Baie des Anges

Chronique d'une mort annoncée
De
Serge Valletti
Mise en scène
Hovnatan Avédikian
Avec
David Ayala, Joséphine Garreau et Nicolas Rappo
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin Roosevelt
75008
Paris
01 44 95 98 21
Jusqu'au 4 juillet 2021. Durée : 1 heure 25. Du mardi au samedi à 20 heures 30. Matinée dimanche à 15 heures 30

Thème

• Producteur, Gérard reste hanté par le suicide de son ami Dominique. Il convoque deux comédiens qui vont avoir la charge de faire revivre son ami jusqu'à l'instant fatidique. Dominique avait décidé de disparaître au même âge que sa mère, pas un jour de plus, pas une heure de plus. 

• Le scénario est élaboré sur place, au fur et à mesure du déroulement de la pièce.

Points forts

• La façon dont l'auteur procède pour nous faire comprendre cette histoire. Sous un aspect particulièrement foutraque, se dessine par petites touches – des "fragments de vie" - un scénario parfaitement structuré, un récit bien organisé. L'essentiel est de savoir que l'on commence par la fin, le pied du pendu qui frappe contre le volet ou l'inverse alors qu'il n'y a pas un souffle de vent ;

• C'est une histoire corse, avec ce que cela implique de traditions : "Chez les Paoli, une femme doit savoir garder son mari" ; si le mari part, la femme est peut-être libre mais rejetée par tout le clan et obligée de s'exiler sur le continent, courageusement, avec ses enfants ;

• L'utilisation d'un écran en voile qui sert de toile de fond à un spectacle d'ombres chinoises est très amusant, avec danse et jazz.

• L'arrivée sur la scène de la jeune femme amène un mouvement poétique du plus bel effet ; elle récite ensuite des poèmes à moitié écroulée sur le sol, dans une atmosphère assez trouble ;

• L’accompagnement musical, classique au début, corse par la suite, est superbe.

• Enfin, grand moment d'anthologie, le comédien qui interprète Armand se transforme en riche veuve américaine, voisine du pendu : c'est elle qui a découvert le corps.

Quelques réserves

Rien, ce spectacle est très original.

Encore un mot...

• Si au début, les spectateurs sont complètement désorientés, ils entrent vite dans le jeu du producteur, personnage attachant qui veut faire revivre son ami Dominique. • On comprend vite la finalité de cette pièce pour Gérard et les deux autres comédiens s'attellent à la tâche avec vigueur. Il faut ajouter à cela la truculence des expressions méditerranéennes, avec l'accent s'il vous plaît, et des mimiques à la de Funès. Sous une apparence déjantée, l'histoire est crédible. L'ensemble crée un très bon moment de théâtre.

L'auteur

• Serge Valletti est un auteur prolixe. Sa première pièce, Les brosses, a été jouée en 1969. Plus de trente créations suivirent, Valletti menant sa carrière d'écrivain en parallèle avec celle de comédien, tout en participant à l'écriture de scénarios de films.

• Actuellement, ses travaux s'articulent autour de l'oeuvre d'Aristophane - le Toutaristophane - vaste programme.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.