Suzanne Valadon. Sa vie avec Toulouse-Lautrec, Erik Satie, Maurice Utrillo et les autres…

Suzanne, Maurice, Henri et les autres
De
Paul Hautreux
Compagnie Le MatoukiTouss-
Avec
Françoise Tallandier, Samuel Beydon (piano, voix)
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Guichet Montparnasse
15 rue du Maine
75014
Paris
01 43 27 88 61
Du 11 novembre au 12 décembre 2021. Les jeudis, 20h45 et les dimanches, 18h. Durée : 1h15

Thème

• Le spectacle raconte la vie de Suzanne Valadon, de ses débuts en tant que modèle à Montmartre,  à la reconnaissance de son talent de peintre. On y croise Puvis de Chavannes, Renoir, Degas, Toulouse-Lautrec, Satie et évidemment Maurice Utrillo, son fils tourmenté, alcoolique et talentueux.

• On prend également conscience du rôle de Degas, ce grand peintre solitaire et indépendant, qui ne laissait entrer dans le huis clos de son atelier que les peintres dignes de ce nom ; il a fortement encouragé Suzanne Valadon à ses débuts, et l’a ainsi en quelque sorte autorisée à devenir une artiste.

Points forts

 L’interprétation pleine et entière de Françoise Tallandier, accompagnée de Samuel Beydon qui joue divers personnages masculins et ponctue le récit de quelques morceaux au piano. L’actrice incarne à merveille la figure de Suzanne Valadon, avec cœur et énergie, et son sentiment est communicatif. 

 Le récit restitue avec une grande justesse le monde des peintres à la Belle Epoque (début du siècle précédent), et plus particulièrement cette figure de femme forte, audacieuse et intrépide. 

• Les spectacles sur la peinture ne sont pas si fréquents et, pour ceux qui aiment ce monde, on ne peut que recommander cette pièce. Le récit est très vivant et narratif, rythmé par une musique choisie et significative (Le temps des cerises, Le cancan, Satie,…), sans être trop envahissante.

Quelques réserves

 Aucune réserve.

Encore un mot...

• Pour ceux qui auront aimé le spectacle, il faudra ensuite visiter ou revoir le Musée de Montmartre, où vécut Suzanne Valadon. Une visite de quelques marchands d’estampes permettra de découvrir les puissantes et incisives eaux-fortes de l’artiste. 

• Le récit nous renseigne aussi sur l’économie du marché de l’art, la difficulté de percer quand on est une femme peintre, mais aussi le désarroi d’une mère face à son fils alcoolique.

Une phrase

« Je ne veux pas être bonniche, je ne veux pas être ouvrière non plus. Je veux devenir modèle. »

« Cette femme-là peint comme un homme. Dommage qu’elle n’en soit pas un. »

L'auteur

• Le MatouKiTouss’ (Music-Kulture-Théâtre) est une compagnie fondée par Paul Hautreux (pianiste compositeur) et Françoise Taillandier (comédienne metteur en scène). 

• Ses projets portent sur des figures féminines réelles ou fictives.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.