Thêatre-Spectacles

Faust

Osez ce Faust, osez Goethe !
De Goethe
Traduction de Gérard de Nerval
Mise en scène : Ronan Rivière
Avec Aymeline Alix, Laura Chetrit, Romain Dutheil ou Anthony Audoux, Ronan Rivière, Jérôme Rodriguez ou Olivier Lugo, Jean-Benoît Terral.

Au piano Léon Bailly ou Olivier Mazal.

Infos & réservation

Lu / Vu par

Eléonore de Dampierre
Publié le 10 jan . 2017

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

 

Dans son cabinet de travail, au clair de lune, Faust s’emporte contre lui-même. Avide de tout mais insatisfait et reniant Dieu, il s’apprête à mettre fin à ses jours. C’est alors que Méphistophélès, une figure du diable, apparaît et lui propose un pacte : s’il réussit là où Dieu a échoué, et s’il parvient à lui faire toucher l’infini sur terre, alors Faust acceptera de lui offrir son âme.

Ranimé par une nouvelle jeunesse et un idéal enragé, Faust s’engage dans un tourbillon romantique et fantastique. Il séduit Marguerite qu’il abandonne ensuite avec son enfant. Elle tue l’enfant mais son repentir la sauvera de la damnation.

Faust est le symbole-même de la condition humaine, écartelé entre le Bien et le Mal, animé par une curiosité intellectuelle infinie et un insatiable désir de jouissance.

Points forts

- Ronan Rivière est sans conteste un artiste très talentueux. Directeur du collectif Voix des Plumes, il a créé  Le Révizor de  Gogol, puis le Roman de Monsieur Molière de Boulgakov. Il a joué sous la direction de Laurent Pelly aux Amandiers et au Théâtre national de Toulouse.  Il cumule ici des prouesses d’adaptateur, de metteur en scène et d’acteur. Il y a du Gérard Philipe dans ce jeune homme… Diction remarquable, enthousiasme, passion…

- Nous avons ici une version très « accessible » de Faust, voulue par le metteur en scène, qui met en lumière l’humour, le romantisme échevelé et les multiples actions. L’humour est incarné notamment par le diable lui-même qui nous apparaît sympathique, au fond, par la clairvoyance qu’il a sur les agissements humains…

- Décor minimaliste composé d’un escalier de métal et de bois qui, par le jeu des éclairages, mène … à l’obscurité ! Les comédiens le montent, le descendent, le déplacent, créant très simplement une multitude d’espaces efficaces.

-  Il y a un pianiste (Léon Bailly ou Olivier Mazal, en alternance) qui est un autre Méphistophélès, instigateur de l’action par le biais d’une alternance de musique, de bruits sourds, de grattements, de crissements inquiétants, entraînant le couple Faust-Marguerite vers leur destin.

Points faibles

La pièce est servie par de bons comédiens (notamment Romain Dutheil qui interprète Faust jeune), mais les personnages féminins (Marguerite et Marthe) sont un peu faibles,  peut-être aussi parce que Ronan Rivière dans le rôle de Méphistophélès est évidemment magistral…

En deux mots ...

Les mots de Mme de Staël sur ce Faust traduit par Gérard de Nerval : « Ce n’est pas seulement le monde tel qu’il est qu’on y voit anéanti mais l’enfer qui est mis à sa place. Il y  a  une puissance de sorcellerie, une pensée du mauvais principe, un enivrement du mal, un égarement de la pensée, qui fait frissonner, rire et pleurer tout à la fois. Il semble que, pour un moment, le gouvernement de la terre soit entre les mains du démon »… Quels visionnaires que Goethe et Mme de Staël !

L'auteur

Il serait long, prétentieux et évidemment inutile de présenter Goethe, le plus grand écrivain et poète allemand et l’un des génies de la littérature mondiale. En revanche, quelques mots peut-être pour situer la fascination que Goethe a eue pour ce personnage de légende qu’est Faust. A l’âge de 19 ans Goethe tombe gravement malade et connaît une phase piétiste tournée vers l’occultisme et l’alchimie. Influencé par Spinoza, il évoque lui-même« la force titanesque de son démon intérieur ». Plus tard, éprouvant un « sentiment mystique pour la nature » il se passionnera pour les sciences : botanique, géologie, ostéologie, optique… Un grand passionné donc, tantôt chrétien, tantôt déiste, puis panthéiste, enfin franc-maçon; sa soif de découvertes est inextinguible. Un grand amoureux aussi : il connaîtra un grand nombre de femmes, en épousera une qui lui donnera cinq enfants dont un seul survivra. Plusieurs fois abandonné par la femme aimée, ses souffrances seront au coeur de son œuvre. 

On a compris que Goethe s’est reconnu dans le personnage de Faust… Il a 23 ans quand il termine sa  première version de Faust (1773). Une autre version sera publiée en 1806 et la version finale  en 1832.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.