Le pianiste aux cinquante doigts

Lorsque l’élève raconte le Maître, éternel Cziffra
De
Pascal Amoyel
Durée : 1 heure 20
Avec
Pascal Amoyel
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre Montparnasse
31 rue de la Gaité
75014
Paris
01 43 22 77 74
Jusqu’au 30 décembre 2023. Jeudi et vendredi à 19 heures. Samedi à 15 heures 30 Dimanche à 18 heures

Thème

  • Par le truchement de sa concierge, Pascal Amoyel, apprenti pianiste, apprend que Georges Cziffra habite dans son immeuble. Du haut de ses treize ans, il va frapper à sa porte et lui présenter ses improvisations. 
  • Le maître se lie d’affection avec ce tout jeune homme et par la suite, acceptera de le faire travailler en privé. 
  • Pascal Amoyel devenu à son tour un grand pianiste, nous parle, tout en préparant un concert, de ces rencontres qui ont bouleversé sa vie.

Points forts

  • Le ton est donné dès les premières paroles : tout en douceur, en tendresse et avec beaucoup d’esprit, Pascal Amoyel nous conte l’histoire de ce pianiste de haut vol qu’a été Georges Cziffra et les événements effroyables qui ont marqué sa vie.
  • Ses dons étaient tels que l’on appelait Cziffra « les doigts d’or » ou encore « le pianiste aux cinquante doigts » : quelle légende que cet homme, et quelle destinée !
  • Le récit se veut joyeux malgré les épreuves vécues par Cziffra alors très jeune : emprisonnement (à 22 ans par les nazis), camps, tortures. Cet homme-là ne se laissait jamais abattre, tentait l’impossible et s’en sortait toujours avec un courage et une ténacité à toute épreuve.
  • L’hommage au maître rendu par son élève est magnifique : nous assistons à un concert des morceaux préférés de Cziffra, interprétés avec grand talent par Amoyel. Ce dernier parle du maître avec une sorte d’amour filial et d’admiration, de fierté. C’est à la fois bouleversant et plein d’espoir.

Quelques réserves

  • Le ton confidentiel du récit est si bas que de temps à autre, nous avons du mal à en saisir les propos.

Encore un mot...

  • Ce concert romancé, tout en émotion, est magnifique. On ressent l’affection réciproque qu’éprouvaient ces deux grands interprètes l’un envers l’autre, et l’empreinte de Cziffra sur Amoyel est indéniable.
  • Cziffra, lors de son retour en Hongrie, avait rencontré un Américain qui lui avait ouvert la voie au jazz et à d’autres formes de musiques modernes, jouées avec succès. En fait, tous les genres lui convenaient. 
  • Pour Cziffra le fugitif, la musique représentait la fraternité et l’amour des autres. L’histoire hors norme de cet éminent pianiste forme un tout avec son œuvre musicale. Ce sont de grands moments de bonheur à voir et écouter absolument.

Une phrase

  • Pascal Amoyel (1971 – France) est un pianiste de renommée internationale. A treize ans, il rencontre Cziffra qu’il suivra en Hongrie. Il décide à 17 ans de consacrer sa vie à la musique. • Amoyel obtint un nombre de prix impressionnants, dont le Premier Prix de piano au Conservatoire national supérieur de musique (CNSM) de Paris. Il fut également récompensé par le Grand Prix du disque à Varsovie pour ses Nocturnes de Chopin. Il a été distingué aux Victoires de la musique classique en 2005.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Hier j’arrête !
De
Doully, co-écrit par Blanche Gardin et Paco Perez, avec la participation d’Éric Monin