Thêatre-Spectacles

Hamlet

Un grand moment de théâtre, tout simplement
De William Shakespeare
Traduction et adaptation: Xavier Lemaire et Camilla Barnes
Mise en scène : Xavier Lemaire
Avec Gregori Baquet, Christophe Charrier, Pia Chavanis, Julie Delaurenti, Olivier Denizet, Laurent Muzy, Didier Niverd, Manuel Olinger, Stéphane Ronchewski, Ludovic Thievon, Philipp Weissert.

Infos & réservation

Théâtre 14
20 avenue Marc Sangnier
75014 Paris
Tél. : 0145454977
http://www.theatre14.fr
Jusqu'au 21 avril

Lu / Vu par

Laurent Cheronnet
Publié le 04 avr . 2018

Recommandation

3,0ExcellentExcellent

Thème

Hamlet, prince de Danemark, apprend que son oncle, régicide, a assassiné son père pour devenir roi et épouser sa mère dont il était l'amant. Depuis lors, sa soif de vengeance est totale mais il souffre mille tourments pour mettre son projet à exécution. Nous allons accompagner ses doutes, ses peurs et ses angoisses tout au long de la pièce.

Points forts

- Une mise en scène sombre et somptueuse qui accompagne parfaitement le drame qui se joue.

- Une excellent traduction aboutissant à un livret raccourci de 2 heures 30.

- Un tempo bien rythmé grâce auquel on ne s'ennuie pas un instant.

- Un jeu précis et dépouillé à la fois, avec de formidables duos souvent d'une rare violence.

- Des décors en escaliers simples, robustes et adaptables.

- Des costumes où s'invitent fourrures et chaudes étoffes.

- Une composition musicale haletante et parfois...débridée. Grand moment que "la pièce dans la pièce", méthode qu'affectionnait particulièrement Shakespeare: cf "Le songe d'une nuit d'été".

- Une belle salle, simple et  confortable qui porte bien les voix; et un vaste espace scénique.

Points faibles

Tout en saluant la performance de Gregori Baquet ( Molière de la révélation masculine 2014), prince Hamlet, tout en densité et intériorité dans la première partie, on peut trouver qu'il force un peu l'agitation vers la fin de la pièce.

En deux mots ...

Un grand moment de théâtre. De quoi donner envie d'aller voir une pièce de Shakespeare par an (au moins) pour une immersion dans son univers baroque, chaotique, tourmenté, comique, paillard, tragique et in fine, si humain.

L'auteur

On ne présente pas William Shakespeare (1564-1616), 35 pièces, un des plus grands dramaturges de tous les temps.

Commentaires

Pris Mg
Le 04 aoû. 2018
à 09h56

Adaptation tellement décevante de cette oeuvre. Toute la finesse de Shakespeare est saccagée par des partis-pris qui le trahissent. Sans parler des anachronismes (après tout, pourquoi pas...?), le rôle d'Hamlet est réduit à celui d'un pantin, n'hésitant pas à faire "pouet-pouet" aux autres personnages. Toute sa profondeur a disparu avec l'apparition d'un côté excessivement ubuesque. Les personnages d'Ophélie et des amis d'Hamlet sont bien biaphanes. La scène de théâtre dans le théâtre, censée figurer comme clef de voûte de la pièce car scène de reconnaissance, est devenue insipide avec un anachronisme vulgaire car poussé à l'extrême et des paroles bien creuses. L'adaptation du texte est révélatrice d'un humour bien lourd : qui rêve en entendant des mots tels que "clamser" ou "je vais me faire trousser la rondelle" (et j'en passe) alors qu'il est venu pour voir une adaptation de l'oeuvre magistrale de Shakespeare? Je n'incrimine pas le jeu des acteurs... La performance de Polonius par exemple est excellente. Je pense que la mise en scène de Xavier Lemaire et le jeu qu'il a fait endosser aux comédiens ont tout simplement massacré la pièce. A ce rythme-là, autant présenter la pièce avec un autre titre et préciser ensuite "d'après Hamlet de Shakespeare"... Les spectateurs courront moins le risque d'être déçus.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.