CHAPLIN, 1939

Une simple moustache pour son royaume !
De
Cliff Paillé
Mise en scène
Cliff Paillé
Avec
Romain Arnaud-Kneisky Alexandre Cattez Swan Starosta
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006
Paris
01 45 45 57 34
Du 25 août 2021 au 10 octobre 2021 20H du mardi au samedi et dimanche à 15H

Thème

Charles spencer Chaplin est en plein succès. Charlot qui fait son génie fait aussi sa gloire. Anti-système hollywodien convaincu, il bat en brèche tous les sujets tabous d’une Amérique conservatrice. Il est libre avant tout, opiniâtre, entêté, doté d’un fort caractère mais il n’en a pas fini avec ses combats. Aujourd’hui la menace du nazisme plane sur le monde, il veut la dénoncer et contre tout et tous il a décidé de se payer le chancelier Hitler ! Oui mais comment ? Charlot est là, omniprésent, il faut franchir un cap, faire peut-être le deuil d’une gloire pour être fidèle à ses combats… C’est décidé, il fera : « Le dictateur » …

Points forts

Une interprétation sans faille.

Un texte exigeant, ciselé

L’habileté du traitement du sujet sans verser dans le biopic.

 

Quelques réserves

Quelques fluctuations de rythme, mais on excuse tout à l’enthousiasme

Encore un mot...

Il y a, comme toujours dans le travail de Cliff Paillé, le souci d’entrer dans l’intimité de ses protagonistes et nous exposer les tourments d’une âme en proie à ses démons et ses fulgurances. L’interprétation de Romain Arnaud-Kneisky est remarquable de violence et de pudeur et on découvre en trois scènes comme une pièce en trois actes, trois visages d’un Chaplin secret, confronté à son épouse du moment, Paulette Godard, et l’indéfectible compagnonnage de son frère Sidney. La parfaite adéquation de jeu des comédiens vous emporte un moment loin de toute convention théâtrale, pour épier derrière le miroir sans tain le génie s’effacer devant l’homme de conviction.

Une phrase

Paulette : Je sais que tu as aimé me séduire, ça oui. Mais c’est tout. Tu as aimé mes jambes, mon sourire. L’éclat de mes yeux quand   je te regardais avec le mien, d’amour… Un amour de femme. C’est-à-dire un amour de l’autre, pas un amour pour soi. Mon admiration, voilà ce que tu as aimé. Le besoin qu’on t’aime a atrophié ta capacité à aimer. Tu le fais par rafales, en tempête. Pour conquérir des cœurs, des peaux, des certitudes. Rien de mieux… Et tu sais pourquoi ? Parce qu’il te tétanise, l’amour ! Le vrai ! Celui qui engage. Celui qui fait mal parce qu’on a peur qu’il s’arrête. Et on a raison d’avoir peur. Le bonheur est fait pour se terminer, oui. Toujours, fatalement. 

Mais est-ce que  c’est une raison suffisante pour le fuir et se contenter  de conquérir quelques femmes naïves et les rires du public ? Des rires dont tu vas t’abreuver jusque dans les salles de cinéma, déguisé. C’est pathétique.

Charlie : Je le fais plus, ça.

Paulette : Les acclamations, partout dans le monde. Monsieur est une icône… Bravo! Mais c’est du vent, tout ça ! Du vent ! Du rien du tout ! Du petit bonheur périssable. De l’amour en papier mâché. Du baume pour capitaliste, voilà ce que c’est !! Ça vaut rien. Ça guérit rien. Tu es petit, Chaplin. Tout petit, et seul. Mais va ! Va conquérir l’admiration des foules. De tous ces gens qui nete connaissent pas et t’oublieront d’un seul coup, violemment et sans que tu saches pourquoi. Va rassurer tes tristes peurs !

L'auteur

Rêvant sans illusion de changer le monde, persuadé de ne pas y parvenir mais nécessiteux d'essayer, l'écriture est pour Cliff Paillé un moyen d'interpeller.

La mise en scène est ensuite une réécriture au plateau, où les lumières, les corps, les sons, les voix, les images, vont redistribuer les essentiels du texte, et reprendre la main sur les mots.

Sur Chaplin, 1939 il a cherché à convoquer le fantôme de Chaplin, avec élégance, respect et subtilité, par des chemins sans cesse détournés

Commentaires

Olivier Thrierr
jeu 09/09/2021 - 19:39

Un très beau texte et une interprétation magistrale. La pièce dure 1h 15mns et mérite assurément le détour.
Merci pour ce beau moment hier mercredi 8 septembre !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.