Thêatre-Spectacles

Une Journée particulière

De Ruggero & Ettore Scola
Mise en scène : Christophe Lidon
Avec Corinne Touzet, Jérôme Anger, Yannis Baraban et Huguette Hatem

Infos & réservation

Théâtre du Petit Montparnasse
31, rue de la Gaîté
75014 Paris
Tél. : 01 43 22 77 74
http://www.petitmontparnasse.com
Jusqu’au 3 Mai

Lu / Vu par

Catherine Bonte de Cuniac
Publié le 15 avr . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

Rome, 8 Mai 1938, C’est la rencontre improbable de deux êtres que tout oppose et qui vont se lier, attirés par leur souffrance commune et l’oppression qu’ils subissent, pour vivre une journée d’amour et d’amitié alors que dehors se déroule une journée historique pour le fascisme : on fête le Ducce.

Points forts

- Il était plus qu’osé de proposer un autre éclairage de « Une journée particulière »,formidable film, merveilleusement interprété, qui a empli d’émotion tout un chacun.
Le pari est réussi : c’est une approche complètement théâtrale et parfaitement intimiste, pour ce huis clos proposédans la petite salle du Petit Montparnasse, qui s’y prête parfaitement.

- Des comédiens isolés dans leur bulle qui peu à peu s’apprivoisent, touche par touche, et vont tisser une bulle commune. Un  jeu délicat très intériorisé pour Antonietta, Corinne Touzet, tout en retenue. Alors que Gabriele, un  Jèrôme Anger, sensible et plus expansif, joue merveilleusement son dernier tour de piste, en quelque sorte, étonné, séduit.
Emmanuele, le mari d’Antionetta, odieux, suffisant, est macho à souhait; et la concierge, insinuante, curieuse, méfiante, est parfaitement campée par une excellente Huguette Hatem qui a également fait la traduction du texte.

- Une mise en scène astucieuse, où le côté d’enfermement est intelligemment et esthétiquement suggéré par un jeu de rideaux blancs simulant un intérieur  et qui servent également d’écran pour projeter des scènes de la vie intime, le petit déjeuner des enfants d’Antonietta ou les conversations téléphoniques de Gabriele avec son amant. Mais  aussi ce qui se déroule à l’extérieur en voix off, le défilé, les discours politiques,  en noir et blanc, présents mais comme irréels  et hors d’atteinte pour le couple, qui vit une réalité tout autre : personnelle, unique et précieuse.

- Une émotion palpable dans la dernière scène, un précieux moment de théâtre, tant Antonietta veut retenir de l’intérieur et se repasser cette rencontre, cette écoute, ce respect dont elle a été l’objet.

Points faibles

Le choix de Corinne Touzet surprend, mais l’actrice parvient à nous toucher peu à peu.

En deux mots ...

Une délicate parenthèse. On vibre, tout à l’écoute de cette perle qui naît sous nos yeux. Beaucoup d’émotion avec le bruit des bottes du fascisme en toile de fond.

Une phrase

Qui seront deux:

- « Ce n'est pas le locataire du sixième qui est antifasciste. C'est le fasciste qui est anti-locataire du sixième. »

- «  De toutes façons la vie, quelle qu’elle soit,  vaut toujours d’être vécue…il y a toujours un petit oiseau pour vous le rappeler, »

L'auteur

Ettore Scola, scénariste et réalisateur, est le cinéaste italien le plus prolifique et récompensé: « Nous nous sommes tant aimés », «  La Terrasse », « Le Bal »…et surtout « Une journée particulière », avec Marcello Mastroianni et Sophia Loren. 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.