Cinéma/Séries TV

Cafard

Une histoire incroyable et une animation réussie, d'une grande beauté formelle
De Jan Bultheel
Avec les voix de Benoît Magimel, Jean-Hugues Anglade, Dinara Drukarova, Julie Gayet, Maxime Donnay, Benoit Gob

Infos & réservation

Publié le 12 déc . 2015

Recommandation

4,0ExcellentExcellent

Thème

1914, Argentine. Champion du monde de lutte, Jean apprend que sa fille Mimi a été violée par des soldats allemands à Ostende. Pour la venger, il rentre puis s’engage dans les blindés avec son ami et manager Victor ainsi que son neveu Guido. Ils se retrouvent au sein de la 1ère division blindée de l’histoire, à bord de Cafard, leur véhicule qu'ils ont baptisé ainsi. Une Odyssée initiatique sur fond de guerre commence pour le trio, parsemée de joies et de douleur et au terme de laquelle Jean ressortira apaisé tant avec lui-même qu’avec le monde.

Points forts

- L’authenticité des personnages : le personnage de Jean Mordant est inspiré du lutteur Constant le Marin qui fut champion du monde en 1910 et 1913, blessé à la guerre et de nouveau deux fois champion, bien qu’invalide. Le personnage de son neveu Guido est inspiré, lui,  de Julien Lahaut, communiste et fondateur du syndicat des métallurgistes belges, assassiné en 1950.
 
- La découverte passionnante d’un fait historique incroyable et, lui aussi, véridique : le bataillon belge ACM (Auto-Canons-Mitrailleuses), première unité blindée créée au monde, parcourut l’Europe, la Russie, l’Asie et l’Amérique avant son retour et sa dissolution à Paris en 1918.
 
- Inspiré du livre Les Héros du Roi Albert, d'August Thiry et Dirk Van Cleemput, ce 1er film de Jan Bultheel fait ressentir avec justesse les traumatismes de la guerre.
 
- Une animation parfaitement maîtrisée qui plus est réalisée en France par les studios Solidanim en motion capture (les mouvements des comédiens sont récupérés via des capteurs puis traités par ordinateur).
 
- Une ambiance initiatique proche des univers de Tardi et Hugo Pratt alliant la beauté formelle à l’envoûtement graphique.
 
- Une utilisation signifiante des couleurs (rouge pour les actes de guerre, jaune éclatant lors des épisode amoureux, bleus et sombres dans les entre deux, etc.)

Points faibles

- Si le procédé graphique est impressionnant, il manque une réelle dose d’émotion. Peut-être à cause de la fixité du regard des personnages ?
 
- Le doublage ne semble pas toujours très juste dans l’intonation, au regard des situations. Pas rédhibitoire, toutefois; ne doit pas amener à se priver de découvrir ce film, très intéressant à bien des égards.

En deux mots ...

Laissons parler le réalisateur, Jan Bultheel:  “L’histoire épique de la première division blindée au monde, la division ACM de l’armée belge, est vraiment incroyable. (…) Avant-gardiste pour l’époque, elle n’a pratiquement servi à rien du point de vue militaire. Mais ses volontaires ont été les témoins d’événements tragiques qui ont changé le monde d’après-guerre. (…) Mes personnages ne sont pas des héros mais des êtres humains de chair et d’os avec leurs faiblesses et leurs défauts.” 

Une phrase

“Quelle histoire, cette guerre ! Tu ne trouves pas ça idiot ?” (Jean)

Le réalisateur

Jan Bultheel travaille dans l’animation depuis le début des années 1980 : clips, vidéos, pub, séries TV. Sur "Cafard", il est à la fois réalisateur, monteur, scénariste, directeur artistique et il a supervisé le doublage. "Cafard" est son premier long-métrage.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.