One Man Show

aaAhh Bibi

Joli retour dans le monde du cirque et de l’enfance
De Julien Cottereau
Mise en scène : Erwan Daouphars
Avec Julien Cottereau

Infos & réservation

Théâtre Tristan Bernard
64 rue du Rocher
75008 Paris
Tél. : 01 45 22 08 40
http://www.theatretristanbernard.fr
Du 24 janvier au 26 avril 2020, les vendredis et samedis à 19 heures, le dimanche à 16 heures (15 heures à partir du 15 mars) Relâches les 14 et 15 février - les 6, 7 et 8 mars - le 24 avril

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 02 mar . 2020

Recommandation

2,0BonBon

Thème

Un jeune homme entre en scène, méchamment bousculé par une forte bourrasque. Il arrive au milieu de nulle part, et trouve sur le sol un gilet à brandebourgs qu'il enfile, et dans la poche duquel il découvre un nez rouge. 

Nous voilà emportés par Bibi dans un défilé d'artistes de cirque, dans un cosmos onirique, sous forme de mimes accompagné de bruitages.

Points forts

Nous pénétrons dans un univers complètement surréaliste, le monde magique du cirque. Bibi nous fait revisiter successivement tous les personnages du chapiteau, mais à sa manière, en mimant avec talent chaque métier : le funambule, le prestidigitateur, le lanceur de couteaux, le trapéziste... C'est du grand art.

 Nous voilà bientôt en état d'apesanteur, dans l'imaginaire du comédien, lequel se dépense sans compter. 
L'accompagnement musical suit au millimètre les mouvements du soliste sur scène avec une belle efficacité ;
L’interactivité du spectacle : le comédien va chercher dans la salle des personnes, notamment des enfants - absolument ravis - et les entraîne sur scène ; succès garanti !

Julien Cottereau a besoin de son quart d'heure de tendresse : il repart dans la salle pour s'épancher sur l'épaule de quelques spectateurs, qui se prêtent de bonne grâce à sa quête d'affection.

Points faibles

Par moments, on peine à comprendre quel artiste le comédien nous mime ; même si l'instant est plein de grâce, on est parfois déçu de ne pouvoir saisir son intention. 

La récurrence mimée de certains personnages n'est pas toujours utile, car elle gâche l'effet de surprise et retire de la légèreté à l'ensemble.

En deux mots ...

Bibi, personnage ô combien attachant, nous permet d’accéder au monde de l'enfance. Cartésiens, s'abstenir ! Le spectacle est dépaysant, par moments émouvant, nostalgique même quand, à la fin du spectacle, le comédien a du mal à se séparer de son nez rouge. Cette soirée s'apparente à un voyage plein de poésie, maître mot dans l'univers de Julien Cottereau.

L'auteur

Après avoir fait la rue Blanche (ENSATT), l'auteur a fait ses classes au Cirque du Soleil (en remplacement d'un clown-bruiteur), ce qui lui conférera une dimension internationale. En 2002, il rejoint l'association Clowns sans frontières, et crée des spectacles à travers le monde. 

Après quelques rôles au cinéma, Cottereau écrit "Imagine-toi", une pièce qui lui vaudra le Molière de la révélation théâtrale masculine en 2007. Il joue dans divers autres pièces et crée en 2014 "Le petit Prince de Saint-Exupéry", qu'il réinterprétera en 2018 au Théâtre Marigny.

Ce dernier spectacle "aaAhh Bibi" a rencontré un vif succès ces derniers mois au Lucernaire.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.