Thêatre-Spectacles

La Demande d'emploi

Le totalitarisme des âmes
De Michel Vinaver
Mise en scène : Gilles David
Avec Alain Lenglet, Clotilde de Bayser, Louis Arene, Anna Cervinka

Infos & réservation

Studio-Théâtre de la Comédie-Française
99 rue de Rivoli Galerie du Carrousel du Louvre
75001 Paris
Tél. : 0144589858
http://www.comedie-francaise.fr
Jusqu'au 3 juillet

Lu / Vu par

Jacques Paugam
Publié le 07 juin . 2016

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Point de départ de cette pièce, créée il y a 45 ans mais qui n'a pas pris une ride: un cadre supérieur, qui a commencé comme vendeur de chaussettes et qui, à force d'engagement dans son travail, est devenu directeur des ventes, est mis au placard lorsque sa société est rachetée par des américains.
Sûr de lui, il démissionne après 23 ans de présence dans cette société, certain de pouvoir se recaser ailleurs.
Commence alors, à travers une série d'entretiens avec un jeune DRH, sans le moindre état d'âme, la lente désagrégation d'un homme, qui va finir par sombrer.

Points forts

1 Le texte:

- Michel Vinaver semble avoir fait sienne la maxime du grand patron de presse allemand, Axel Ganz, créateur de "Capital" et de "Géo": "Tout mot inutile est un mot volé au lecteur".
Vinaver traque le vrai, au plus près, dans toute sa complexité. Et souvent il le trouve et nous le livre sans la moindre fioriture.
Aucune intellectualisation-alibi chez lui.Une démarche que certains jeunes auteurs feraient bien de méditer...

- Le comportement du recruteur laisse pantois tant on perçoit son indifférence personnelle aux effets du passage à la moulinette qu'il effectue avec intelligence et malice, afin de détecter les capacités managériales du candidat, évaluées par rapport au moule choisi par l'entreprise concernée.

- La construction de la pièce en 35 scènettes mettant en valeur des moments de vie extrêmement précis, lui donne un rythme exceptionnel, accentué par la musique d'une langue très simple où chaque mot est à sa place.

- La pièce est agencée de telle sorte qu'on perçoive les interactions vie familiale-vie professionnelle. Michel Vinaver réalise ici une analyse magistrale de la porosité des vies.

- Surtout, Vinaver nous fait vivre, avec une extrême finesse, la descente aux enfers de ce cadre qui, au début, confiant, joue le jeu avec assurance, voyant même dans cette situation l'opportunité de ce qu'il appelle un "décapage"; et qui, petit à petit, est amené à faire de plus en plus de pas dans la voie d'une soumission "préventive", pour plaire; et finira par se dissoudre lui-même: "23 ans, comprend-il, pour devenir un déchet". Lui, l'homme de foi en l'entreprise, en arrive à demander à sa fille: "Dis-moi, Nathalie, pourquoi on travaille ?"

2 La mise en scène de Gilles David est remarquablement "vinavérienne", dans sa sobriété, son économie, sa précision.

3 La distribution est excellente. Ceci est d'autant plus à souligner que le texte de Michel Vinaver étant un texte sans ponctuation c'est à chaque comédien d'"inventer" lui-même les respirations, ayant ainsi une influence particulièrement importante sur l'impact des mots.

Points faibles

S'il faut chercher la broutille, personnellement je préférerais que la scène finale soit plus claire dans sa signification et son "message". Mais bon, j'ai quand même cru comprendre...

En deux mots ...

Le théâtre de Vinaver n'est pas, il me semble, comme on le dit à l'occasion, un théâtre de l'absurde, mais un théâtre du dérisoire, un dérisoire sur lequel les vies se bâtissent parfois et dont elles se nourrissent.

Après avoir vu cette pièce, et avoir ainsi participé intimement à cette "épreuve" de recrutement menée comme une sorte de psychanalyse agressive et totalement irrespectueuse des êtres, dans leur complexité et leur fragilité, je me suis dit en sortant, sur cette merveilleuse place de la Pyramide du Louvre, que, sous des dehors policés, la vie d'entreprise pouvait relever parfois d'un véritable totalitarisme des âmes  et ça m'a fait froid dans le dos...

Changement de sujet: la fin de la saison théâtrale 2015-2016 approchant, qu'il me soit permis d'établir un Palmarès intra-Comédie-Française:
                  Il me semble, et sans hésitation, que c"est le Studio Théâtre qui s'en tire le mieux, avec un bilan d'une qualité exceptionnelle.
                  Vient ensuite le Vieux Colombier, au bilan contrasté, mais avec de remarquables réussites.
                  Et, en troisième position, mais ce n'est malheureusement pas sa place, la Salle Richelieu, vaisseau amiral trop souvent livré cette année à l'intellectualisme et à des choix de répertoire non dépourvus de pesanteur politique.

Une phrase

- "Je cherche à vous faire vous trahir".

- "Un interview bien mené est une agression".

- "Je n'engagerais jamais un candidat qui ne ment pas".

- "L'individu normal est souvent un refoulé".

L'auteur

Michel Vinaver est l'un des auteurs français contemporains les plus joués, en France et ailleurs.
Dernier succès: "Bettancourt boulevard", l'une des meilleures pièces de cette saison 2015-2016, présentée au Théâtre de la Colline (Cf. chronique Culture-Tops du 11 février).

Son domaine de prédilection: le monde du travail, qu'il connaît bien pour avoir mené, parallèlement à son métier d'écrivain, une belle carrière, pendant 29 ans, dans une grande société multinationale.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.