« Maupassant, Octave et moi »

Une plongée dans l’univers de Maupassant
Adaptation et écriture : Sylvie Blotnikas
Durée : 1h15
Avec
Sylvie Blotnikas et Julien Rochefort
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs
75006
Paris
01 45 44 57 34
Du 4 janvier au 19 février 2023, du mardi au samedi à 19h00, le dimanche à 15h30

Thème

  • En 1894, un an après la mort de Maupassant, une souscription est lancée par la Société des Gens de Lettres pour recueillir des fonds, afin d’élever une statue de l’auteur au Parc Monceau. 
  • En vue d’une représentation devant la Société des Gens de Lettres, c’est Madame Pasca, célèbre actrice de l’époque, qui va jouer les rôles féminins, mais il faut trouver un acteur masculin pour remplacer Paul Porel. C’est un acteur inconnu, Octave Lacombe, qui va interpréter ce rôle. 
  • Quatre nouvelles de Maupassant sont alors choisies : Regret (1883), Mon Oncle Jules (1883), Décoré (1883) et Le Rendez-vous (1883). Elles ont en commun un regard amusé et en même temps désabusé sur la nature humaine :
    - dans Regret, le héros regarde sa vie ratée parce qu’il n’a pas osé dire son amour à Madame Sandre ;
    - Mon Oncle Jules montre une famille qui vit dans un faux espoir : le retour d’un riche oncle d’Amérique alors qu’il est devenu un pauvre vagabond ;
    - Décoré décrit l’obsession du héros pour les décorations, qui ne comprend pas que sa femme a obtenu la récompense tant convoitée en offrant ses faveurs au député ;
    - enfin Le Rendez-Vous montre une femme lasse de ses rendez-vous avec son amant, le vicomte de Martelet, mais qui n’ose pas le lui dire, et se jette dans les bras d’un autre séducteur, le baron de Grimbal. 

Points forts

  • Ces quatre nouvelles nous plongent dans l’atmosphère littéraire et artistique de l’époque, avec la présence de « Monsieur Zola » et la place du sculpteur Verlet. C’est l’originalité d’avoir placé ces nouvelles dans le cadre d’une souscription lancée par la société des gens de Lettres.
  • La peinture de la société est réaliste et cruelle : les personnages vivent dans l’illusion, et leur vie se déroule à côté de la vraie vie. 
  • Cette adaptation est remarquable, car elle fait un lien entre les quatre nouvelles avec des dialogues des deux acteurs entre chacune des pièces.
  • Le jeu des comédiens est impressionnant : ils campent successivement des personnages très différents avec une incroyable conviction.
  • La mise en scène minimaliste met l’accent sur la force des acteurs : une table et deux chaises leur permettent d’affirmer leurs divers personnages avec une grande force. On oublie tout pour les imaginer. On voit en même temps le cadre des nouvelles de Maupassant et la situation des acteurs qui trouvent si difficilement des rôles à leur mesure.

Quelques réserves

Aucune réserve envers cette excellente pièce.

Encore un mot...

  • Cette adaptation remarquable  nous plonge à la fois dans le monde de Maupassant et dans l’atmosphère littéraire et artistique de l’époque. 
  • L’on ne s’ennuie pas une seconde, et l’on croit au fil qui relie les quatre nouvelles : la représentation devant la Société des Gens de Lettres.

Une phrase

Madame Pasca : « Il nous reste une dernière nouvelle à interpréter pour clore cet hommage à Guy de Maupassant. C’était à mon tour d’en choisir une… cela n’a pas été facile, vous pouvez vous en douter… Après Regret, mon Oncle Jules, Décoré, voici Le Rendez-vous. »
« Il vient près d’elle et lui tend l’ombrelle. 
Elle la prend puis va s’asseoir.
Il s’écarte un peu. La lumière change. »

L'auteur

  • Guy de Maupassant (1850-1893) est un grand écrivain, père du Naturalisme, tendance littéraire qu’il a théorisée dans sa Préface de Pierre et Jean. Il est l’auteur de romans aussi célèbres qu’Une Vie, Bel-Ami et Pierre et Jean, et on lui doit aussi de très nombreux contes et nouvelles, dont Boule de Suif, Le Horla et Les Contes de la Bécasse
  • Maupassant a écrit pendant dix ans (1880-1890), puis a sombré dans la folie.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Naïs
De
Marcel Pagnol
Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare