Thêatre-Spectacles

Une actrice

Attachant et captivant
De Philippe Minyana
Mise en scène : Pierre Notte
Avec Judith Magre, Pierre Notte et Marie Notte

Infos & réservation

Théâtre de Poche Montparnasse
75 Boulevard du Montparnasse
75006 Paris
Tél. : 0145445021
http://www.theatredepoche-montparnasse.com
Jusqu'au 20 mai: Du mardi au samedi à 21h; le dimanche à 15h

Lu / Vu par

Anne-Marie Joire-Noulens
Publié le 03 avr . 2018

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Judith Magre décide de venir converser avec nous à bâtons rompus et, grâce à Pierre Notte qui lui pose les bonnes questions, nous apprenons l'air de rien quantité de petites choses sur sa vie qui ont fait de cette actrice une très grande dame.

Points forts

- Exceptionnellement pour la générale, nous avons eu la chance de voir Philippe Tesson, un peu chez lui ici (le théâtre appartient à sa fille) et très en verve nous présenter le spectacle. Moment rare...

- Judith Magre nous raconte sa première rencontre avec un homme qui comptera pour elle et sa fascination devant ce qu'elle a commencé par voir de celui-ci : son dos ! Cette idée de faire l'apologie du dos humain est tout de même peu fréquente sur les planches

- La magie narrative de Judith Magre, avec cette voix exceptionnelle, son phrasé si personnel et le choix des mots, transforme de banales historiettes du quotidien en faits d'armes

- Les protagonistes des rencontres qui ont émaillées si joliment toute son existence sont, excusez-moi du peu, assez loin du tout-venant : elle a côtoyé Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Aragon, Cocteau et Giacometti entre autres ; elle a croisé Céline

- Ce spectacle est émouvant par cette espèce de complicité que Judith Magre instaure entre elle et ceux qui l'écoutent, cette façon amicale et enjouée de nous faire entrer dans sa vie de tous les jours, tellement à l'opposé de celle des personnages grandioses qu'elle a joués au fil des ans

- Mention spéciale à Pierre Notte qui sait lui poser les questions pertinentes, ne se laisse pas embarrasser par quelques réponses fuyantes de l'actrice et tient bon, avec une sacrée dose d'humour d'ailleurs

- Coup de chapeau aussi à Marie Notte qui vient ajouter une petite touche cabaret à l'ensemble, avec quelques chansons agréablement interprétées

- Une petite phrase, au détour d'une conversation : "mon frère est mort sans raison valable". Ca fait réfléchir...

Points faibles

Décidément non.

En deux mots ...

Le rouge lui va si bien !

Drapée dans une grande écharpe rouge vif dont elle joue de ses doigts fins et longs, dans une sorte de danse, Judith Magre fait son apparition sur scène et toute une vie de théâtre nous contemple. A 25 ans, déjà, elle avait ses traits de sphinx. Elle dit d'elle "qu"elle n'a jamais été jeune, jamais été belle". C'est archi-faux : lorsqu'elle est sur scène, elle est magnifique et immuable. C'est une artiste dans le sens le plus pur du terme qui prend possession de la scène, parle de sa jeunesse avec fort peu de mélancolie mais beaucoup d'humour. Sa famille est la grande famille du théâtre, la liste de ses amis est considérable. Et diantre, le nombre de fois où avec ses amis, ils sont allés "boire un coup" ! 

Ce spectacle est un instant de vie fort, très attachant.

L'auteur

Philippe Minyana (né en 1946 à Besançon) est un auteur à vocation internationale. Il a écrit plus de 35 pièces ainsi que des livrets d'opéra ("Jojo", "Leone").

Certaines de ses pièces sont diffusées sur France Culture. La liste est dense.

Ce dramaturge a commencé sa carrière comme enseignant puis a exercé le métier de comédien. Parallèlement à ces activités, il s'est mis à l'écriture avec succès : "Chambres", puis "Inventaires" couronné en 1987 du Molière du meilleur auteur. Il a présenté également "Les petits aquariums" et en 2006 "La maison des morts". Il a oeuvré en tant qu'auteur associé quelques années au Théâtre de Bourgogne, à Dijon.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.