Dieu habite Düsseldorf

L’homme confronté à sa propre banalité
De
Sébastien Thiéry
Compagnie théâtral Java
Mise en scène
Renaud Danner, Eric Verdin
Avec
Renaud Danner et Eric Verdin ou Manuel Durand
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Le Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs
75006
Paris
01 45 44 57 34
Du 11 mai au 3 juillet 2022, du mercredi au samedi à 21h, le dimanche à 17h30

Thème

  • Monsieur 1 et Monsieur 2 sont des hommes ordinaires qui n’aspirent qu’à une chose : l’être plus encore.
  • Le spectacle met en valeur deux hommes ordinaires, tristement médiocres, dans des circonstances à la fois banales et imprévues.
  • Ils sont à la fois timides, inaptes, inoffensifs et se perdent dans des échanges sans queue ni tête. Ils acceptent de survivre dans un monde qui les broie sans même avoir l’idée de se révolter.

Points forts

  • Les deux acteurs sont à la fête dans cet univers qu’ils s’approprient, quelles que soient les situations. Soit avec un physique aux allures passe-partout comme pour Eric Verdin, qui joue le blasé foireux avec entrain, soit avec des allures à la “Bébel“ pour Renaud Danner, faussement dynamique et joyeux mais finalement d’un vide total. Ces deux-là interprètent très justement tous leurs personnages, dans un décor composé de quelques paravents dont la disposition évolue à chaque séquence, selon les besoins de la mise en scène.
  • Sept séquences, sept saynètes indépendantes, mais reliées par un même rapport dominant – dominé qui donne le ton aux échanges entre les deux protagonistes. Ils sont le plus souvent loufoques, et parfois drôles lorsque l’auteur réussit à rentrer plus profondément dans son sujet, à le creuser avec davantage de précision, à ciseler des répliques inattendues.

Quelques réserves

Il ne suffit malheureusement pas de créer un univers loufoque et de convoquer le non-sens pour en faire une œuvre à la qualité constante. Si certaines séquences sont très réussies – notamment celle de l’achat du zizi – et l’on voit clairement ce qu’on peut tirer de tels sujets, le plus souvent, le texte donne l’impression de manquer d’imagination, de n’être pas poussé assez loin ou tout simplement de n’être pas assez travaillé.
• Dieu habite Düsseldorf a été écrite en 2006. Depuis, Sébastien Thierry a imposé la qualité de son écriture et sa place dans cet univers du non-sens.

Encore un mot...

  • Désemparés, angoissés, gagnés par une solitude infinie, Monsieur 1 et Monsieur 2 semblent tout droit sortis d’un des premiers romans de Michel Houellebecq, comme Extension du domaine de la lutte. Incapable de se rebeller contre une société qui les broie lentement, ils assistent impavides à leur propre déchéance.
  • Tristement habillés, leur tenue ajoute à la dépossession de leur personnalité, disparue sous les apparences, à fois dérisoires et féroces

Une phrase

  • Monsieur 1 : « Je voudrais acheter un zizi
  • Monsieur 2 : C’est pour vous ou pour offrir ?
  • Monsieur 1 : C’est pour moi
  • Monsieur 2 : C’est la première fois que vous achetez un zizi ?
  • Monsieur 1 : Oui, c’est pour ça … Je suis un peu perdu... »

L'auteur

  • Sébastien Thiéry a étudié au Conservatoire National d’Art Dramatique. Il poursuit une double carrière d’acteur, pour le cinéma et la télévision, mais surtout pour le théâtre.
  • Il coécrit et joue dans la série Maman, diffusée sur Canal +. Il écrit sa première pièce, Sans ascenseur, en 2005, qui sera suivi d’une dizaine d’autres, qui l’imposent comme un auteur à succès.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche