Thêatre-Spectacles

La colère du Tigre

De Philippe Mardal
Mise en scène : Christophe Lidon
Avec Claude Brasseur, Michel Aumont, Sophie Broustal, Marie Christine Danède

Infos & réservation

Théâtre Montparnasse
31 rue de la Gaîté
75014 Paris
Publié le 24 sep . 2014

Recommandation

5,0En prioritéEn priorité

Thème

Au crépuscule de sa vie, Clémenceau, l’homme fort de la guerre de 14, que l’on nommait le « Tigre », vit retiré  avec Clotilde sa gouvernante et Marguerite son dernier amour dans une modeste maison de pécheur, à Saint Vincent sur Jard, en Vendée . IL continue à se battre pour que Claude Monet,  son ami d’enfance, achève les  Nymphéas,  œuvre monumentale pour laquelle il a obtenu de la Direction des Beaux-Arts d’aménager à grands frais le  futur Musée de L’Orangerie. Monet 

se sent devenir aveugle. Et n’ose annoncer à son ami qu’il renonce à son œuvre. Pour temporiser, il refuse toutes les dates d’inauguration. D’interminables tergiversations finissent par provoquer la colère du Tigre, atterré  lorsque qu’il apprend  la destruction des peintures par son ami.

Points forts

1.   Le texte.

La pièce fait revivre deux monstres sacrés de la politiques et de l’art à travers une sorte de huis clos. Au soir de leurs vies les deux hommes « vident leur sac » et s’affrontentautour des grands thèmes de l’amitié, la morale, l’honneur, le sens de la vie, la vieillesse… et aussi l’amour. Les formules sont brillantes à l’image des deux géants. Les mots claquent, la pensée et l’humour sont robustes. Fidèle à l’Histoire, la pièce évoque l'amitié indéflectible de ces hommes intransigeants, sourds à toute concession de fortune ou de gloire. Une belle leçon d’intégrité et de cou­rage.

2.  L’interprétation.

 Difficile d’incarner des personnages historiques. Que ce soit Claude Brasseur (Clémenceau) ou Michel Aumont (Monet) , ou encore Sophie Broustal (Marguerite Baldensperger, le dernier amour du Tigre) et Marie-Christine Danèle (Clotilde, sa gouvernante), chaque comédien exprime remarquablement les sentiments qui l’animent, entre désespoir, révolte, amitié, admiration et amour. Avec simplicité et intériorité.

3.  La mise en scène

La direction artistique de Christophe Lidon est d’une grande sobriété. Tout est conçu pour que les personnages  nous entraînent sur le chemin de leur vie. Sur fond d'un décor poétique, signé Catherien Bluwal, qui évoque en filigrane l’œuvre de Monet. Le temps du pouvoir est passé. Les deux hommes se racontent avec leurs faiblesses, leurs regrets, les espoirs et les désespoirs qui les animent. Le grand âge comme thème universel.   

4.  En prime : un grand moment d’émotion. Lorsque Claude Monet regarde au loin l’océan et le déchiffre en couleur, blanc de zinc, bleu azurin, cobalt clair… On rentre dans l’intimité de la vision du peintre. Magnifique !

Points faibles

Il n’y en a pas ou peu. On peut regretter peut être le jeu un peu en retrait de Michel Aumont, face à un Claude Brasseur flamboyant. Et encore ? Monet, a demi-aveugle, ne traversait-il pas une des plus grandes épreuves de sa vie ?

En deux mots ...

Un spectacle touchant, applaudi généreusement par le public qui se trompe rarement. La "Colère du Tigre" marque la rentrée théatrale de la saison. 

L'auteur

Docteur en histoire, attaché au CNRS, metteur en scène, auteur dramatique, Philippe Madral, a écrit « La colère du Tigre » en 2012. 

Commentaires

BEIJAFLOR
Le 20 oct. 2014
à 21h28

Merci pour votre recommandation!
C'est un merveilleux moment de théâtre. Ces deux grands "bonhommes" sur scène, 156 ans à eux deux! Très émue par leur prestation.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.