Macbeth

Il manque de la tempête à ce Macbeth-là
De
William Shakespeare
Mise en scène
Stéphane Braunschweig
Avec
Christophe Brault, David Clavel, Virginie Colemyn, Adama Diop, Boutaïna El Fekkak, Roman Jean Elie, Glenn Marausse, Thierry Paret, Chloé Réjon, Jordan Rezgui, Alisoin Valence et Jean Philippe Vidal.
Notre recommandation
2/5

Infos & réservation

Odéon - Théâtre de l’Europe
Place de l’Odéon
01 44 85 40 40
Jusqu'au 10 mars: du mardi au samedi à 20h, dimanche à 15h.

Thème

Macbeth, général écossais revenant de guerre, couvert de gloire et de sang, croise trois « sorcières/pythies ». Elles lui annoncent qu’un jour il sera roi. Prisonnier de cette prophétie, il en devient le jouet. La sagesse comme le jour s’effacent. Son univers devient celui de la nuit et du meurtre. La prophétie s’accomplit, Macbeth régicide règne. Il est roi d’Ecosse, mais impuissant contre lui-même, s’échapant à son propre contrôle il s’abîme dans une folie  tyrannique, sanguinaire et suicidaire. La prophétie en se réalisant l’a définitivement aliéné, l’entraînant avec son épouse dans l’horreur absolue.

Points forts

- La scénographie. Tout se joue entre deux décors qui se superposent et se succèdent.

Le premier, tout carrelé de blanc, entre institut médico légal et boucherie, est celui de la violence libérée et du sang. Il est habité de cadavres et des pulsions de Macbeth et de Lady Macbeth. C’est aussi l’univers des pythies et de leurs sinistres prophéties.

Ce premier plan s’ouvre et se referme, au gré des scènes, sur un autre décor, celui d’une société polissée, brillante, intelligente et élégante : le salon du pouvoir ou la salle à manger royale. Tout y est feutré et caché, à quelques mètres des carrelages souillés de sang.

Tout Hamlet est là, vacillant d’un monde à l’autre, d’un décor à l’autre.

- Les rôles titres. Chloé Réjon en Lady Hamlet est habitée. Séductrice, sournoise, destructrice, affamée, elle hante la pièce d’une présence envoûtante. Difficile de tenir à ses côtés le premier rôle : Adama Diop, est un Macbeth crédible mais les cris et colères ne suffisent pas toujours à faire passer le vent sauvage qui souffle dans son cœur et dans sa tête.

Quelques réserves

Macbeth est une tempête. Une tempête dans le cœur d’un homme envoûté. Une tempête sur les landes d’Ecosse qui détruit et tue sur son passage. A l’Odéon, on ne sent pas le vent. Comme si les acteurs – à l’exception des rôles titres -, terrorisés, restaient sur leur réserve de peur de s’exposer. Comme si la dualité du décor interdisait au vent de la folie de s’engouffrer. On a pourtant souvent vu à l’Odéon de puissantes souffleries faire leur effet…

Encore un mot...

Vous pouvez quand-même y aller, pour Lady Macbeth, l’institut médico légal et le palais royal.

Une phrase

« Le laid est beau, le beau est laid » (les sorcières)

Une inversion binaire qui entre en résonance avec toute la construction de ce Macbeth.

L'auteur

- William Shakespeare. Inutile, sans doute, de le présenter ici.

- Cette version française, dont il convient de souligner l’élégance et la justesse, est de Daniel Loayza et de Stéphane Braunschweig. Des coupes bienvenues ont allégé la pièce, mais les quelques incises très contemporaines ne se justifient pas vraiment. Leur seul intérêt est probablement de réveiller l’attention du public scolaire, venu en force le soir où j'y étais..;.

Commentaires

Christopher le…
mer 05/02/2020 - 15:52

Coucou j’aime les pommes !

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.