Dans la peau de Cyrano

Le miracle de Cyrano
De
Nicolas Devort
Collaboration artistique : Stéphanie Marino et Sylvain Berdjane
Durée : 1h15
Mise en scène
Clotilde Daniault
Avec
Nicolas Devort
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre du Ranelagh
5 rue des Vignes
75016
Paris
01 42 88 64 44
Du 18 janvier au 28 avril 2004. Jeudi, vendredi, samedi à 19h et dimanche à 15h

Thème

  • Un jeune garçon, Colin, fait sa rentrée dans un nouveau collège. Il est terrifié par ses camarades, et plus généralement par les autres, d’autant plus qu’il a le malheur d’être différent, à cause de son bégaiement. 

  • Mais Colin rencontre le professeur de français, responsable du club théâtre, qui lui donne confiance en lui en lui montrant tous ses atouts, les points forts et les faiblesses de chacun.

  • Les trois autres élèves qu’il met en scène avec lui - Maxence, Adélaïde et Benoit - dans le jeu de Cyrano, lui montrent un aperçu du monde, des faibles et des forts, et vont lui permettre de se révéler à lui-même à travers les grandes scènes du nez, du balcon et de la mort de Cyrano.

Points forts

  • Le comédien a un talent incroyable pour rendre vivants les quatre caractères et lui-même : il croque en quelques instants la coquette, le hâbleur, le bon élève et le timide, mais aussi la psy. Il change de voix, de posture, il fait apparaître chacun dans des scénettes criantes de vérité.

  • La conception de la pièce est originale : un seul acteur représente quatre élèves, le professeur de français, le proviseur, la psy ! La pièce de Cyrano est utilisée avec une originalité extraordinaire : c’est une explication de texte qui n’a rien d’ennuyeux ni de pompeux, et elle va changer la vie de Colin en lui faisant lire la vérité des caractères.

  • Cette étude psychologique originale porte sur l’adolescence, l’amour, la confiance en soi, excessive ou insuffisante, à travers le personnage de Cyrano.    

  • La mise en scène est minimaliste mais ce n’est pas un problème, car ce sont les caractères et la position des corps qui nous intéressent. La musique vient ajouter quelques repères.

  • Le texte montre la bonne connaissance que l’auteur a d’un collège, d’une salle de classe et d’un cours de théâtre. 

Quelques réserves

Aucune réserve vis-à-vis de cette excellente pièce. 

Encore un mot...

  • C’est un travail de mime, d’étude psychologique des adolescents et d’entrée en profondeur dans le personnage de Cyrano qui devrait rendre le spectateur admiratif, quel que soit son âge.

Une phrase

  • Colin [bégayant] : « C-Cyrano, i-il arrive à se m-moquer de son nez, d-de sa différence, de lui-même … Eh ben, c’est g-grâce à ça qu…qu’il est fort… »

  • Colin : «  Adélaïde, en fait, m-moi je suis p-pas doué avec les m-mots, c’c est pour ça, j-je suis content qu’on joue cette pièce,  par-ce que moi, je vais rentrer d-dans la peau de Cyrano et toi d-dans la peau de Roxane, et j-je vais pouvoir te dire avec des mots beaucoup plus beaux que-que les miens, t-tout ce que je r-ressens pour toi, en fait. »

L'auteur

  • Auteur et comédien ne font qu’un : Nicolas Devort et Stéphane Marino ont créé en 2005 la Compagnie Qui va piano. Ils présentent leurs spectacles en France et à l’étranger.

  • Il s’agit d’un spectacle accessible à tous, tout comme du reste  Molière dans tous ses éclats ou encore Le fabuleux voyage de la fée Mélodie

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Hier j’arrête !
De
Doully, co-écrit par Blanche Gardin et Paco Perez, avec la participation d’Éric Monin