L’heureux destin et le triste devenir de Jean Dupont

Une savoureuse comédie sociale
De
Romain Juillard
Durée : 1h15
Mise en scène
Romain Juillard
Avec
Aurélie Colin, Lydie Muller, Florence Fakhimi, Romain Juillard, Arnaud Schmitt
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Studio Hébertot
78 bis boulevard des Batignolles
75017
Paris
01 42 93 13 04
Jusqu’au 31 octobre 2023. Les mardi et mercredi 21 heures

Thème

  • Quand le travail courbe les épaules, éteint les esprits et affaisse les silhouettes au point de les uniformiser, les rapports sociaux, familiaux et intimes prennent la tournure d’une pantomime insignifiante, chacun étant comme absent de lui-même. Jean Dupont, c’est-à-dire « monsieur-tout-le-monde », est ainsi un homme moyen, qui vit une vie moyenne, sans ambition, ni rêve particulier, en dehors de l’argent. 
  • Mais dès que les gains astronomiques du Loto viennent miraculeusement éclairer la nuit des sentiments, l’âpre tiédeur du couple et la soumission routinière au travail, les choses changent, les rapports s’inversent, pas forcément pour le mieux.

Points forts

  • Un spectacle très bien écrit, avec de vraies trouvailles d’expression, au service d’une satire sociale particulièrement réussie sur la verticalité des hiérarchies et la fausseté soudainement introduite par l’abondance financière. 
  • Les quatre comédiens interprètent près de 30 personnages sans jamais perdre le fil de la narration ni le spectateur, un bonheur que seul le théâtre autorise !
  • Une économie de moyens dans la mise en scène qui rend compte du dépouillement - dans tous les sens du terme - de la vie du personnage principal, ainsi que du caractère interchangeable des protagonistes qui forment son entourage.
  • Un humour très maîtrisé, corrosif mais qui reste sensible et fin, invitant à l’autoréflexion plutôt qu’à la dénonciation moralisatrice. La pièce manie donc l’humour avec doigté pour, sans vulgarité aucune, faire la critique des différentes voies (chaînes d’information continue où le fait divers est traité comme un fait majeur, alcool, divertissement, développement personnel, psychanalyse) dans lesquelles s’incarnent successivement “l’opium du peuple“, toutes ayant pour résultat l’abrutissement auquel nul ne semble échapper. La pièce nous propose du coup une réflexion assez aboutie, sans être pesante, sur le mépris social et le besoin de dignité des travailleurs, signe qu’avec de l’humour bien dosé, on peut tout dire.
  • La séance de psychanalyse, hilarante, un vrai petit bijou de scène !

Quelques réserves

  • Une dernière scène un poil trop longue par rapport à l’équilibre général de la pièce.

Encore un mot...

L’heureux destin et le triste devenir de Jean Dupont est une pièce qui donne à penser, et ce à plus d’un titre.

  • En effet, celui qui courbe l’échine toute sa vie, lorsqu’il croit se libérer par l’argent dont il se voit soudain doté en abondance, troque l’insatisfaction des fins de mois difficiles et de l’étroitesse des moyens, contre la suspicion de n’être fréquenté que pour son argent. 
  • Des rêves plus grands que ses moyens, il passe, sans transition, à des moyens trop grands pour ses horizons, puisque ses aspirations ne sont simplement pas à la hauteur de ses possibilités. Si bien qu’il tourne en rond et sombre dans tous les excès, explorant d’autres moyens d’abrutissement : les prostituées, les restaurants gastronomiques, les faux amis par exemple. 
  • Au fond, cette nouvelle version de la fable du Financier et du savetier de Jean de La Fontaine, réinterprétée, implique désormais toute la sphère sociale, amicale et familiale où les problèmes sont solubles dans l’alcool. Ce qui devait être une revanche tourne à la désillusion parce qu’il est impossible de changer de nature pour rejoindre le camp des « gens riches et heureux et les autres on s’en fiche. »

Une phrase

Dialogue : 
- « Vous démissionnez ? et de quel droit ? 
- J’étais con avant.
- devenir riche est une épreuve, devenir quelqu’un également. »

L'auteur

  • Romain Juillard est comédien, auteur et metteur en scène. Après des études conventionnelles de communication d’entreprise puis de stratégie publicitaire, il intègre en 2009 les Cours Florent, avant de signer sa première comédie 1, 2, 3 de trop ! (mise en scène de Jérôme Tomray) qu’il jouera au Théâtre Pixel puis à la Comédie Saint-Michel. 
  • Il est à l’origine de la création du Théâtre à Moustaches à Compiègne, une scène de diffusion et de création de comédies, qui abrite également une école de théâtre. 
  • Sa pièce, Bien sous tous rapports, qui mêle les codes du boulevard à la comédie romantique, est lancée en septembre 2021 dans son théâtre, et programmée quatre mois à la Comédie Bastille en 2022 avant de partir en tournée. 
  • L’heureux destin et le triste devenir de Jean Dupont est sa dernière création, au sujet de laquelle il indique, dans sa note d’intention : « Ce parti pris de mettre en scène un personnage standard par son esprit et sa perception du monde m’offre un levier intéressant pour mettre en lumière l’aspect dommageable d’un système auquel Jean Dupont se soumet fatalement, stimulé par l’argent et la possession. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Naïs
De
Marcel Pagnol
Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare