Thêatre-Spectacles

Les règles du savoir-vivre dans la société moderne

Savoir vivre c’est bien, savoir lire aussi…
De Jean-Luc Lagarce
Mise en scène : Roger-Daniel Bensky et Sophie Paul Mortimer
Avec Sophie Paul Mortimer

Infos & réservation

Studio Hébertot
78 bis boulevard des Batignolles
75017 Paris
Tél. : 01 42 93 13 04
http://www.studiohebertot.com
Jusqu’au 15 janvier 2020, les lundi et Mardi à 21h

Lu / Vu par

Anne-Claude Ambroise-Rendu
Publié le 21 déc . 2019

Recommandation

3,0BonBon

Thème

Ce seul en scène, organisé à partir d’un patchwork d’extraits du manuel Usages du Monde, règles de savoir vivre dans la société moderne, rédigé par la baronne Staffe et publié en 1889, dresse le panorama des événements marquants de la vie et décrit minutieusement les rituels sociaux qui les accompagnent : de la naissance au deuil en passant par le baptême, les fiançailles, le mariage et les anniversaires de mariage.

Points forts

- On comprend la fascination d’un auteur et d’un metteur en scène de théâtre pour ce théâtre social que dessine les Usages du Monde, avec ses épisodes joyeux et graves, ses absurdités et ses contraintes, toutes ces civilités socialement caractérisées et donc forcément clivantes. 

- On saluera la couture habile réalisé par l’auteur et le metteur en scène entre les chapitres du livre de la Baronne grâce aux répétitions de certaines formules et quelques incises impertinentes adressées aux spectateurs : « tout le monde peut suivre, ce n’est pas compliqué ». 

- La précision du jeu et la diction parfaite de Sophie Paul Mortimer instillent de la folie et de la gravité dans un texte dont on pouvait craindre la faiblesse dramaturgique.

Points faibles

- L’ambition n’est pas claire : donner à voir et à comprendre ce que fut le code des comportements de la fin d’un XIXe siècle bousculé par la révolution industrielle, l’avènement de classes nouvelles et l’entrée dans la culture de masse ou tourner en dérision un ensemble de prescriptions qui peuvent paraître, en effet, ridicules et excessivement normatives au XXIe siècle ? Placé dans un “entre deux”, entre fascination pour un texte qui ne manque pas de grâce et satire un peu lourde adossée sur des intermèdes chantés et dansés vaguement clownesques mais sans charme, sans être franchement installé dans la critique sociale ou historique, le spectateur est embarrassé. C’est qu’il peut difficilement démêler ce qui appartient au texte et à son commentaire, à la baronne Staffe et à Jean-Luc Lagarce.

- La mise en scène est un peu appuyée et gauche. Elle orchestre des déplacements et des sorties de scène très étudiés mais pour cela même artificiels et un peu vains, comme le sont les moments de chant et de danse.  

- La robe de Sophie Paul Mortimer participe de ce malaise, inutilement chatoyante et chic et malgré cela laide et peu seyante, mais surtout sans rapport avec le propos qui concerne bien les différentes étapes de la vie de chacun et non les soirées mondaines. 

En deux mots ...

- Certes la baronne Staffe et son ambition de fournir aux couches nouvelles, qui s’affirment dans le contexte de la démocratisation du pays, des règles d’intégration sociale et de communication prête le flanc à la critique si on ne fait pas l’effort de comprendre ce que fut la fonction d’un genre – le manuel de savoir-vivre- qui fit florès au XIXe siècle, tentant de s’adapter aux conditions du monde moderne. Il n’était nullement question alors de favoriser l’épanouissement personnel mais de proposer aux gens un corpus de règles sociales censées favoriser l’intégration sociale. L’objectif n’était pas complètement absurde et ces ouvrages qui connurent un grand succès eurent peut-être leur utilité, sans constituer une police des mœurs et des comportements bien menaçante. 

- Le parti pris d’en rire n’est pas seulement anachronique il est aussi facile. D’une part il dispense le spectateur de s’interroger réellement sur la fonction de ces ouvrages : s’agit-il d’édifier le peuple ou au contraire d’instituer une barrière imperméable entre les classes, via la distinction ? D’autre part le parti d’en rire fait passer le spectateur à côté de quelque chose d’essentiel, que nous apprend le texte : les conventions ont aussi pour fonction de rassurer les individus face aux nouveautés culturelles et sociales déstabilisantes. Si elles ne concernent que le paraître elles peuvent aussi aider à exister en facilitant les rapports avec les autres. Et il serait bien vain de penser que les occidentaux du XXIe siècle sont plus autonomes ou plus libres à cet égard.

Un extrait

- “Un homme dont la position est médiocre, il en est, ne s’offrira pas à tenir un enfant sur les fonds de baptême. 

- N’auraient-elles pas été heureuses, cinquante années : on célèbre quand même. 

- Malgré quelques tentatives pour en faire renaître l’usage on ne chante plus au dessert”.

L'auteur

A la tête d’une compagnie théâtrale dès 1977, auteur prolifique (en moins de 20 ans d’activité il a écrit 25 pièces), Jean-Luc Lagarce a été peu monté au théâtre de son vivant. Il est aujourd’hui un des auteurs contemporains français les plus joués. Hanté par les solitaires, les outsider, les décalés, les exilés loin du monde son théâtre questionne inlassablement la possibilité pour les individus de dire ce qui est, ce que sont vraiment les choses.

Morte en 1911, Blanche-Augustine-Angèle Soyer est plus connue sous le nom de Baronne Staffe, pseudonyme sous lequel elle a signé les manuels et les nombreux articles qu’elle a consacré au savoir-vivre et qui ont fait sa fortune. Nullement baronne, mais issue de la très petite bourgeoisie de province, elle contribue à rajeunir et à moderniser les règles de la bienséance, soucieuse de s’adapter au monde dans lequel elle vit.  Elle achève l’avant-propos de son livre en assurant que « la politesse améliore, élève parce que son essence est l'amour et le respect du prochain » définissant l’élégance comme le « contraire du laid, du grossier, du vulgaire c’est-à-dire du mercantilisme, de l’égoïsme, du mépris du droit. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.