La Bibliomule de Cordoue

Un conte philosophique pour Noël
De
Scénario : Lupano, Dessins : Chemineau
Editions Dargaud
257 pages
Prix 35 €
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Nous sommes à Cordoue, à la fin du Xème siècle, l’Andalousie de cette époque s’appelait Al-Andalus, et elle était un Califat Omeyade, du nom d’une des grandes dynasties musulmanes. L’histoire débute à la mort du Calife Al-Hakam II, et avec l’arrivée sur le trône de son fils Hicham II. Celui-ci n’ayant que 11 ans, le pouvoir est assuré par son Grand Vizir, Al-Mansur. Et tout va changer à Cordoue.

En effet, sous l’influence des derniers califes, cette ville était devenue un haut lieu de sciences et de culture. La grande Bibliothèque du Califat en était le symbole éclatant avec ses centaines de milliers d’ouvrages, et ses nombreux copistes. Car, ne l’oublions pas, l’imprimerie n’a pas encore été inventée et le seul moyen de diffuser les livres était de les recopier. Avec le Grand Vizir Al-Mansur, va se jouer un scénario hélas classique, ce sera l’arrivée d’un intégrisme religieux, qui va mettre à mal cette ambiance de culture et d’ouverture. Son premier acte de gouvernement va consister à organiser un gigantesque autodafé de tous les livres considérés comme impies, car issus d’autres cultures. Des dizaines de funestes bûchers sont dressés dans les jardins du Palais.

Mais voilà, le Bibliothécaire responsable de tous ces livres, Tarid, se met en tête de sauver les plus importants de ces ouvrages. Avec l’aide de Lubna, une esclave copiste, et de Marwan, un voleur plus ou moins repenti, il va tenter de mettre à l’abri quelques dizaines de livres, et commencer un improbable périple dans la campagne andalouse. Ah, j’ai failli oublié de vous parler du quatrième protagoniste de ce voyage, la fameuse Bibliomule du titre de cette BD, qui est en fait la mule sur laquelle ils vont charger ces ouvrages sauvés des flammes.

Points forts

Lupano, scénariste expérimenté et talentueux, nous livre ici un conte philosophique aux forts relents d’actualité. La quête un peu dérisoire de Tarid pour sauver des fragments de connaissance face à un pouvoir destructeur ne peut que nous rappeler quelques actes semblables de destruction culturelle, commis au nom d’un intégrisme religieux. Mais Lupano se garde bien d’un amalgame simplificateur. Le combat n’est pas entre différentes religions, mais bien entre des visions différentes au sein d’une même religion. Et Lupano réussit à concilier les hautes ambitions de son histoire, avec un récit vivant et coloré, dont les héros nous deviennent vite sympathiques : Tarid, enfant martyrisé, mais sauvé par la Culture, Lubna, esclave maltraitée mais copiste heureuse, Marwan, le voleur au grand cœur, et, bien sûr, la mule, ou plutôt, comme le précise Marwan, la pire mule de l’histoire de l’Humanité.

Chemineau nous propose un graphisme élégant, plutôt dépouillé, mais réalisé avec beaucoup de soins. Dès la première page, sa vue de la Grande Mosquée de Cordoue nous plonge à merveille dans l’ambiance de cette Andalousie musulmane. Il passe des décors urbains aux paysages de la campagne andalouse avec un égal talent, mais c’est surtout avec la caractérisation de ses personnages qu’il nous convainc définitivement. La naïve bonne volonté de Tarid, la beauté et l’intelligence de Lubna ou la roublardise de Marwan sont retranscrits dans les traits de leurs visages et portent le récit.

Quelques réserves

La principale réserve est un petit air de « déjà-vu » qui nous prend à la lecture de ce récit. Le combat de héros improbables face à l’intolérance religieuse et à la barbarie destructrice n’est, hélas, pas nouveau et a connu d’illustres prédécesseurs. On pense ainsi à ce Sherlock Holmes moyenâgeux imaginé par Umberto Ecco dans le Nom de la Rose, lui aussi confronté à la destruction de livres. En BD, on se souvient du Triangle Secret, et de sa quête initiatique qui contrariait les autorités ecclésiastiques, ou encore l’Age d’Or, et sa fin symbolique.

