Le Serpent et la Lance. Acte 2 : Maison vide

Un acte deux qui rend impatient de lire le troisième !
De
Scénario et dessins : Hub
Éd Delcourt
Décembre 2021
112 pages.
19,99 €
Notre recommandation
3/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Maison vide est le second tome de la saga du Serpent et la lance, thriller qui se déroule au sein de l'empire Aztèque et plus encore au sein de la ville impériale de Tenochtitlan (futur Mexico). Cet épisode, un peu plus court que le précédent, s'attache à remonter le temps pour essayer de comprendre comment et pourquoi, depuis près de 20 ans, des jeunes filles sont enlevées, sacrifiées et momifiées, comme pour défier le pouvoir impérial. Il faut à Œil-Lance remonter le court de ses souvenirs, en particulier ce moment de son enfance où il était à la maison du peuple qui formait des adolescents à devenir membres des différentes castes de la société Aztèque.

C'est là que se forgent amitiés et rivalités, qui feront de Serpent, devenu un magistrat sans scrupule et violent, le concurrent d'Œil-Lance dans la recherche de la vérité. Si une part de celle-ci se cache dans des souvenirs oubliés, leurs enquêtes parallèles n'empêchent pas les crimes de se poursuivre, et le peuple de s'inquiéter. C'est Maison vide, un ami de cette époque d'apprentissages, sans doute autiste mais protégé par sa famille, qui détient peut-être, une des clefs de ces actes qui défient pouvoirs, rivalités et amitiés

Points forts

Cet épisode navigue entre deux époques : la jeunesse des personnages et le présent de l'enquête. Deux aspects de la vie des jeunes aztèques sont donc proposés, et bien qu'interprétés des sources historiques, intéressantes en soi.

Scénario et décors restent de grande qualité ; il faut bien convenir qu'un thriller sous l'empire Aztèque quelques décennies avant l'arrivée des conquistadors, est un sujet de curiosité, un pari relevé avec beaucoup de talent. Vous y découvrirez aussi un certain nombre de mots du vocabulaire profane et religieux de l'époque - traduits en bas de page.

Le traitement graphique reste dans un registre de bande dessinée qui ne renie pas les expressions exacerbées et caricaturales. Pour autant, si les visages sont parfois dans le registre grimaçant, décors et paysages sont souvent magnifiques par leur composition et leur cadrage.

Quelques réserves

Les quelques réserves qui avaient prévalu lors de la chronique de l'Acte un demeurent, tout en n'étant aucunement des "points faibles" :
• La complexité du nom des personnages exige un petit effort de mémorisation ;
• Certaines scènes peu nombreuses, violentes, mais réalistes, comme la "complexité" de l'intrigue, ne font pas nécessairement de ce roman graphique une œuvre destinée à un jeune public.

Encore un mot...

Annoncée comme une saga en trois actes, forgée sous la double plume de Hub et d'Emmanuel Michalak, également auteur de bandes dessinées avec lequel il collabore depuis 2007, il était intéressant de voir si ce thriller hors norme tenait ses promesses. Autant par la qualité du scénario que par la qualité des mises en scènes, par les choix graphiques, les couleurs, les angles de vue qui participent à une immersion réussie, la réponse est oui.

Dans cet Acte deux, une fois encore, la description de la société Aztèque, ses scènes de rues, ses temples, ses costumes sont remarquables, et fidèles aux sources archéologiques existantes. L'histoire reste complexe, parfois violente, et intrigante. Si ce second épisode m'a paru un peu en deçà du premier - l'effet de surprise est passé - cette série est à suivre et à recommander, assurément !

Une illustration

L'auteur

Hub, à l'état civil Humbert Chabuel est un designer et auteur de bande dessinée français. Qui ne se souvient pas du film "Le 5eme Elément" de Luc Besson ? Il en a été le designer. Après quelques autres films, il se lance dans la bande dessinée dont il produira des séries, dont Okko, démarrée en 2005 et poursuivie jusqu'en 2015 et 10 albums - une plongée dans l'univers médiéval japonais fantastique.

Dans le Serpent et la Lance, Acte 1 il rend notamment hommage à Pierre Joubert, dont les dessins l'ont inspiré pour la représentation des peuples Mésoaméricains, à la coloriste Li et à Emmanuel Michalak pour le story board de ce roman graphique qui progresse dans les 500 pages, et trois volumes annoncés !

Pour un petit coup de projecteur sur l'Acte un, Ombre Montagne, paru en novembre 2019.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir

BD
Un Ennemi du Peuple
De
Scénario & Dessins : Javi Rey, d’après une pièce d’Henrik Ibsen