Les garçons et Guillaume, à table !

Allo, maman? Dis moi que tu m’ aimes
De
Guillaume Gallienne
Durée 1h 20
Mise en scène
Patrice Mincke
Avec
Jean François Breuer
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre Le Funambule Montmartre
53 rue des Saules
75018
Paris
01 42 23 88 83
Du 11 mars 2024 au 30 avril 2024

Thème

  • Tout part des injonctions répétées d’une Maman, qui peuvent parfois vous transpercer le cœur. Le petit Guillaume a deux frères, en apparence semblables à lui. Mais alors, pourquoi sa mère s’obstine-t-elle, au moment des repas, à les convoquer par cette apostrophe: “Les garçons et… Guillaume, à table !“ ? 

  • Ah, ce petit “et“ ! Banale  conjonction de coordination, vite transformée, réinterprétée par l’ajout d’ une consonne(s) qui change tout, et provoque une sorte de vertige existentiel : est il un garçon ou une fille? Début de l’ introspection.

  • Hélas, cette Maman adorée, géniale qui oscille constamment « entre une très grande chaleur et un froid glacial » ne fait rien pour dissiper le doute… Un jour, une nouvelle flèche décochée  négligemment  par Maman finit par l’ achever: « Tu sais, il y en a plein qui vivent très heureux. » La baffe !

  • Puis les questions : je serais donc un homosexuel et non une fille? Moi, le petit garçon sensible, éduqué dans un pensionnat anglais, selon les règles viriles du team spirit, j’ ai appris ( et renoncé très vite) à jouer au rugby, à nager, à subir la vie en collectivité  dans des dortoirs traversés par des rêves érotiques.

  • Il est vrai que j’ai toujours été différent, peu enclin à l’ embrigadement. D’ailleurs, grâce à un subterfuge, et au grand dam de mon père, j’ai échappé aussi au service militaire. 

Points forts

  • Un texte drôle, fort, bouleversant, interprété pour la première fois par Guillaume Gallienne en 2008 mais  qui à l’ heure “des identités meurtrières”, reste d’une brûlante actualité. 

  • Une belle révélation avec un comédien belge un peu déjanté, Jean- François Breuer ( dans la tradition du “plat pays“ qui est le sien)  qui se mesure sans complexe à son illustre prédécesseur. 

  • Une mise en scène sobre, mais inventive : nombreuses valises empilées, comme autant de tranches de vie, ouvertes et refermées par Guillaume. Plus subtiles enfin, des petites lampes de chevet, qui s’ allument au fur et à mesure du récit et représentent à chaque fois un personnage: la Maman, le père, le Suédois..

Quelques réserves

  • Aucune : cette nouvelle adaptation est très réussie. 

Encore un mot...

  • Laissons-le à Jean- François Breuer, qui nous a accordé une courte interview:
    «  Comment devenir un être humain?  Aujourd'hui on parle moins de revendication sexuelle, mais cette quête d’ identité passe désormais par la question du genre. Ce texte est un ode à la féminité. Guillaume est un personnage volontaire qui cherche à plaire à sa mère, à la société, avec ce besoin éperdu qu' on lui dise : je t’ aime. »

Une phrase

  • « Les hommes ont deux manières de respirer, selon qu’ils sont calmes ou excités. C’est tout. Ah, ben c’ est simple : c’ est comme les klebs… »

L'auteur

  • Guillaume Gallienne est acteur, comédien, scénariste et réalisateur. Sociétaire de la Comédie Française, il a reçu de nombreuses récompenses: deux Molières en 2010 et quatre Césars en 2014. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Seul en scène
Hier j’arrête !
De
Doully, co-écrit par Blanche Gardin et Paco Perez, avec la participation d’Éric Monin