Entre les lignes

Des mots prononcés et des instants partagés sans prix
De
Tiago Rodrigues et Tónan Quito
Fragments d’Œdipe-roi (Sophocle) et de Don Quichotte de la Manche (Miguel de Cervantes).
Mise en scène
Tiago Rodrigues et Tónan Quito
Avec
Tónan Quito
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre de l'Athénée
2-4, square de l’Opéra-Louis-Jouvet
75009
Paris
01-53-05-19-19
Jusqu’au 17 décembre. Du mardi au samedi, à 20 h 30

Thème

  • Après avoir demandé au public si « on peut commencer », un homme seul sur une scène quasi vide, en jogging et basket, lit un texte en portugais dont les surtitres sont projetés sur l’écran de l’arrière scène. Il cherche ses lunettes, se met dans la lumière…
  • On est d’abord surpris par cette lecture et un propos qui semble décousus, avant de comprendre qu’il s’agit de deux textes différents aux lignes entremêlées. Un prisonnier écrit à sa mère, mais s’adresse à un père qu’il a tué, entre les lignes d’un livre ancien. Le livre c’est Œdipe-roi de Sophocle, et plus précisément le dialogue entre Œdipe et Tirésias.
  • Puis le lecteur s’interrompt et s’adresse au public, pour raconter la manière dont lui, Tónan Quito, travaille avec Tiago Rodriguez et comment il a découvert dans une version d’Œdipe-roi rapportée par son père du Mozambique, l’étrange lettre du fils assassin.

Points forts

  • Tónan Quito est irrésistible en séducteur sans morgue et sans hauteur, dont tout l’art tient à l’extrême naturel, à la superbe simplicité, et au zeste d’autodérision qui caractérisent sa présence sur scène. Le lien de complicité sans complaisance qu’il établit sans coup férir avec les spectateurs est comme un écho de la manière dont le meurtrier s’est faufilé entre les lignes de Sophocle
  •  Le comédien et son texte nous invitent à nous interroger : qu'est-ce qu'être un personnage de théâtre ? Car tout le jeu du comédien oscille entre la personnalité de Tonan et une autre, incernable et pourtant sensible, dont il façonne la silhouette sous nos yeux.

Quelques réserves

Le démarrage peut sembler difficile : cette lecture quasi-incompréhensible surprend, puis tout s’éclaire et l’on entre dans le jeu.

Encore un mot...

  • Tout est lien, enchâssement, interférences dans cette pièce. Dialogue entre le dramaturge et le comédien, le passé antique et le présent immédiat, l’entreprise de création et celle de vivre, les mots d’Oedipe et les mots du prisonnier, ceux de Tiago et de Tonan. Les emboitements successifs des récits ne sont jamais vains, ni artificiels, ni fatigants. 
  • Du théâtre à la prison, le public partage avec le comédien des histoires sensibles et surprenantes, qui disent le jeu délicat de la création à deux et de la procrastination, l’horreur parfois d’être un fils, la beauté et la pertinence du mélange des genres, la vertu qu’il y a à répondre aux mots des autres, à occuper le blanc qu’ils laissent entre leurs mots, la difficulté d’être libre et de décider de son sort, la permanence parfois tragique des questions humaines. 
  • Cette représentation est aussi évidemment une belle réflexion sur le théâtre : l’échange entre le comédien et les spectateurs donne le sentiment de partager un moment spontané, alors qu'en réalité tout est très écrit.
  • Dans ces conditions, offrir le texte à chaque spectateur est donc plus qu’un cadeau, c’est le gage d’une précision et d’une permanence, l’aveu aussi du caractère très élaboré et prémédité de la “rencontre“ qui vient de se produire entre le comédien et le public.

Une phrase

« … Je trouve tout à fait stupide de se demander si un texte antique a encore du sens aujourd’hui, s’il est opportun ou pertinent, parce qu’en vérité, dans le cas des classiques, des grands textes comme Oedipe, je crois que ça doit marcher dans le sens inverse. C’est nous qui devons nous demander si notre époque a un sens à la lumière de ces textes. Quelle est la pertinence de notre monde quand nous le voyons à travers Sophocle ? »

L'auteur

  • Dramaturge, producteur, metteur en scène et acteur portugais, Tiago Rodriguez est directeur du festival d’Avignon depuis septembre. Surtout connu en France pour sa pièce By Heart, où il était dès 2014 question de troubles oculaires et d’apprentissage de textes anciens, il a depuis mis en scène Shakespeare et Tchekhov, et adapté Flaubert et Tolstoï pour la scène.
  • Entre les lignes a été créé en février 2013 au Sao Luiz Teatro Municipal de Lisbonne. La version française a été montée pour le festival Terres de Paroles en mars 2016.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Violet
De
Nordine Ganso
Seul en scène
Monsieur Motobécane
De
De Bernard Crombey, d’après Le ravisseur de Paul Savatier