Thêatre-Spectacles

Barbara et l'homme en habit rouge

Délicieusement émouvant
De Roland Romanelli & Rébecca Mai
Mise en scène : Eric Emmanuel Schmitt
Avec Rébecca Mai, Roland Romanelli et Jean Philippe Audin

Infos & réservation

Théâtre Rive Gauche
6 rue de la Gaité
75014 Paris
Tél. : 0143353231
http://www.theatre-rive-gauche.com/
Jusqu'au 31 mars

Lu / Vu par

Chantal de Saint Remy
Publié le 16 fév . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Roland Romanelli qui fut pendant 8 ans son compagnon de travail (accordéoniste) et son compagnon de vie, nous raconte Barbara à travers ses chansons et ses humeurs, pas toujours roses…Pour illustrer cette grande dame de la chanson, Rébecca Mai, nouvelle compagne de Roland Romanelli, lui prête sa voix… Etonnant!

Points forts

1 Rébecca Mai incarne de façon surprenante ce personnage ! Et ce n’est pas chose facile compte tenu de la personnalité si singulière et si forte de Barbara. Elle ne l’imite pas vraiment, elle l’incarne avec beaucoup de pudeur, beaucoup de talent, et beaucoup de grâce. Sa diction est parfaite… Sa silhouette, toute de noir vêtue, est semblable à celle de Barbara…

2 C’est un bonheur de pouvoir réécouter ces chansons dont les paroles et les mélodies sont vraiment magnifiques. Rébecca parvient à nous transmettre  l’émotion que Barbara nous procurait. 

3 La mise en scène est assez sobre. La chanteuse apparait et disparait au gré du narrateur. L’accompagnement musical, violoncelle, piano et accordéon, est tout à fait à la hauteur. Plusieurs fois pendant le spectacle, on entend la vraie voix de Barbara… C’est bien, très bien fait !

Points faibles

Le décor n’est pas très harmonieux…

L’histoire d’amour avec Roland Romanelli, si elle a une grande importance pour lui -cela peut se comprendre- passe vraiment au second plan dans ce spectacle. Ce n’est pas cela qui suscite notre émotion...

En deux mots ...

Je m’y suis rendue un peu inquiète car il y a souvent des ratages dans ces exercices de style. Les quelques premières minutes m’ont d’ailleurs fait peur, mais la mayonnaise prend très bien et très vite, et on oublie, tant Rebecca a de présence et de charme, que Barbara n’est pas là !  Et puis réentendre ces tubes, "Il pleut sur Nantes"", L’aigle noir," avec une surprise à la fin…c’est juste  délicieusement émouvant !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.