Notre-Dame de Paris

Romantique et sombre, comme l'original, une adaptation réussie !
De
Roman de Victor Hugo mis en scène et en images par Georges et Pia Bess
Ed. Glénat
208 p. N&B
25,5 €
Notre recommandation
4/5

Infos & réservation

Lu / Vu par

Thème

Il n'est pas forcément nécessaire de rentrer dans le détail de la trame du roman de Victor Hugo pour apprécier cette BD. Chef d'œuvre sur la passion fourvoyée et dénonciation de l'injustice dans un moyen âge romantique et obscur, il raconte l'histoire de la belle et joyeuse bohémienne Esméralda.

Libre et impertinente, elle jouit de la protection du roi de la Cour des miracles, épouse pour le sauver le maladroit Pierre Gringoire, s'éprend du Capitaine Phébus de Chateaupers, qui n'aura eu de cesse que de la séduire sous le regard  jaloux et pervers de l'Archidiacre de Notre-Dame de Paris, Claude Frollo, et celui, ambigu et redoutable, du bossu et sonneur de cloche de cette même cathédrale, le terrifiant Quasimodo.

L'histoire se terminera mal, Esméralda étant pendue après avoir été accusée du meurtre de Phébus. Meurtre qu'elle n'a pas commis, les coups de couteau ayant frappé Phébus et l’accusation à son encontre ayant été porté par l'Archidiacre pour dissimuler la tentation qui était la sienne de succomber au charme de la belle. Tentation nécessairement inavouable et œuvre du malin pour un homme d'Eglise.

Afin de suivre l’esprit du roman de Hugo, cette adaptation portée par des dessins en noir et blanc se développe en 22 "livres" alors que l’original en compte 11. Une "grosse bande dessinée" donc, qui de par son esprit et son respect du récit original, pourrait aussi bien être qualifiée de roman graphique.

Points forts

Incontestablement, les dessins, cadrages et compositions des scènes sont la grande valeur ajoutée de cette nouvelle adaptation.

Les dessins, tantôt précis, tantôt plus simples, composent une atmosphère qui circule de l'intime au grand angle, de la reconstitution historique au reportage dans les bas-fonds de la capitale qu’est Paris à la fin du Moyen Age.

Vous y retrouverez l'esprit de certains dessins "noirs" de Victor Hugo, une mise en page des chapitres et un certain graphisme qui ne sont pas sans rappeler les livres du XIXème siècle illustrés par un Gustave Doré ou un Paul Gavarni, ou encore des images et des séquences inspirées de gravures anciennes.

Les textes sont bien composés et les ambiances convaincantes. Dans ces dernières les noirs dominent et les vues de Paris, avec la Cathédrale pour point focal, pullulent !

Une mention particulière pour la qualité de l'édition et du papier, qui restituent précisément, des à plat noirs, vraiment noirs !

Quelques réserves

Très peu de réserves pour cette adaptation au parti pris graphique singulier qui pourrait néanmoins avoir ses détracteurs ! Par ailleurs, format et volume conduisent à un prix relativement élevé, courant pour ces éditions à la frontière du roman graphique.

Encore un mot...

Georges et Pia Bess ont réussi, dans cette bande dessinée qui succède à un Dracula et un Frankenstein beaucoup plus fantasmagoriques, une adaptation qui oscille entre reportage "réaliste" et création artistique. Car si l'histoire est sans surprise, les dessins sont parfois drôles, cruels, intenses, réalistes ou romantiques. Pas un ne laisse indifférent celui ou celle qui se prête à l'immersion dans l'histoire des amours improbables d'Esméralda et de Quasimodo. De leurs regards éperdus aux facéties de Djali, la chevrette savante ; au raz des rues comme aux fins fonds de "la forêt", la charpente de la nef de Notre Dame ; des pages de titre aux dessins grands formats, ce Notre-Dame de Paris vous tient par le bout des yeux.

Une illustration

L'auteur

Victor Hugo est un des plus célèbres romanciers français du 19ème siècle. Son œuvre littéraire, politique et poétique est immense. Le roman, dont le titre complet est Notre-Dame de Paris, 1482, a été publié en 1831 et reste l'une de ses œuvres les plus célèbres. Il en a été réalisé 12 adaptations musicales, dont la comédie Musicale de Luc Plamondon et Richard Occitane en 1998, 15 films et adaptations télévisées, et, en comptant celle-ci, 4 bandes dessinées dont l'une a été chroniquée sur Culture-Tops.

Georges et Pia Bess sont scénaristes, dessinateurs et coloristes de bandes dessinées. Georges, français, commence sa carrière sous pseudos aux Etats Unis et en Suède. Il collabore avec Jodorowsky et reçoit, pour le personnage et les aventures de Juan Solo, un Alph'art au festival d'Angoulême en 1988. Plus près de nous, il est l'auteur de deux adaptations "cultes" de la littérature fantastique : le Frankenstein de Mary Shelley et le Dracula de Bram Stocker, tous deux édités chez Glénat. Pia Bess, son épouse, avec lequel il a collaboré pour plusieurs ouvrages, est également peintre. Inspirée par le "théâtre de la vie", elle fait de Paris une scène "au carrefour d'histoires".

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir