Thêatre-Spectacles

Les Larmes Amères de Petra Von Kant

De Rainer Werner Fassbinder
Mise en scène : Thierry de Peretti
Avec Valeria Bruni Tedeschi, Zoé Schellenberg, Kate Moran, Sigrid Bouaziz, Lolita Chammah, Marisa Borini ou Nadine Darmon

Infos & réservation

Publié le 28 mar . 2015

Recommandation

3,0BonBon

Thème

À la suite de deux échecs amoureux, dont un mariage, Petra Von Kant, une styliste reconnue, de 50 ans, s'éprend d'une très jeune fille dont elle va faire son mannequin vedette. La passion basculera dans les larmes, l'alcool et la violence. 

Une jeune assistante, que Petra malmène, assiste en silence au drame qui se joue. 

Points forts

1 A travers l'intimité entre les femmes en présence, la pièce évoque leurs rapports amoureux, amicaux, filiaux ainsi que les liens d'homosexualité de deux d'entre elles. Rapports de force entre des personnalités sombres; certaines, meurtries, aux idéaux piétinés, aux vies abîmées sous l'emprise de dépendances diverses. 

2 Le talent des actrices réunies sur scène est un des plus grands atouts de la pièce. Elles tournent dans ce huit clos étouffant, chacune participant et subissant à sa manière la violence qui monte. 
Deux actrices retiennent particulièrement l'attention: 

  - Valeria Bruni Tedeschi prête à l'héroïne de la pièce, Petra Von Kant, sa voix et sa personnalité faite pour incarner la passion, sa puissance destructrice (y compris envers elle même); et, en parallèle, la fragilité sans cesse affleurante du personnage. Sa Petra est sensuelle à l'extrême, dépendante, violente et autocentrée, perdue et destructrice. 

  -Lolita Chamman, Marlène, l'assistante que Petra martyrise et humilie, propose une vraie alternative au jeu extraverti à l'extrême de Valeria Bruni Tedeschi. Elle hante la scène comme une muette et c'est dans son jeu et ses regards que se lisent aussi bien ce qu'elle perçoit (et elle perçoit tout) que ses frustrations et sa dépendance à sa patronne. 

3 le décors est intéressant. Un studio de création (progressivement un souk innommable) surchargé de meubles (canapé, piano) ,de bouteilles (Petra sombre dans l'alcool et le tabac), de vêtements sur cintres. La pièce se joue au bord de la scène, envahissant progressivement la salle.

Points faibles

- Il manque à cette pièce de dégager le plus important: l'émotion et une empathie profonde pour les personnages, qui vous prendrait au ventre! Et franchement, ici, il y aurait de quoi...
 Peut être Fassbinder étouffe-t-il nos ressentis à force de piétiner les sentiments, de ne nous montrer que des frustrations?  

- En outre, la mise en scène joue la violence au bord de l'hystérie, dans un désordre submergeant; malgré les pauses, on regrette de ne pas apercevoir une lueur à l'horizon. 

En deux mots ...

Beaucoup d'éléments positifs mais, au final, une vague déception le regret de n'avoir pas vibré. 

L'auteur

Rainer Werner Fassbinder est né en Allemagne en 1945. Il meurt en 1982, à  37 ans. Réalisateur, acteur, écrivain, metteur en scène, il restera comme l'une des figures les plus marquantes de sa génération.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.