Un conseil d’ami

Un fol avis
De
Didier Caron
Durée : 1h30
Mise en scène
Didier Caron
Avec
Christian Vadim, Marie Fugain ou Mathilde Penin, Manuel Gélin, Juliette Meyniac
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Studio Marigny, Carré Marigny
75008
Paris
01 86 47 72 77
Jusqu’au 16 juin, du mercredi au samedi à 20h30, le samedi à 17h30 et le dimanche à 15h

Thème

  • Alain veut quitter Julie pour retrouver son indépendance, pour revenir à sa solitude. Son meilleur ami Boris, heureux en ménage avec Claire qu’il souhaite épouser, lui conseille de prétendre qu’il a rencontré quelqu’un, un argument imparable, selon lui, pour justifier une séparation. 
  • Alain va suivre le conseil de Boris, mais il va y apporter une petite précision très personnelle...

Points forts

  • Particulièrement réussie, la pièce - un tissu de mensonges - est un vaudeville d’aujourd’hui, très actuel, avec des personnages contemporains, mais dans sa facture, elle reste fidèle aux anciennes recettes et aux sacro-saintes règles du genre. (Didier Caron connaît son Ray Cooney et son Jean Poiret sur le bout du clavier de son ordinateur.) 
  • Ce Conseil d’ami a aussi le grand mérite d’être très bien construit : l’intrigue tient la longueur, jusqu’au bout, une vertu suffisamment rare dans ce répertoire pour être soulignée.
  • Coincé dans une seringue qui ne cesse de se refermer sur lui, Christian Vadim, en digne interprète de Feydeau, ne se départit jamais de son sérieux ni de sa sincérité, même dans les scènes les plus burlesques. Il est très drôle, tout comme Manuel Gélin, le meilleur ami que l’on ne voudrait pas comme ennemi, désopilant en tête à claques amorphe, mais non dépourvu de rouerie. Mathilde Penin (elle joue en alternance le rôle de Stéphanie Fugain), et Juliette Meyniac, respectivement Claire et Julie - l’alliance de la fine mouche et de la bécasse - rivalisent d’efficacité et de présence charmante.
  • Tous les quatre sont mis en scène par l’auteur avec une grande précision, sur un rythme tendu (le spectacle file à vive allure), dans un astucieux décor d’Edouard Laug, le tout ponctué d’extraits de tubes de variété bien choisis.

Quelques réserves

Ayant ri de bon cœur, l’on est sorti content, de sorte qu’avoir quelque réserve serait bien ingrat…

Encore un mot...

  • La pièce a même ses élégances, discrètes, et ses clins d’œil, jamais appuyés : ainsi, lorsque Manuel Gélin casse dans le feu de l’action sa Cracotte, on pense immédiatement à la biscotte de La Cage aux folles. Et quand Christian Vadim décline ses a priori sur les homosexuels (tous buveurs de Marie Brizard, amateurs d’Elton John, bienveillants et aimant la couleur fuchsia), on ne peut s’empêcher de faire un lien avec Le Prénom du tandem Delaporte-La Patellière.

Une phrase

Boris (Christian Vadim) : « On dit : l’homme est lâche. Mais pas du tout ! Il est patient. »

L'auteur

  • Homme de théâtre à part entière (comédien, auteur, metteur en scène, directeur de salle, organisateur de tournées), Didier Caron a pourtant commencé sa vie professionnelle dans… une banque.
  • D’abord comédien (il fut Robert Bineau dans la série Blague à part), il vient ensuite à l’écriture. Ses pièces appartiennent à des registres très variés : Un monde merveilleux, Un vrai bonheur 1 et 2, Les Vérités vraies, Fausse note, Le Jardin d’Alphonse, Un cadeau particulier
  • Didier Caron signe aussi des adaptations, parmi lesquelles Sur la route de Madison (avec Alain Delon et Mireille Darc), Kramer contre Kramer avec Frédéric Diefenthal et Gwendoline Hamon ou Columbo pour Martin Lamotte. Il a dirigé pendant dix ans le Théâtre Michel.

Commentaires

Fradelizio
mer 19/07/2023 - 08:08

On s'ennuie et on baille. Les comédiens font ce qu'ils peuvent pour déclencher quelques rires mais on oubliera vite cette pièce qui surfe sur les tendances actuelles.

Lidia (Kaliningrad)
mar 31/10/2023 - 12:19

Je connais très mal le français, mais j'ai regardé la pièce avec plaisir. Beau jeu d'acteurs. Je croyais ce qui se passait sur scène. Le rire dans la salle a complété l'énergie de l'acteur. Merci beaucoup au réalisateur et auteur de la pièce, Didier Caron. S'il était possible de le contacter et d'obtenir le texte de la pièce pour la traduction en russe.... La Russie est toujours proche de la culture française.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Toujours à l'affiche

Théâtre
Naïs
De
Marcel Pagnol
Théâtre
Avant la terreur
De
Vincent Macaigne, très librement inspiré de Richard III de William Shakespeare