer.

Dans cette enquête, le passé se conjugue au présent, les vivants et les morts s'inspirent et conspirent dans un suspens que seules les dernières pages permettront de dénouer.

Points forts

1- C'est un roman policier sans délires psychiatriques ni excès de violence. Pas fatiguant pour les nerfs, ni pour les neurones.

2- Grandes solitudes glacées, Suède rurale et profonde entre été, automne et printemps, entre présent et souvenirs - pas forcement avouables- d'une collaboration pas totalement assumée avec l'Allemagne nazie. Petit volet historico - culturel à ne pas bouder car la liste des points forts n'est pas longue.

Points faibles

1- Je vous propose un petit jeu : parmi ces noms, trouvez au moins 2 hommes, deux femmes, un chien, une rivière et un village. Torneälven, Hjörleifur, Hjalmar, Tore, Vittangi, Verra, Sven-Erik, Pohjanen, Kutukoski, Wilma, Karl-°Ake, Krister … (Trois indices sont subtilement dissimulés dans la rubrique "une phrase" !)

2 - Heureusement,  il y a aussi un chien qui s'appelle Tintin, une femme qui s'appelle Anna Maria (et Rebecka) et même "Trifouilly les oies", une surprise quand on se perd entre les patronymes et les localités, sourire offert par la traductrice, dans un livre qui n'est pas vraiment drôle.

3- Roman à succès en Suède, mais pas grande littérature quand même. Phrases courtes - du style film d'action où la succession des plans doit créer de la tension, immanquables citations de marques suédoises inconnues (heureusement il reste Ikéa et Volvo) et poncifs à en (sou)rire tant ils annoncent des situations (presque) prévisibles.

En deux mots ...

Quand on est tolérant aux stéréotypes du genre :  le méchant est vraiment méchant, le plus méchant n'est pas celui qu'on croit, le vol des oiseaux veut dire quelque chose, le policier qui enquête a un problème de couple, c'est dur de tuer des gens, même quand on est représentant de l'ordre, une enfance malheureuse fracasse une vie, la campagne se vide de ses jeunes et les vieux sont malheureux, il ne faut pas remuer le passé mais une rédemption est toujours possible, marcher sur la glace au printemps, c'est pas prudent… alors, ce roman vous distraira peut être un peu. C'est un livre tout public, un peu dépaysant, avec un petit suspens qui ne devrait empêcher personne de dormir. A lire éventuellement sur la plage en pleine canicule !

Une phrase

- "Alors, on les a retrouvés ?

- Non, elle seulement. Dans le Torneälven, en amont de Vittangi. Un accident de plongée, exactement comme on le pensait. Anna -Maria vient d'appeler pour que je vienne avec Tintin essayer de trouver le garçon dans les environs."

L'auteur

Asa Larsson est une romancière et scénariste suédoise. Avant de publier son premier roman, en 2003, elle était avocat fiscaliste. Elle a reçu deux prix littéraires en Suède pour ses romans policiers, dont un a été adapté au cinéma.

"Tant que dure ta colère" est la version française de l'ouvrage publié en suédois, en 2008.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.