Thêatre-Spectacles

Le Journal d'une Femme de Chambre

Mirbeau, excellemment revisité
De Octave Mirbeau
Librement adapté par Philippe Honoré
Avec Florence le Corre-Person et Philippe Person

Infos & réservation

Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006 Paris
Tél. : 0145445734
ATTENTION: dernière, le 31 octobre

Lu / Vu par

Véronique Guionin
Publié le 29 oct . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Une jeune femme est interviewée a la suite de la publication de son journal intime "Mémoires d'une femme de chambre". Elle révèle au journaliste qui l'interroge les affres vécues auprès de ses employeurs, ses propres contradictions et ses rapports ambigus avec celui qu'elle finira par épouser tout en le sachant violeur et assassin.

Points forts

1 L'originalité d'une adaptation d'un monologue du début du XXème en interview lors de la rentrée littéraire de 1974. Philippe Honoré crée et met en scène une pièce pour deux personnages au temps de Giscard. Modernité tonique assurée. 
La jeune Célestine, fine et rouée, devient dès lors un personnage qui, pour échapper à sa condition de domestique maltraitée par ses employeurs, manipule son entourage. Tableaux pleins d'humour, croqués sur le vif, de petits bourgeois de province étriqués et minables dans un environnement humain plutôt sordide. 

2 Deux comédiens sur scène: Célestine, très à l'aise face aux médias, à la fois victime et intrigante rouée; et face à elle, un comédien caméléon qui interprète tous les hommes qu'elle évoque (à une exception prêt, peu reluisants). Moments attendrissants, drôles ou cocasses, faiblesses révélées et noirceurs assumées. 

3 Florence Le Corre-Person campe formidablement une Célestine intelligente, attachante et lucide, effrontée et rouée (l'air de rien) qui trace sa destinée et veut s'émanciper. Elle joue avec détermination et aplomb de ses charmes comme autant d'armes affûtées. 
Philippe Person endosse avec cocasserie des personnages hauts en couleurs sombres (le pervers, le maniaque...). Il est aussi inquiétant et multiple que ses personnages l'exigent. 

Points faibles

Je n'en vois pas.

En deux mots ...

Une vision renouvelée et moderne du personnage et de l'oeuvre d'Octave Mirbeau, devenue depuis longtemps un classique du Lucernaire (entre autres théâtres). 

Bravo pour l'originalité et l'énergie de la mise en scène. Pari réussi pour Philippe Honoré et ses deux comédiens . 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.