Encore un mot...

UNE DES BD DE L’ANNEE 2021

Cette Bibliomule de Cordoue restera pour moi une des grandes BD de cette année. L’intelligence et l’érudition du scénario s’allie au charme d’un récit tout en simplicité, pour nous faire réfléchir tout en nous distrayant. Lupano confirme ici son statut de grand scénariste de Bande Dessinée, et Chemineau s’installe, ouvrage après ouvrage, comme un auteur majeur de cet art. Si vous embarquez pour ce voyage à dos de mule, prenez le temps de savourer toutes les allusions qui sont distillées au fil des pages ; ma préférée est la fabrique de l’encre à partir de la galle de chêne, mais vous pouvez aussi déguster l’allusion aux théories très étranges sur l’origine de la vie par les philosophes grecs, qui, tel Anaximandre, ne manquaient pas d’imagination.

Il sera un peu tard, lorsque cette chronique paraîtra, pour faire de cette Bibliomule un cadeau de Noël, mais le timing devrait être idéal pour l’offrir aux amis qui vous inviteront pour les agapes de cette fin d’année. Vous leur ferez un très beau cadeau, et vous pourrez nourrir avec eux quelques sujets de conversations pour toute l’année 2022.

Une illustration

L'auteur

(d’après le site Dargaud)

Wilfrid Lupano est né à Nantes en 1971, mais c'est à Pau qu'il passe la plus grande partie de son enfance. Une enfance entourée des BD de ses parents, même si c'est surtout à une pratique assidue du jeu de rôle qu'il doit son imaginaire débridé et son goût pour l'écriture. Entre-temps, sa carrière est lancée, et il enchaîne les titres : "L'assassin qu'elle mérite", "L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu", "Le Singe de Hartlepool", "Azimut"... En 2014, Wilfrid Lupano obtient le Fauve du meilleur polar avec "Ma Révérence". Chez Delcourt, il écrit le scénario muet d'"Un océan d'Amour" pour Gregory Panaccione qui reçoit le prix BD FNAC 2015. Chez Dargaud, la série "Les Vieux Fourneaux", avec Paul Cauuet au dessin, connait un immense succès. Cette comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations met en scène trois septuagénaires, amis d'enfance, bien décidés à profiter du peu de temps qu'il leur reste... pour emmerder le monde ! Une histoire qui mêle humour, tendresse, nostalgie, sujets de société (travail, écologie, politique,...) et une certaine vision du monde actuel.Porté par les libraires et les lecteurs, salué par la critique, la série est récompensée par le Prix du Public - Cultura à Angoulême en janvier 2015. En 2020, Wilfrid Lupano termine l'année en fanfare avec trois publications attendues : les suites des séries "Les Vieux Fourneaux" et "Le Loup en Slip" mais également un one-shot, "Blanc Autour", dessiné par Stéphane Fert.

Né en 1982, remarqué au concours Jeunes Talents 2009 du Festival international de bande dessinée d'Angoulême, Léonard Chemineau est ingénieur de formation, spécialiste de l'environnement et du développement durable. Il choisit aujourd'hui de se consacrer à la bande dessinée. Son premier album, "Les amis de Pancho Villa" (Casterman) parait en 2012 et est adapté du roman de James Carlos Blake. S'en suivent "Les Premiers" (Casterman, 2014), écrit par Stéphane Piatzszek, mais aussi "Julio Popper : le dernier roi de Terre de Feu" (Rue de Sèvres, 2015) et "Le Travailleur de la nuit" (Rue de Sèvres, 2017), tous les deux scénarisés par Matz. En 2018, il signe seul "Edmond" (Rue de Sèvres). En 2021, il collabore avec Wilfrid Lupano et signe son entrée chez Dargaud avec "La Bibliomule de Cordoue".

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir

BD
L’Or des Belges
De
Scénario : Pierre Boisserie & Philippe Guillaume, Dessins : Stéphane Brangier
BD
Un Ennemi du Peuple
De
Scénario & Dessins : Javi Rey, d’après une pièce d’Henrik Ibsen