Les sources

Au pays de Marie-Hélène Lafon, les femmes ne se laissent pas (a)battre. Un roman qui va à l’essentiel comme un cri
De
Marie-Hélène LAFON
Buchet Chastel
Publié en janvier 2023
118 pages
16,50€
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Histoire d’une famille paysanne dans le Cantal : Trois moments clés (juin 1967, mai 1974,

octobre 2021), racontés par trois voix différentes (la mère, le père, un des enfants).

Histoire universelle de domination masculine, forte et brutale. Histoire de la peur.

Histoire surtout de courage, de révolte et d’émancipation féminine.

Points forts

L’Ecriture de Marie-Hélène Lafon tout d’abord, ciselée, tendue et précise dans le vocabulaire employé. Pas un mot de trop, le juste nécessaire pour construire une ambiance qui nous transporte dès la première ligne au coeur de cette famille, où l’emprise du père grandit de de plus en plus jusqu’à en devenir oppressante.

Le thème ensuite, cette femme qui refuse d’abandonner sa vie à la peur et qui a le courage, dans les années 60, à la campagne, de ne pas se soumettre à sa condition.

La fin, enfin, que je trouve magnifique mais que je ne raconterai pas ici.

Quelques réserves

Pas de réserve, c’est une leçon d’écriture.

Encore un mot...

La force de ce roman est qu’il est court : il va à l’essentiel, tout de suite, comme une urgence, comme un cri. Le lecteur doit remplir beaucoup de blancs, beaucoup de choses ne sont pas écrites : le moment après le roman est encore le roman.

Une phrase

  • « Claire et Gilles sont sur les balançoires, ils jouent à se renverser le plus loin possible en arrière, les jambes et le buste tendus, les fesses posées en équilibre sur la planchette étroite, leurs poings serrés sur les cordes. » page 33
  • « Le pays vert, l’herbe pousse, tout est tellement jeune que, le matin surtout, et d’avantage encore le dimanche, ça lui donne une sorte de tournis, un vertige. » page 51
  • « On vit une drôle d’époque, depuis mai 1968 et leur révolution, les femmes veulent prendre la place des hommes, il voit les images de la télé, il écoute le poste, il lit le journal aussi, il s’intéresse ; le monde est chamboulé et ça le dérange. Même dans sa ferme, dans sa vallée, au bord de la Santoire, au milieu de rien, il est atteint, il est touché, on voudrait le commander et il est dérangé. » page 105

L'auteur

Marie-Hélène LAFON est professeure agrégée de français et est originaire du Cantal, décor de nombreux de ses romans. Primée à de nombreuses reprises, ces romans sont toujours des fulgurances.

Commentaires

Cincinelle 49
dim 04/02/2024 - 09:54

Un enchantement à lire, de par l’ambiance créée avec les animaux (sanglier), la nature et les paysages…
Un reflet bien vivant de ce Cantal si apprécié ….

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir