Jamais Plus

Jeunesse en résistance dans l’Allemagne nazie
De
Geoffrey Lopez
Durée : 70 mn
Mise en scène
Geoffrey Lopez
Avec
Antoine Fichaux
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre des Variétés
7 Boulevard Montmartre
75002
Paris
01 42 33 09 92
Du 15 décembre 2022 au 26 mars 2023. Jeudi, vendredi, samedi 20 h. Dimanche 17 h.

Thème

  • Munich, février 1943 : Franz Weissenrabe attend la mort au fond d’une geôle nazie. Avec d’autres étudiants allemands membres du réseau clandestin de la Rose Blanche, il vient d’être condamné à la peine capitale pour haute trahison, intelligence avec l’ennemi et atteinte à l’effort de guerre. 
  • Pour lui, c’est l’heure non pas du désespoir mais d’un courageux retour sur sa trajectoire. Il se parle à lui-même et il parle pour l’histoire. Loin du déni, il revient sur son embrigadement dans la Jeunesse hitlérienne, galvanisé par les mots d’ordre trompeurs sur le destin exceptionnel de l’Allemagne entrée dans l’ère du nazisme, martelés dès l’école par l’instituteur ou claironnés en toutes occasions dans les parades de rues.  
  • Sans chercher à se construire artificiellement un cheminement héroïque, il évoque les étapes qui l’ont peu à peu conduit à se détacher du conformisme de masse et à regarder bien en face ce qu’était l’abjection nazie : il se rappelle comment, encore enfant, il assiste impuissant et horrifié à l’arrestation de ses voisins juifs et au passage à tabac de son propre père qui les avaient cachés ; puis comment, au contact d’autres étudiants de Munich, Hans et Sophie Scholl notamment, il découvre la liberté de penser, et sent monter en lui, et avec eux, le courage de s’opposer et de lutter non pas pour des buts de domination mais pour des principes humanistes. 

Points forts

  • Le parti pris, classique mais efficace, d’une remémoration rétrospective quelques heures avant la mort du condamné, propose aux spectateurs un passionnant récit d’apprentissage en période d’exceptionnelle violence. On y découvre comment dans l’Allemagne nazie, devenir un homme semblait immanquablement conduire à se transformer en bourreau et comment, pourtant, dans une fraction de la jeunesse, l’apprentissage du monde a finalement débouché sur la redécouverte de ce qu’est être humain.
  • Antoine Fichaux sait particulièrement bien incarner les transformations du jeune protagoniste, et trouver le bon positionnement pour faire entendre un récit qui s’adresse successivement, ou tout à la fois, au condamné lui-même, à la postérité, ainsi qu’aux spectateurs présents dans la salle. 
  • La mise en scène sait aussi être inventive, en jouant des ressources de la vidéo projection et de l’éclairage (assuré par Filipe Gomes Almeida). C’est en effet de cette manière qu’un protagoniste moins attendu, mais indispensable, se matérialise soudain sur le plateau : le tract, ou plutôt la pluie de tracts écrits en petit nombre mais dactylographiés, recopiés des milliers de fois et distribués sans relâche à travers toutes les villes estudiantines d’Allemagne par le réseau de la Rose Blanche. Quelle judicieuse manière de montrer comment la jeunesse se mobilisait et étoffait ses réseaux d’information et de résistance, bien avant qu’elle ne puisse compter sur les médias sociaux !

Quelques réserves

  • Les membres du réseau de la Rose Blanche condamnés à mort en 1943 ont été décapités le jour même de la sentence et non pas, comme le suggère le texte de la pièce, guillotinés. 
  • Le titre de la pièce n’est vraiment pas d’une grande originalité.

Encore un mot...

• Un hommage sobre et pourtant saisissant au réseau de résistance de La Rose Blanche, et plus globalement à cette partie infime, et par là-même cruciale, de la jeunesse allemande, qui s’est opposée en Allemagne même au régime nazi.

Une phrase

« Nous ne nous taisons pas. Nous sommes votre mauvaise conscience. La Rose Blanche ne vous laisse aucun répit. »

L'auteur

  • Geoffrey Lopez est auteur, metteur en scène et comédien. 
  • Le texte de sa pièce Jamais plus est publié aux éditions “Les cygnes“.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Violet
De
Nordine Ganso
Seul en scène
Monsieur Motobécane
De
De Bernard Crombey, d’après Le ravisseur de Paul Savatier