Pocahontas

Du grand art !
De
Scénario, dessins, mise en couleur : Patrick Prugne
Editions Daniel Maghen
Octobre 2022
96 pages couleur
Grand format (25X33)
19 €
Notre recommandation
5/5

Infos & réservation

Thème

Au début du XVIIème siècle, la couronne d'Angleterre veut développer ses colonies en Amériques et contrebalancer les puissances portugaises et espagnoles dans ces territoires. C'est en Virginie, au lieu-dit Jamestown, que débarquent trois navires commandés par un capitaine turbulent, John Smith. Mais ces rivages magnifiques, où ces nouveaux venus veulent bâtir la première des 12 colonies, ne sont pas vierges de tout habitant. 

Avec prudence, les Indiens Powhatans les observent, les défient mais ne les attaquent pas spontanément. Une toute jeune princesse, Pocahontas, est envoyée en émissaire afin de tenter l'improbable alliance, à laquelle seul le capitaine Smith semble croire. Capturé, il ne doit sa survie qu'à l'intervention de la jeune indienne, qui semble s'attacher à lui. Ce récit s'inspire de faits historiques avérés, et met en images la rencontre de deux peuples et de deux êtres, dont la littérature en général, et les studios Disney en particulier, feront des amants célèbres, alors que ce ne fut probablement pas le cas.

Points forts

Le choc de ce Pocahontas est double. Le premier choc est celui de l'histoire. Sobre et pudique, elle met en scène deux civilisations, une rencontre, et l'impossibilité d'y croire. 

Le second choc, et pour moi le plus fort, est l'extraordinaire qualité des dessins, des décors, des angles proposés, des couleurs, des mises en scène. Prugne atteint ici la perfection formelle, combinant le trait des personnages, leurs costumes et les décors d'une Virginie sauvage dans une symphonie de couleurs d'une beauté vraiment exceptionnelle. 

Chaque dessin est une œuvre graphique à part entière, planche botanique, dessin ornithologique, relevé ethnologique, instantané d'histoire navale et coloniale.

C'est assez rare pour être noté, toutes les planches de Patrick Prugne sont dessinées à l'aquarelle, dans une palette de couleurs extrêmement riche, qui dans le contexte de Pocahontas, donne aussi une très belle place aux ambiances et décors enneigés. 

Vous y trouverez notamment de belles planches des rivages et des bateaux de l'époque, des oiseaux omniprésents – hirondelles, mouettes, pygargues à tête blanche, emblème des Etats Unis –, des ambiances de forêts primaires remarquables.

Et en fin de volume, comme souvent avec Prugne, un spectaculaire carnet de croquis, montrant les inspirations de l'auteur, et quelques grands formats à la superbe beauté formelle.

Quelques réserves

Dans ce concert de louanges, il y a une réserve : l'histoire de la rencontre de Pocahontas et John Smith est courte - ce qui fut sans doute historiquement le cas. Heureusement, la BD, en 96 pages, nous fait partager cette rencontre improbable, qui conduit Pocahontas à quitter les siens, à être mariée à un colon, convertie au christianisme et envoyée avec son mari en Angleterre comme symbole réussi d'une colonisation à poursuivre. 

Encore un mot...

Beaucoup de superlatifs sont venus souligner la qualité de cette nouvelle histoire de Patrick Prugne. S'il n'est pas question de considérer cette bande dessinée comme un essai historique, elle s'en approche par sa sobriété et l'immersion dans une époque que seules les reconstitutions historiques les plus exigeantes peuvent proposer. 

Il est vrai que le scénario n'a pas la dimension épique d'autres récits. Mais il laisse le temps au temps, dans une mise en scène réaliste et poétique. Ce Pocahontas, magnifiquement mis en image, est une belle évasion, qui témoigne de la rencontre réussie entre un grand talent de la bande dessinée et l'histoire des peuples amérindiens.

Une illustration

L'auteur

Patrick Prugne est auteur et dessinateur de bandes dessinées. 

Autodidacte, il se caractérise par un dessin précis et réaliste, des décors très fouillés aux couleurs très nuancées. Dès 1990 (il a 29 ans), il reçoit le prix Alph-Art-Avenir du festival d'Angoulême. Notamment expert de la mise en forme et en scénarii de l'histoire des amérindiens, il en traduit les coutumes, les costumes, les environnements avec  la précision combinée d'un ethnologue, d'un botaniste et d'un géographe. Dans cette veine, il ne faut pas manquer les albums Frenchmann, Tomahawk, Pawnee, Iroquois et le non moins remarquable Vanikoro, qui évoque le mystère de la disparition en Océanie  en 1788 de la Perouse et de ses navires, l'Astrolabe et la Boussole. Quelques très belles réalisations, parmi une vingtaine d'autres.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Ils viennent de sortir