Thêatre-Spectacles

King Kong Theorie

d'après l'oeuvre de Virginie Despentes
Mise en scène : Vanessa Larré
Avec Barbara Schulz, Valerie de Dietrich, Anne Azoulay

Infos & réservation

Théâtre La Pépinière
Jusqu'au 13 décembre 2014
Publié le 30 oct . 2014

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

3 femmes prennent leur vie comme trame de fond pour mener une réflexion singulière sur leur place dans la société et le rapport entre les sexes.
Elles contestent les discours bien-pensants sur le viol, la prostitution, la pornographie.

Points forts

1 Ce n'était pas  facile d'adapter au théâtre le livre "trash" et rageur écrit en 2006 par Virginie Despentes.
La mise en scène de Vanessa Larré, soutenue par une distribution éblouissante, relève magistralement ce défi.
Vanessa Laré a très intelligemment choisi 3 voix, 3 corps de femmes, 3 âmes pour porter le message de Virginie Despentes. Et faire passer un texte aussi cru que direct et brutal, en utilisant King-Kong et une jolie blonde comme symbolique d’un idéal féminin asexué, doté d’une sensualité complice, mi-primitive, mi-civilisée:
      - "La féminité, c'est la putasserie(. .. ). Entrer dans une pièce, regarder s'il y a des hommes, vouloir leur plaire. Ne pas parler trop fort. Ne pas s'exprimer sur un ton catégorique. Ne pas s'asseoir en écartant les jambes, pour être bien assise. Ne pas s'exprimer sur un ton autoritaire. Ne pas parler d'argent. Ne pas vouloir prendre le pouvoir. Ne pas vouloir occuper un poste d'autorité. Ne pas chercher le prestige. Ne pas rire trop fort. Ne pas être soi-même trop marrante. "
      - "Entre la féminité telle que vendue dans les magazines et celle de la pute, la nuance m'échappe toujours. Et, bien qu'elles ne donnent pas clairement leurs tarifs, j'ai l'impression d'avoir connu beaucoup de putes, depuis."
      - "N’importe quel connard rougi à l’alcool, chauve à gros bide et look pourri, pourra se permettre des réflexions sur le physique des filles, des réflexions désagréables s’il ne les trouve pas assez pimpantes.."

2 Les messages sont aussi violents que les mots:
      - le viol et la prostitution sont des risques inhérents à la condition féminine ; même le mariage peut être perçu  comme une prostitution  institutionnalisée . . . 
      - la pornographie doit être considérée comme un moyen de gagner sa vie, en profitant d'une société dont les règles sont au service du masculin !

3 La mise en scène est d'une élégance surprenante... d'autant plus remarquable qu'elle parait incompatible avec les idées développées dans la pièce. Mais elle fait mieux passer le tout...
 

Points faibles

Je n'en vois pas

En deux mots ...

Allez voir ces femmes, même si vous êtes un homme et même si vous n'appréciez pas particulièrement Virginie Despentes. Vous vivrez des moments de sacrée remise en cause. Un peu comme face à un spectacle de Jean Genet...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.