Roman Américain

De
Antoine Bello
Editions Gallimard
Recommandation

A lire sans modération.

Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par Culture-Tops

Thème

Une série d’articles du Wall Street Tribune bouscule la vie des habitants de Destin Terrace, une banlieue calme de Floride.
Cette typique ville américaine est prise en exemple par le journaliste Vlad Eisinger, pour dépeindre le succès effarant du marché du life settlement : la revente d’assurances vies.
Dan Siver, ami du journaliste et écrivain sans succès, révèle de l’intérieur les réactions des escrocs et des victimes, ces « Desperate Americans »  qui cohabitent et s’émeuvent face aux divers articles qui détaillent leurs mésaventures.

Points forts

1-    Le rythme donné au roman par son habile construction entre les échanges épistolaires, les documents journalistiques et la narration.

2-    La mise en exergue des absurdités de la société consumériste des Etats-Unis d’Amérique qui va jusqu’à « trader » et marchander la mort.

3-    Un scanner très bien documenté du marché du life settlement ; un marché viager sur la mort à venir.

4-    Originalité et humour.
Je pourrais citer Dan Siver qui donne sa définition du motromancier et qui décrit très bien les qualités de Bello : « celui qui possède à la fois une sensibilité originale – un prisme unique à travers lequel il regarde le monde – et la capacité à faire partager cette expérience singulière à travers les mots ».

Quelques réserves

1- Les sept articles qui donnent son rythme au roman pourraient sembler d’approche rébarbative au lecteur qui n’apprécie pas les essais économiques. Assez technique pour des amateurs bien que nécessaires à la construction globale.

2- Antoine Bello revient de nouveau sur un thème qui lui tient à cœur : les problématiques d’actualités sur la manipulation des informations et le pouvoir de la fiction. La question posée sur la véracité des informations exposées sur le net ne me semble pas être nécessaire à l’assemblage général.

Encore un mot...

« Bellossimo Maestro » !

L’auteur, maître de la construction narrative, alterne le journal personnel, les articles de presse et les échanges d’emails avec cet humour qui lui est propre.  Le regard qu’il porte sur la société américaine est pertinent et caustique à la fois.

Un mélange de littérature et d’économie.

Confidence personnelle : ce roman vif, drôle et original  n’a fait que confirmer le choix récent que j'ai fait, personnellement, de quitter le monde de la finance. Après la bulle des « subprimes », à quand la prochaine?
 

L'auteur

Antoine Bello est un écrivain et entrepreneur franco-américain né à Boston en 1970.
Il est l'arrière petit neveu de Marcel Aymé.
Co-fondateur de la société Ubiqus, il crée en 2007 le site internet Rankopedia qui établit des classements divers et variés.
Il publie en 1996 son premier recueil de nouvelles, Les Funambules, pour lequel il obtient le prix littéraire de la Vocation Marcel Bleustein-Blanchet. Suivent alors huit romans édités chez Gallimard dont Les Falsificateurs et Les Eclaireurs, qui surprennent par leur originalité.

Commentaires

Isabelle G
ven 27/06/2014 - 09:38

Belle critique. Cela donne envie de le lire et donc ce sera mon livre pour les vacances. S'il est un peu trop ardu pour une non initiée de la finance, je demanderai à mon mari.

Anne-Laure
ven 27/06/2014 - 12:16

Merci pour ce beau commentaire qui me donne envie de plonger dans ce monde inconnu.
A quand le prochain?

Manu
jeu 03/07/2014 - 11:43

Merci pour cette analyse qui donne envie de lire ce bouquin qui colle parfaitement à l'actualité. Bonne idée d'analyser autant la forme que le fond du récit, cela donne une idée assez precise du style litteraire utilisé par l'auteur.
Ce sera ma prochaine lecture!

Grégory
lun 07/07/2014 - 12:16

Critique juste qui donne envie de lire ce roman. Merci.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir