Thêatre-Spectacles

Le Crédit

Quelques longueurs, mais un spectacle original, plaisant et remarquablement interprété
De Jordi Galceran
Mise en scène : et Adaptation : Eric Civanyan
Avec Daniel Russo et Didier Bénureau

Infos & réservation

Théâtre de la Gaîté Montparnasse
26 rue de la Gaîté
75014 Paris
Tél. : 0143221618
Jusqu'au 26 mai Durée : 1 heure 30 Du mardi au samedi à 21 heures Dimanche à 16 heures Samedis supplémentaires à 16 heures Relâches : - 08.03.2019 à 21 heures - 17.03.2019 à 16 heures - 19.03.2019 à 21 heures - 30.03.2019 à 16 heures et 21 heures - 06.04

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 11 mar . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Un banquier est sollicité par un client qu'il n'a guère vu plus de deux fois jusqu'ici, pour un prêt sans aucune garantie valable. D'où le refus catégorique dudit banquier. A bout d'arguments, le client se lance dans une menace de chantage assez curieuse...

Points forts

  • les deux comédiens remplissent parfaitement leurs rôles. Daniel Russo peut indifféremment jouer un type bien comme un infâme voyou, avec la même conviction et la même sincérité. Didier Bénureau, quant à lui, a fait ses classes au Petit Théâtre de Bouvard, s'est fait connaître dans "Les brèves de comptoir" de Jean-Michel Ribes et surtout par sa complainte "La chanson du soldat Morales". Il est formidablement expressif, avec des mimiques à la Louis de Funès, du meilleur effet
  • il est amusant de constater combien un banquier, sûr de sa position et de son pouvoir, peut dégringoler de son piédestal lorsqu'il n'est plus maître de la situation. Le grain de sable ici inverse les rôles et le conseiller devient le "conseillé", tout en réalisant que son comportement n'a plus rien de rationnel

Points faibles

La comédie démarre sur les chapeaux de roue, très enlevée, mais lorsque le client expose son ultime argument pour obtenir son crédit, tout part en vrille et le scénario, moins maîtrisé, suscite quelques longueurs.
 

En deux mots ...

L'ensemble est néanmoins très plaisant, il s'agit là d'une pièce au sujet original, drôle et fort bien interprétée par  deux compères extrêmement compétents sur scène.
 

L'auteur

Jordi Galceran (né en mars 1964, à Barcelone) est un dramaturge et scénariste catalan qui écrit toujours ses textes en espagnol.
Il a créé une pièce "La méthode Grönholm", en 2003, qui a été adaptée et jouée au Théâtre Tristan Bernard, en 2013, avec succès. Il a également signé une adaptation du "Roi Lion".

Commentaires

hoyet
Le 02 mai. 2019
à 15h12

bonjour,
J 'ai vu la pièce ,
point fort : Daniel Russo est très convaincant dans son registre émotionnel.
Progressivement il perd de sa superbe et devient fragile face à son problème de couple .
Point Faible : Didier Benureau , je n'ai rien compris à son personnage : qu'il demande un crédit ou qu il obtient un crédit , ou bien qu il soit aux abois au point de faire chanter son banquier , ou bien qu il rate une histoire d 'amour ou bien qu il voit qu il peut réussir a avoir l 'argent et/ou la femme , ou bien qu il doit composer avec le conseiller pour avoir le credit ou bien lorsqu il constate que le crédit lui échappe , il est égal à lui même toujours sur de lui ( il parle constamment fort )
C 'est dommage le binôme pouvait être plus drôle .
Bien sûr ce n 'est que mon avis
cordialement

Neville
Le 12 mai. 2019
à 15h33

Pièce indigeante, mélangeant vulgarité populaire, grossièretés inutiles. Si Didier Benureau est excellent à son habitude, son interprétation est teintée de son univers comique habituel. Daniel Russo semble faire le strict minimum et ne pas y croire.
35 minutes à se demander pourquoi l’on est venu ici, aucun sourire à esquisser, la thématique vulgaire de la menace à l’adultère, péniblement vulgaire, épaisse, collante.
Tout ressemble à un sketch mal écrit qui traîne en longueur.
Je me mets en partie à la place des acteurs, votre talent quelqu’il soit ne peut sauver une pièce semblable à un mauvais plat roboratif. Le sentiment d’un pièce pour cachetonner. Une plaie. Les bâillements se succédant aux atterrements, nous avons profité de notre place en bord d’orchestre pour fuir avec soulagement.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.