Thêatre-Spectacles

Le Cancre

Du caractère salvateur de la lecture
De Bernard Crombey
D’après Daniel Pennac
Avec Bernard Crombey

Infos & réservation

Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006 Paris
Tél. : 0145445734
ATTENTION : dernière représentation, le 21 mai

Lu / Vu par

Charles Chatelin
Publié le 10 mai . 2016

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Comment le jeune héros de l’histoire, dernier-né d’une fratrie d’intellectuels (avec père polytechnicien), va-t-il se sortir de sa situation de “nul congénital” ? Contrairement à ce que pourraient croire les premiers de la classe, l’état de cancre est une souffrance, un sentiment d’infirmité, renforcés par l’application constante des adultes (des proches aux profs) à vous mettre la tête sous l’eau, non par méchanceté, mais par exaspération ou par facilité. 

Quand, devenu lui-même professeur de lettres, il se mesure à des bataillons de cancres, saura-t-il leur tendre la main ? S’ensuit une belle galerie de portraits d’élèves donnée par un Crombey – seul sur scène – très convaincant.

Points forts

- Il y a un moment magique quand le maître bienveillant trouve, par la lecture, le moyen de déverrouiller la personnalité de l’élève Crombey-Pennac. La joie, l’espérance de l’enfant délivré sont un moment merveilleusement touchant. On saisit vraiment, à cet instant, ce qu’il y a de grandeur dans le métier d’enseignant. 

- Il y a aussi cet exercice de style hilarant où l’archétype du gamin des cités récite le Pont Mirabeau… en verlan ! Apollinaire aurait apprécié.

Points faibles

La scène, un peu convenue, du prof qui réalise, horrifié, ce qu’un de ses élève visionne la nuit sur Internet : exposer les  idées de Pennac sur l’influence des médias chez les ados aurait peut-être demandé plus de développement; exercice compliqué dans le temps forcément court d’une pièce de théâtre.

En deux mots ...

Avec son grand corps d’adulte plus si jeune, Bernard Crombey, sous le simple artifice d’une culotte courte à bretelles, réussit le tour de force de nous faire croire qu’il est le gamin Pennac sur les bancs de l’école !

Une phrase

« Désolé, professeur, je ne comprends pas… »

L'auteur

La pièce est une adaptation, par Bernard Crombey, de deux livres de Daniel Pennac, Chagrin d’école et Comme un roman : le premier, autobiographique, raconte sa scolarité de cancre et comment il a été sauvé par un maître attentif, le second étant un essai sur la pédagogie de la lecture – le grand-œuvre de Pennac en matière d’éducation.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.