Crécelle

Quand la musique est bonne…
De
Compagnie Le Matoukitouss-Paul Hautreux
Durée : 1 heure 15
Mise en scène
Guillaume Tarbouriech
Avec
Françoise Taillandier et Pascal Nicolleau
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Théâtre Le Guichet Montparnasse
15 rue du Maine
75014
Paris
01 43 27 88 61
Jusqu’au 25 février 2024. Jeudi à 20 heures 45. Dimanche à 18 heures

Thème

  • Une riche veuve, d’un âge certain, se pique de bel canto et se targue d’avoir l’oreille absolue ! Elle entend faire profiter de ses talents un public averti.
  • Las ! La dame chante faux comme une casserole, mais avec une telle conviction et une telle énergie !

Points forts

  • Le thème n’est pas nouveau. Nous avons déjà vu sur les écrans une diva à voix de fausset avec Catherine Frot dans Marguerite. Mais ici, le traitement est différent, à base de simplicité désarmante et de sympathie. Un début de carrière à 77 ans, pourquoi pas ? Certains grands morceaux classiques se font particulièrement massacrer. C’est tellement énorme que cela en devient comique. Et l’adage « Il n’y a que la foi qui sauve » prend ici tout son sens.
  • Le duo improbable de cette crécelle et d’un pianiste de seconde zone fait des étincelles et nous donne une remarquable définition du déni, elle avec son absence de voix juste et lui avec son jeu approximatif, tous deux confortés dans leurs certitudes.
  • Il y a énormément de gaité, d’enthousiasme et d’humour tout au long de cette pièce. Et chacun voit midi à sa porte : lorsque la cantatrice, persuadée d’avoir l’oreille absolue, voit sortir des spectateurs en pleurant, elle demeure convaincue qu’ils pleurent d’émotion et sortent pour ne pas troubler le concert. La naïveté a encore de beaux jours devant elle.
  • Les personnages sont attachants : elle avec sa générosité et son caractère altruiste et lui, voulant faire plaisir à celle qui lui permet de payer son loyer et son chauffage, masquant son inquiétude derrière sa manie d’arroser ses plantes.
  • Un “plus“ de qualité chez cette comédienne : sa diction parfaite, claire et sa voix chantante, juste elle.
  • Enfin, l’idée de terminer la pièce par un authentique et merveilleux enregistrement de l’Ave Maria de Gounod est un cadeau ! Amen.

Quelques réserves

  • Est-ce dû au contexte de cette voix de crécelle mais du coup, le piano semble particulièrement désaccordé !

Encore un mot...

  • Ce spectacle nous offre une heure et quart de bonne humeur, de tendresse et de rires avec une diva d’opérette qui ne cherche qu’à réaliser son rêve. Les deux comédiens se complètent parfaitement et l’on passe un très bon moment. 
  • Marc Twain écrivait  « Si une personne combine l’ignorance et la confiance en soi, alors le succès est inévitable » ! Dont acte.

Une phrase

[Après un concert assez atroce pour une oreille normalement constituée] :
« Ce fut un grand moment. Chacun en gardera un souvenir inoubliable ! »

L'auteur

  • Le Matoukitouss est une compagnie théâtrale bicéphale, avec Paul Hautreux, pianiste-compositeur, et Françoise Taillandier, comédienne-metteuse en scène. 
  • Ensemble, ils créent des spectacles musicaux et organisent également des concerts, des récitals et des animations musicales. Ils ont déjà produit une dizaine de spectacles musicaux.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
WELFARE
De
Julie Deliquet – D’après le film documentaire (1973) de Frederick Wiseman